Prix de l’Arc de Triomphe : «Ma pauvre»... la compassion de Dettori envers Enable après sa 6e place

La championne et grandissime favorite du public a reçu un vibrant hommage de la part de son jockey, Lanfranco Dettori, sitôt son quatrième essai dans la prestigieuse épreuve réservée aux galopeurs.

 ParisLongchamp, le 4 octobre 2020. Moment de tendresse entre Lanfranco Dettori et Enable après leur sixième place dans le Prix ce l’Arc de Triomphe.
ParisLongchamp, le 4 octobre 2020. Moment de tendresse entre Lanfranco Dettori et Enable après leur sixième place dans le Prix ce l’Arc de Triomphe. LP

Tandis que Sottsass parade devant les tribunes clairsemées de l'hippodrome en raison du huis clos imposé, Enable, elle, la championne et grandissime favorite de cette 99e édition du Prix de l'Arc de Triomphe, regagne le rond de présentation sans les applaudissements habituels. En selle, Frankie Dettori a le visage fermé. « Poor girl » (« pauvre fille », en anglais), glisse gentiment le célèbre jockey à sa crack en lui flattant l'encolure avant de mettre pieds à terre. « Il faut dire que je l'aime, et je ne peux rien lui reprocher. Le terrain l'a totalement desservi ce dimanche. D'abord, elle a pris un mauvais départ. Ensuite, elle n'a jamais eu la même action que d'habitude. Je ne sais pas si entre elle et moi, c'est fini (sic) mais je l'aime… »

Les éléments étaient clairement contre Enable en cette fin de semaine. Du haut de ses 6 ans, la jument du Prince Khalid Abdullah semblait pourtant encore capable de réaliser une grande performance. Mais « le rythme trop lent », ainsi que le « terrain trop souple », comme l'ont souligné Dettori sitôt la course puis John Gosden, son mentor, au téléphone depuis Nowmarket (Angleterre), durant la conférence de presse post-Arc, en ont décidé autrement. « Ce sont les courses, relativise l'entraîneur au bout du fil vers 17h30. Parfois, les éléments sont en votre faveur. Parfois, non. Vous savez, on ne peut pas lui en vouloir. C'est la première qu'elle termine au-delà de la troisième place (NDLR : en dix-neuf courses). »

« Prince Khalid décidera de la suite de sa carrière »

Quelques minutes après l'épreuve, tandis qu'Enable marche dans le rond de détente des écuries, une question est dans tous les esprits : a-t-on vu cette phénomène galoper pour la dernière fois de sa carrière ? De concert, John Gosden et Teddy Grimthorpe, manager du propriétaire, confient : « La décision appartient au Prince Khalid (Abdullah). Nous verrons. »

Si le patron de Juddmonte Farms, aujourd'hui âgé de 83 ans, aura permis aux amoureux des courses hippiques d'assister aux exploits d'une jument pas comme les autres durant un peu plus de trois ans, on imagine mal Enable poursuivre sa carrière.

D'ailleurs, en fin d'après-midi, un tweet posté sur son compte laissait peu de place au doute : « Just want to get my shoes off and go home » (« Je veux juste enlever mes chaussures et rentrer à la maison », en anglais).

Qu'importe, comme son inséparable jockey italien, on l'aimera toujours.