Hippisme : Le Zilpatérol, l’indésirable du Prix de l’Arc 2020

Ce produit dopant dans les aliments de la marque irlandaise Gain a bouleversé le déroulement de ce dimanche de l’Arc. Sa présence dans leurs analyses sanguines a conduit aux forfaits des onze chevaux entraînés dans les écuries O’Brien.

 Le poteau d’arrivée du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe 2020 devant lequel ne passeront que onze chevaux.
Le poteau d’arrivée du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe 2020 devant lequel ne passeront que onze chevaux. Scoopdyga/Elliott Chouraqui

Cas de force Majeure avec un grand « M ». Le quinté de ce dimanche ne réunira que onze partants, la norme étant de douze participants minimum. Décidément, cette année 2020 n'a rien d'ordinaire.

Et pour cause, les Irlandais sont les grands absents de ce dimanche de l'Arc, le rendez-vous le plus prestigieux de la sphère mondiale hippique. Ils auraient dû être onze galopeurs, dont Japan, Sovereign, Mogul et Serpentine dans le Prix de l'Arc de Triomphe, à défendre les intérêts des O'Brien père et fils. Mais, suite à l'alerte lancée par la Fédération Nationale des Courses Hippiques, le voyage vers la France a été annulé.

Vendredi, après que cinq chevaux ont été déclarés positif au Zilpatérol, une substance prohibée par le code des courses, un point commun a été mis en évidence par le laboratoire des courses hippiques concernant ces cas positifs : leur alimentation en provenance de la marque Gain. Un produit justement utilisé dans les célèbres écuries irlandaises d'Aidan O'Brien et de ses deux fils Donnacha et Joseph. Par précaution, les entraîneurs avaient fait procéder à des prélèvements vendredi, pour éviter une mauvaise surprise a posteriori. Alors que les tests de leurs deux partants de samedi, Passion et Mythical, étaient négatifs, ceux de leurs chevaux appelés à se produire dimanche sur la piste de ParisLongchamp se sont révélés positifs. Dès qu'ils ont pris connaissance des résultats, samedi soir, décision a été prise d'annuler le déplacement.

L'entreprise mise en cause lance une enquête

« L'équipe qualité et contrôle est sur le pont depuis vendredi », confie un agent de communication chez VAE SOLIS, le cabinet conseil en stratégie et communication, mandaté par Gain Equine, le fournisseur irlandais en aliment équin et distributeur dans toute l'Europe.

Interdit en Europe, le Zilpatérol, qui a pour effet de renforcer les masses musculaires, peut être utilisé dans l'élevage bovin, « mais il n'a rien à faire dans les aliments pour équidés », poursuit l'employé de la marque. Comment cette composition synthétique a-t-elle pu apparaître dans la composition de la gamme de produits Gain ? Telle est la question à laquelle doit répondre l'enquête menée en urgence par les services contrôle-qualité de la marque. « Nous continuons de travailler en étroite collaboration avec l'ensemble des organismes compétents pour enquêter de manière approfondie sur la source, la nature et l'étendue de cette contamination potentielle. Nous sommes également en contact étroit avec les organismes de réglementation des courses de chevaux », déclarait, ce dimanche, dans un second communiqué la marque irlandaise.