Hippisme : quand une jument rappelle le souvenir de Christophe Dominici, l’ex-rugbyman décédé

Idylle à Vie sera au départ du Critérium des Jeunes ce dimanche à Vincennes. Elle est la propriété de l’écurie Brennus, créée par l’ancien rugbyman tragiquement disparu.

 Christophe Dominici, ici à Vincennes en 2009, avait récompensé Ludovic Mollard en lui offrant un maillot du Stade Français.
Christophe Dominici, ici à Vincennes en 2009, avait récompensé Ludovic Mollard en lui offrant un maillot du Stade Français.  Scoopdyga

Sa robe, de couleur baie, reste banale mais cette jument de 3 ans ne sera pas une partante comme les autres du Critérium des Jeunes, ce dimanche, à Vincennes. Au-delà de l'ambition affichée par son entraîneur Philippe Billard qui « espère disputer les premières places », Idylle à Vie est la propriété de l'écurie Brennus, créée par Christophe Dominici.

La vie, l'ancien rugbyman français, né à Toulon (Var) en 1972, la croquait à pleines dents. Mercredi, cela fera trois mois que « Domi » a disparu tragiquement, à l'âge de 48 ans, à la suite d'une chute d'une dizaine de mètres à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), sans que l'on sache précisément les circonstances de sa mort.

Producteur, vigneron et négociant de vin, minéralier, commerçant avec deux boutiques de prêt-à-porter dans le Sud, l'ex-ailier international du Stade Français, club avec lequel il a gagné cinq boucliers de Brennus de 1998 à 2007, était aussi propriétaire de six chevaux de course de trot. Comme il nous l'avait confié en juin dernier, au moment où il participait aux discussions pour le rachat du club de rugby de Béziers.

Sa jument au départ avec le numéro 11, le même que le sien sur le terrain

Dimanche, au départ (à 16 h 45) du Prix Comte Pierre de Montesson, le Critérium des Jeunes, Idylle à vie portera le numéro 11, le même que « Domi » arborait sur le terrain. « C'est un signe que m'a fait remarquer Jean-Marie Dominici (père de Christophe). On espère que cela va nous porter chance », confie Philippe Billard.

De Christophe Dominici, on gardera évidemment cette image qui date de plus de 20 ans. Cheveux peroxydés, il avait inscrit, le 31 octobre 1999, un essai inoubliable face aux All Blacks en demi-finale de la Coupe du monde, redonnant l'avantage (27-24) à la France et lui permettant de signer l'un des plus grands exploits de son histoire (43-31).

Thomas Lombard, directeur général du Stade Français (Top 14) et ami du défunt avec qui il avait joué, nous avait aussi déclarés au moment de la tragique nouvelle : « Domi, c'était un ouragan. Quand il débarquait quelque part, il était spectaculaire. Un personnage insaisissable sur le terrain comme dans la vie… C'était quelqu'un qui ne connaissait pas l'ordinaire. Domi a marqué tout le monde parce qu'il n'était pas dans une relation traditionnelle. Il était sur l'émotion, l'affect, le challenge, la gagne, l'excellence… Tout ça résonnait en lui, et il le transmettait à tout le monde. »

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Autre compagnon de route, Christophe Moni, Team manager du Stade Français, avait également rendu hommage à son complice de toujours : « Il a marqué ma vie, comme celle de tous ceux qui l'ont croisé. Quelque part, il a contribué à faire de moi ce que je suis aujourd'hui. Sans Christophe Dominici, je ne suis pas au Stade Français en 1997, je ne vis pas l'aventure telle qu'on la connaît. Ma vie n'aurait pas été la même. C'était tellement un être à part, tellement… »

Un hommage avait été rendu à Christophe Dominici lors du match entre le Stade Français et Toulon, ses deux anciens clubs, début décembre au stade Jean-Bouin, à Paris. LP/Icon Sport/Anthony Dibon
Un hommage avait été rendu à Christophe Dominici lors du match entre le Stade Français et Toulon, ses deux anciens clubs, début décembre au stade Jean-Bouin, à Paris. LP/Icon Sport/Anthony Dibon