Hippisme : Breeders’ Cup, la conquête de l’Ouest

Une nouvelle édition de la Breeders’ Cup aura lieu vendredi et samedi dans le Kentucky (Etats-Unis). En pleine élection présidentielle américaine, quatre jockeys tricolores effectuent le déplacement avec l’intention de faire retentir la Marseillaise au pays de l’Oncle Sam.

 L’écorché, le symbole du trophée de la Breeders’ Cup, trône au centre du rond de présentation de l’hippodrome de Churchill Downs (Kentucky USA).
L’écorché, le symbole du trophée de la Breeders’ Cup, trône au centre du rond de présentation de l’hippodrome de Churchill Downs (Kentucky USA).  Scoopdyga

Y participer est un honneur, y triompher une consécration. Avec le Prix de l'Arc de Triomphe, la Breeders' Cup est un championnat, créé en 1984, tout aussi prestigieux. Ce rendez-vous hippique incontournable réunit les meilleurs chevaux de plat américains ainsi qu'une liste très sélective de concurrents européens, notamment. Elle se déroule chaque année sur un hippodrome américain différent.

28 000 000 $ d'allocations en deux jours

Pour la deuxième fois, ce rendez-vous si prisé aura lieu sur la grande terre d'élevage du Kentucky, dans l'enceinte de l'hippodrome de Keeneland. Constitué de quatorze courses, réparties entre vendredi 6 novembre et samedi 7 novembre, cet événement offre la somme vertigineuse de 28 000 000 de dollars d'allocations, soit 23 877 501 euros.

L'épreuve la plus richement dotée avec une allocation de 6 000 000 de dollars n'est tombée qu'une seule fois, depuis sa création, dans l'escarcelle d'un galopeur tricolore. Cela remonte à 1993, lorsque Arcangues monta sur la plus haute marche du podium de la Breeders' Cup Classic, sous l'entraînement d'André Fabre, classé parmi les meilleurs préparateurs de galopeurs au monde. Cet entraîneur cantilien a débuté sa série américaine en 1990 avec In the Wings dans la Breeders' Cup Turf avant de réitérer dans cette même course en 2005 avec Shirocco puis Talismanic en 2017. Ce dernier monté cette année-là par Mickaël Barzalona, apportait au jockey tricolore sa première victoire à ce niveau. Si l'on y ajoute le triomphe de Banks Hill en 2001 dans la Breeders' Cup Filly Turf, le metteur au point cantilien détient, à ce jour, cinq trophées à l'occasion de ce rendez-vous outre-Atlantique.

Une Breeders' Cup avec le soutien des turfistes

Avant de devenir l'entraîneur que l'on connaît, Freddy Head, a également marqué de son empreinte l'histoire hippique américaine en tant que jockey. La sextuple Cravache d'or s'est adjugé deux années de suite (1987 et 1988) la Breeders' Cup Mile en selle sur la championne Miesque. Une épreuve qui a souri quatorze fois en trente-cinq ans aux professionnels français. À la vue de leurs noms, l'opposition à de quoi s'inquiéter, si elle se souvient plus particulièrement de l'exploit de la championne Goldikova. Associée à Olivier Peslier, la femelle bai n'a guère laissé de place à la concurrence en s'octroyant de 2008 à 2010, cette prestigieuse épreuve. Et, sous l'entraînement, cette fois, de ce même Freddy Head.

Disputée à huis clos comme cela est de circonstance pour la majeure partie des événements sportifs, l'édition 2020 de la Breeders' Cup ne fait pas exception. Ce qui n'empêchera pas les turfistes de l'Hexagone de se pencher sur les chances de nos pilotes au cours de ces deux réunions avec la possibilité de parier, dès vendredi soir, compte tenu du décalage horaire, et en masse commune. Ce qui ne gâche rien.

Les jockeys tricolores en lice

Mickaël Barzalona, Christophe Soumillon, Pierre-Charles Boudot et Aurélien Lemaitre ont quitté la France il y a quelques jours et retrouveront sur place leurs compatriotes, Flavien Prat, Florent Géroux et Julien Leparoux qui ont choisi de poursuivre leur carrière aux Etats-Unis, ainsi que Clément Lecoeuvre.

Vendredi 6 novembre

7e BREEDERS’CUP JUVENILE TURF

Mickaël Barzalona (F. Rossi) : Sealiway

Aurélien Lemaitre (Ph. Decouz) : Go Athletico

Flavien Prat (P. Miller) : Ebeko

9e BREEDERS’CUP JUVENILE FILLIES TURF

Flavien Prat (S. Callaghan) : Madone

Julien Leparoux (KJ. Condon) : Miss Amulet

Florent Geroux (BH. Cox) : Aunt Pearl

10e BREEDERS’CUP JUVENILE

Florent Geroux (B. Baffert) : Classier

Samedi 7 novembre

5e BREEDERS’CUP TURF SPRINT

Flavien Prat (RE. Mandella) : Bombard

Umberto Rispoli (BP. Walsh) : Extravagant

Florent Geroux (P. Miller) : Texas Wedge

6e BREEDERs CUP DIRT MILE

Florent Geroux (BH. Cox) : Owendale

7e BREEDERS’CUP FILLY & MARE TURF

Pierre-Charles Boudot (JR. Fanshawe) : Audarya

Flavien Prat (T. Yatkeen) : Mucho Unusual

Florent Geroux (K. Attard) : Starship Jubilee

8e BREEDERS’CUP SPRINT

Flavien Prat (M. Glatt) : Collusion Illusion

Florent Geroux (PL. Biancone) : Diamond Oops

9e BREEDERS’CUP MILE

Pierre-Charles Boudot (WJ. Haggas) : One Master

Florent Geroux (BH. Cox) : Factor This

10e LONGINES BREEDERS’CUP DISTAFF

Flavien Prat (S. Callaghan) : Harvest Moon

Florent Geroux (BH. Cox) : Monomoy Girl

11e LONGINES BREEDERS’CUP TURF

Christophe Soumillon (DK. Weld) : Tarnawa

Pierre-Charles Boudot (AP. O’Brien) : Mogul

Flavien Prat (RE. Mandella) : United

Umberto Rispoli (P. D’Amato) : Red King

Florent Geroux (BH. Cox) : Arklow

Clément Lecoeuvre (H. Grewe) : Donjah

12e LONGINES BREEDERS’CUP CLASSIC

Flavien Prat (JW. Sadler) : Higher Power