Hockey sur glace : la préparation mouvementée des Jokers de Cergy-Pontoise

Le club val-d'Oisien, qui dispute ce samedi le premier match de son histoire en Ligue Magnus, a rencontré de grosses difficulté à préparer sa saison en raison du coronavirus.

 Pour la première fois depuis deux semaines, les joueurs des Jokers de Cergy-Pontoise ont enfin pu bénéficier d'un entraînement collectif ce mardi.
Pour la première fois depuis deux semaines, les joueurs des Jokers de Cergy-Pontoise ont enfin pu bénéficier d'un entraînement collectif ce mardi. LP/Icon Sport/Pierre Costabadie

Les sourires étaient de retour ce mardi à la patinoire de l'Aren'Ice à Cergy. Pour la première fois depuis deux semaines, les joueurs des Jokers de Cergy-Pontoise ont enfin pu bénéficier d'un entraînement collectif. Alors qu'il va disputer ce samedi le premier match de son histoire en Ligue Magnus (l'élite du hockey français composé de douze équipes), le promu a eu sa préparation tronquée et notamment amputée de cinq matchs amicaux en raison du coronavirus.

Le 9 septembre dernier, un joueur avait, en effet, été testé positif au Covid-19 tandis que deux autres étaient victimes de fortes fièvres. Selon le protocole sanitaire en vigueur, l'ensemble des joueurs de l'effectif (21) se sont donc retrouvés en isolement à leur domicile pendant sept jours. La semaine suivante, les joueurs et le staff ont subi un nouveau test.

« On a eu beaucoup de difficulté pour trouver un laboratoire, raconte le manageur Christophe Cuzin. Ensuite, on a reçu les résultats au compte goutte pendant plusieurs jours jusqu'au lundi 21 septembre. Les test se sont révélés tous négatifs. On a donc repris l'entraînement collectif le lendemain après deux semaines d'interruption. »

Durant ce laps de temps, les joueurs se sont entretenus physiquement chez eux. Mais ils n'ont pas pu se rendre à la patinoire et le club a dû annuler cinq matchs amicaux. Le tournoi de Cergy avec Rouen, Amiens et Dunkerque s'est, lui, quand même déroulé à l'Aren'Ice (du 11 au 13 septembre) mais sans les Jokers.

« On ne doit pas se trouver d'excuses avant de jouer »

La formation val-d'oisienne a également eu les pires difficultés pour faire venir ses quatre joueurs étrangers américains et disposer de la totalité de son effectif dès la reprise fixée le 16 août. Après plusieurs semaines d'attente pour obtenir leur visa, les représentants des Etats-Unis sont arrivés dans l'Hexagone entre le 4 et le 17 septembre. « Cela fait partie des aléas d'une équipe, estime l'entraîneur Jonathan Paredes. On ne doit pas se trouver d'excuses avant de jouer. Il faut avancer et trouver des solutions. L'objectif est d'être compétitif. »

Le technicien ne se plaint pas. Lui et son groupe ont vécu un événement dramatique en mars avec le décès de leur médecin Sami Reda à l'âge de 63 ans des suites du Covid-19. Il exerçait au sein de l'hôpital gériatrique de l'Isle-Adam-Parmain. « Tout le monde a été choqué, cela a été difficile à encaisser cet été, confie le capitaine Kevin Da Costa. On lui rendra hommage lors d'un match cette saison. »

C'est donc dans des conditions particulières que les Jokers - avec un budget de 1,8 million d'euros (dont 1,3 pour l'équipe fanion) - affrontent ce samedi Mulhouse (20 h 30) à l'Aren'Ice. Le premier rendez-vous d'un long marathon de 44 matchs de saison régulière.

« Nous sommes excités de commencer, avoue Kévin Da Costa. On a notre place dans la ligue, le recrutement a été bon. La saison va être longue et spéciale. Notre objectif est d'aller chercher les huit première places qualificatives pour les playoffs. »