Prix de l’Arc de Triomphe : un huis clos en questions

En raison de la situation sanitaire dans l’agglomération parisienne, la 99e édition de la plus grande course hippique au monde se disputera ce dimanche devant seulement 1000 spectateurs.

 Les champions du Prix de l’Arc de Triomphe galoperont devant des tribunes très clairsemées.
Les champions du Prix de l’Arc de Triomphe galoperont devant des tribunes très clairsemées. Scoopdyga

Historique, l'édition 2020 du Prix de l'Arc de Triomphe sera. Lauréate en 2017 et 2018, devant des gradins assaillis par 40 000 personnes, la jument anglaise Enable pourrait réaliser le premier triplé de l'histoire de cette course centenaire. Mais elle ne pourra compter sur le soutien de la foule, notamment britannique.

Car, pour la première fois depuis un siècle, l'hippodrome de Longchamp n'accueillera que 1 000 spectateurs, recrudescence du coronavirus oblige. « C'est forcément un regret, admet Olivier Delloye, directeur général de France Galop. Avec le recul, on peut néanmoins s'estimer heureux qu'il se court à sa date habituelle et sur son hippodrome historique. »

Une dérogation est-elle envisageable ?

« Depuis la publication du décret du 11 juillet, qui instaurait une jauge à 5 000 spectateurs, nous avons beaucoup travaillé pour tenter d'obtenir une dérogation », révèle Olivier Delloye. La filière hippique pouvait faire valoir le strict respect des consignes sanitaires sur les hippodromes depuis la fin du confinement. Surtout, les organisateurs pensaient faire valoir la grande superficie (57 ha) de l'hippodrome du bois de Boulogne.

« Nous avions envisagé de créer plusieurs zones, bien distinctes, susceptibles d'accueillir 5 000 personnes chacune, explique le directeur. Le dispositif avait été jugé efficace par la préfecture. » Mais c'était avant que le virus ne circule de nouveau activement. Comme Roland-Garros, situé à quelques hectomètres, l'hippodrome de Longchamp n'a pas obtenu de dérogation. « La raison l'emporte », concède Olivier Delloye.

Quel manque à gagner pour l'organisation ?

Malgré la situation sanitaire, et les changements du calendrier peu favorables à une préparation optimale, l'affiche du Prix de l'Arc de Triomphe a fière allure. « Le huis clos n'enlève rien à l'intérêt de la course, avec cette tentative de triplé par Enable et un très beau plateau », souligne le dirigeant. De quoi remplir les tribunes de Longchamp en temps normal.

Outre que la clameur du public dans la ligne droite manquera, cette ambiance intimiste a un coût pour France Galop. « Depuis plusieurs années, nous avions développé la fréquentation de Longchamp et notre élan a été stoppé par la pandémie, poursuit Oliver Delloye. Entre la billetterie, les hospitalités et le sponsoring, le manque à gagner va s'élever à 10 millions d'euros. »

Comment turfistes et jockeys perçoivent cette restriction ?

Même avec une jauge fixée à 5 000 personnes, France Galop avait prévu de réserver l'accès de l'hippodrome aux seuls professionnels. Alors, avec 1 000 places disponibles, les turfistes n'avaient aucune chance d'être de la fête. Si Françoise (78 ans) regrette la situation car « la journée de l'Arc est l'une des plus belles de l'année », d'autres font preuve de fatalisme. Restaurateur parisien de 52 ans, Pascal a découvert le Prix de l'Arc de Triomphe en 2006. « J'ai adoré l'ambiance et cela m'a incité à revenir plusieurs fois pour vivre cette journée improbable. Dans le contexte actuel, le huis clos est plutôt logique, mais j'espère être présent l'an prochain. »

Habitués aux vivats de la foule, les jockeys ont appris à vivre depuis quelques mois sans public, mais ne s'y habituent pas. « Il y aura toujours l'émotion de la victoire dans la plus belle course au monde, reconnaît Cristian Demuro, qui sera associé à l'un des favoris Sottsass dimanche. Mais – et je l'ai vécu pendant le confinement — c'est triste quand tu te retournes vers les tribunes après une belle victoire et qu'il n'y a presque personne. Les cris des gens nous donnent de la force quand on est à la lutte pour la victoire. »

Comment suivre la course malgré tout ?

Faute de pouvoir prendre place en tribunes, les amoureux de sport hippique comme les novices auront le choix pour voir, de loin, les champions foncer vers le poteau d'arrivée. Dès 10 h 30, la chaîne spécialisée Equidia consacrera son antenne à la plus grande course du monde. Journalistes et consultants de renom feront vivre l'événement pendant dix heures. Sur M 6 et Paris Première, vous plongerez dans les coulisses de l'hippodrome avant la course en direct.