Hippisme : 6 300 m, 30 obstacles… Découvrez en selle une course « très spectaculaire »

Le Grand Cross de Pau se déroule ce dimanche. Felix de Giles, jockey confirmé en obstacle, y participe. Il vous fait découvrir le cross-country, une discipline vraiment à part.

 Une course de cross-country à Pau en 2018.
Une course de cross-country à Pau en 2018. Scoopdyga/Laurent Dyga

C'est l'un des rendez-vous incontournables du meeting de Pau. Le Grand Cross, prévu ce dimanche (16 heures), aura dix partants qui devront parcourir 6 300 m, et faire face à 30 obstacles. Parmi eux : Uniketat (n° 1), monté par Félix de Giles. Entre la boxe et l'apiculture, ses deux autres passions, le jockey de 31 ans brille dans les pelotons français depuis 2016, notamment en cross.

« C'est une spécialité vraiment à part et très spectaculaire, assure-t-il. Les chevaux sont très habiles, et franchir des obstacles naturels nous change des courses traditionnelles. Pour les jockeys, cela nous permet également de mettre en avant notre sens tactique car opter pour telle ou telle trajectoire dans un tournant par exemple peut faire la différence. »

Le cross de Pau comme si vous y étiez avec Félix de Giles le 17 janvier dernier

« Pau fait vraiment partie des plus beaux parcours de cross »

Déjà vainqueur du Grand Cross de Craon et de l'Anjou-Loire Challenge, les deux autres temps forts dans cette spécialité, Félix de Gilles n'a encore jamais gagné celui de Pau : « J'espère que c'est pour cette année, car Uniketat est un bon cheval. Je suis content de le retrouver. Je m'étais imposé avec lui l'an passé sur cette piste. Et Pau fait vraiment partie des plus beaux parcours de cross que je connaisse. »

L'Anglais sait de quoi il parle, lui qui a fourbi ses armes à l'occasion de chasses à cour dans les forêts britanniques ou encore dans les « point-to-point », des courses pour amateurs très populaires dans son pays. Comme leur nom le laisse supposer, elles ont pour but de relier deux villages à cheval le plus vite possible en évitant tous les obstacles que la nature a pu mettre en chemin. Ce sera « presque pareil » à 16 heures au moment de s'élancer pour 6 300 m.

Une course de « point-to-point » anglaise