Hippisme : « Racing Stars », quand monsieur tout le monde devient propriétaire

L’entraîneur Ludovic Rovisse, basé à Lamorlaye (Oise), dirigera une nouvelle écurie de groupe. Une quarantaine de personnes se partageront la propriété de trois chevaux pour 3500 € de cotisation à l’année.

 Chantilly (Oise), le 3 mars. Ludovic Rovisse et Stéphane Pasquier, le jockey de Checkpoint Charlie.
Chantilly (Oise), le 3 mars. Ludovic Rovisse et Stéphane Pasquier, le jockey de Checkpoint Charlie. Scoopdyga/Jean-Philippe Martini.

Deux partants ce mercredi à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) dont Checkpoint Charlie qui « a sa chance dans le quinté (2e course) », selon Ludovic Rovisse. Mais l'entraîneur de 45 ans, installé à Chantilly (Oise), voit plus loin.

Celui qui possède sa licence depuis 2017 va gérer et entraîner une nouvelle écurie de groupe intitulée « Racing Stars », à l'initiative de Pauline Mengès. « Il s'agit d'un projet similaire à celui de l'Écurie Legend Racing Club, créé en 2018. Sur le même principe, la cotisation annuelle est fixée à 3 500 €. Une quarantaine de personnes se partagent la propriété de trois chevaux sans autre frais à débourser », explique le professionnel.

« Je suis chargé d'acquérir ces trois galopeurs lors de futures épreuves à réclamer, poursuit-il. À l'heure actuelle, nous totalisons une vingtaine de demandes, et cette écurie devrait voir le jour avant l'été. Le but est de faire découvrir notre univers, d'accueillir les passionnés le matin à l'entraînement et de leur mettre le pied à l'étrier. »

Ludovic Rovisse devrait savoir transmettre le virus des courses, lui qui a baigné dans le monde hippique dès son plus jeune âge. « J'ai grandi auprès des chevaux, mon père étant un ancien jockey, précise-t-il. Après avoir été l'assistant de Philippe Demercastel durant une quinzaine d'années, je suis parti à Dubaï pour l'entraîneur Xavier Nakkachdji avant de découvrir d'autres univers hippiques notamment à Hongkong, au Japon, en Grande-Bretagne et en Irlande. Lors de mon retour en France, j'ai assisté durant deux ans Tony Castanheira avant d'épauler Carina Fey pendant un an. »

Le voilà désormais installé donc près de Chantilly, « la capitale et la cité du cheval, où je suis né ». « J'ai eu l'opportunité de m'installer le mois dernier dans les anciennes écuries de Fabrice Chappet. Je bénéficie d'infrastructures exceptionnelles, aux portes des pistes de Lamorlaye », savoure celui qui voit l'avenir avec optimisme.