Football : «Les licenciés parisiens sont enfin représentés», déclare le président du nouveau District de Paris

Philippe Surmon a été élu président du nouveau District de Paris qui compte 129 clubs pour 25 000 licenciés. Il nous livre ses premières impressions et ses objectifs pour le foot dans la capitale.

 Philippe Surmon préside les destinées du nouveau District de Paris.
Philippe Surmon préside les destinées du nouveau District de Paris. DR

L'élection du premier comité de direction du District de Paris s'est tenue mardi soir en visioconférence lors de l'assemblée générale organisée au siège de la FFF. Seul candidat, Philippe Surmon (73 ans), président fondateur des Gobelins (désormais Atlético Paris XIIIe dont il reste co-président en charge de l'administratif), a été élu avec 88 % des voix patron du foot parisien pour les 4 prochaines années. Son District va donc compter 25 000 licenciés répartis dans 129 clubs jusque-là rattachés aux Districts des Hauts-de-Seine (12000 licenciés), de Seine-Saint-Denis (5000 ) et du Val-de-Marne (8000). Le club phare est le Paris FC, actuellement en tête de L2. Le PSG, dont l'association se situe à Saint-Germain-en-Laye, reste, lui, toujours rattaché au District des Yvelines.

Pourquoi avez-vous milité pour la création d'un District à Paris ?

PHILIPPE SURMON. Chaque département dispose d'un District depuis 40 ans sauf Paris. Ce n'était pas une situation normale d'autant plus que nous avons eu de nombreuses promesses des présidents de la Ligue de Paris. Je me rappelle d'une lettre de Jean Verbeke (président de 1989 à 2004) qui nous disait que nous aurions notre District dans les 3 ans. Claude Verduron (président de 2004 à 2012) nous l'avait promis ensuite. Il y a eu également plusieurs procédures judiciaires. Je pense que les présidents de Ligue ne voulaient pas que les patrons des Districts du 92, 93 et 94 perdent des revenus. C'est finalement la Cour d'Appel de Versailles en mars 2018 qui a estimé que la FFF devait créer ce District pour Paris. Aujourd'hui, c'est la fin d'un long combat. Les licenciés parisiens sont enfin représentés.

Qu'est ce que cela change pour les licenciés des clubs parisiens ?

Au niveau départemental (à partir du 9e niveau national pour les séniors), les clubs dont le siège se situe dans Paris intra-muros s'affronteront et ne seront plus obligés de faire plusieurs dizaines de kilomètres pour aller au fin fond du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis ou des Hauts-de-Seine pour disputer des matchs. Les déplacements seront plus simples et confortables. Pareil pour les jeunes et leurs parents. Toutes les rencontres se dérouleront dans la capitale sauf quelques exceptions comme à Bobigny (complexe de la Butte) ou au parc interdépartemental de Choisy-le-Roi.

« Un de mes rêves serait de voir le stade Pershing rénové »

S'entraîner et jouer dans Paris est déjà compliqué en raison du manque de stades disponibles. Avec ce nouveau District, les rencontres vont être encore plus nombreuses dans la capitale chaque week-end...

On a l'habitude de gérer cette situation avec peu de créneaux disponibles. Un de mes rêves serait de voir le stade Pershing (situé au Bois de Vincennes) rénové. J'en ai parlé à Pierre Rabadan (adjoint aux sports à la mairie de Paris) lors d'une réunion. Ce serait une avancée formidable pour le foot parisien.

Quelle va être votre première action en tant que président ?

On va d'abord s'occuper de trouver un siège. Les élus de la mairie de Paris nous soutiennent depuis 4 mandatures. Nous allons leur demander de l'aide.

Quand les compétitions du nouveau District vont-elles démarrer ?

On souhaite être opérationnel pour septembre 2021 si la situation sanitaire s'améliore. Nous allons faire plusieurs assemblées générales pour élaborer les nouveaux championnats départementaux à la rentrée.