Arrivée du quinté à Vincennes : Power remporte une course folle

Dans une arrivée à rebondissements et très serrée, le suédois Power a remporté le Grand Prix de l’UET, support du quinté vendredi soir à Vincennes.

 ParisVincennes, le 16 octobre. Power (n°1) surgit au milieu de la meute pour remporter le Grand Prix de l'UET.
ParisVincennes, le 16 octobre. Power (n°1) surgit au milieu de la meute pour remporter le Grand Prix de l'UET. Scoopdyga/Valentin Desbriel

Arrivée du quinté : 1 - 8 - 9 - 4 - 6

Devant des tribunes seulement remplies des professionnels, à quelques heures du couvre-feu, un quinté de gala réunissait douze trotteurs européens, vendredi à Vincennes. Les meilleurs 4 ans du continent s'affrontaient dans le Grand Prix de l'UET (Groupe I), sur la distance de 2 100 m avec un départ donné à l'autostart. Un départ qui a dû être repris en raison du mauvais placement en seconde ligne de Goulette (n°12).

Ce contretemps n'a pas empêché d'assister à une course incroyable, dont est sorti vainqueur l'outsider Power (n°1). Le partenaire du Suédois Robert Bergh a profité de circonstances heureuses pour remporter le succès le plus prestigieux de sa jeune carrière. Sans la faute du grand favori Ecurie D (n°5) dans la phase finale, rien ne dit que le lauréat aurait le même. Cela n'enlève rien au mérite de Power, qui a puisé dans ses ressources pour venir mettre le bout de son nez devant Green Grass (n°8) au passage du poteau.

La phase finale du quinté

Après avoir trotté dans le sillage des animateurs, la partenaire de Mathieu Mottier ne devance que peu Guzz Mearas (n°9), pourtant parti en seconde ligne.

Tout près, Aetos Kronos (n°4) s'empare de la quatrième place devant Gallant Way (n°6).

Malgré ses foulées, Ecurie D a réalisé une performance digne de sa réputation de champion. Parti ventre à terre, mais les oreilles pointées en avant, le trotteur scandinave a mis sous l'éteignoir son principal rival le français, Gu d'Héripré (n°2). Sûrement, le partenaire de Björn Goop a repoussé l'attaque de son rival depuis le dernier tournant, le poussant à la faute à quelques foulées du podium. Mais cette débauche d'énergie a fini par dérégler la belle machine, alors que la victoire était au bout de ses sabots. Ecurie D prouvera probablement dans les mois à venir que ce n'était qu'un mauvais soir.