AbonnésSports

France-Italie : le devoir de mémoire du XV de France

Marquée par la disparition brutale de Christophe Dominici, l’équipe de France de rugby, presque intégralement remaniée, affronte l’Italie ce samedi soir (21h10) au Stade de France.

 Secoués par l’annonce du décès de Christophe Dominici, les joueurs du XV de France (ici à Marcoussis, ce mercredi) auront à cœur d’honorer leur illustre prédécesseur.
Secoués par l’annonce du décès de Christophe Dominici, les joueurs du XV de France (ici à Marcoussis, ce mercredi) auront à cœur d’honorer leur illustre prédécesseur. AFP/Anne-Christine Poujoulat

Quatre-vingts minutes de silence… Dans un immense théâtre vide relayant l'écho déchirant d'une tragédie. Ce France - Italie version Coupe d'automne des nations, à huis clos et en nocturne ce samedi au Stade de France (21h10 sur France 2), porte déjà en lui toute la tristesse d'un monde pleurant une âme envolée trop tôt à la saison des feuilles mortes.

Au-delà des soixante secondes de recueillement avant les hymnes, au-delà des quatre lettres « DOMI » gravées sur la manche gauche des joueurs tricolores, au-delà de l'hommage à Christophe Dominici (67 sélections), décédé mardi à 48 ans en tombant du toit d'un bâtiment désaffecté dans le Parc de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), il y aura bien un match pourtant. Un drôle de match d'ailleurs pour les Bleus.

Place à la jeune garde, en effet. La vieille - si l'on peut dire - ayant été renvoyée dans ses foyers en vertu de l'accord signé entre la Fédération et la Ligue nationale qui autorise trois feuilles de match maximum dans cette longue séquence de l'automne.

Les participants aux trois succès face au Pays de Galles (38-21), en amical, à l'Irlande (35-27), rencontre reportée du Tournoi des Six Nations 2020, à Saint-Denis, puis en Ecosse (22-15) à Edimbourg dimanche dernier, ont donc été priés de rentrer dans leur club. Pas d'Ollivon donc, ni de Dupont, Vakatawa, Fickou, ou Marchand. Pas de Ntamack non plus, blessé.

Le jeune ouvreur bordelais Matthieu Jalibert conduira le jeu des Bleus pour la deuxième fois d’affilée./AFP/Andy Buchanan
Le jeune ouvreur bordelais Matthieu Jalibert conduira le jeu des Bleus pour la deuxième fois d’affilée./AFP/Andy Buchanan  

Il ne reste des vainqueurs de Murrayfield que l'ouvreur Matthieu Jalibert et l'ailier Teddy Thomas qui n'avaient pas atteint leur quota, eux. Les autres ? Un nouveau capitaine, le demi de mêlée Baptiste Serin, un revenant l'arrière Brice Dulin, et une pléiade de jeunes pousses. « Baptiste a une expérience, un vécu avec le groupe qui nous a quitté, souligne le sélectionneur Fabien Galthié. Il est une sorte de relais, il transmet son savoir à ce groupe, avec plaisir, avec énergie. »

En cas de victoire, les «réservistes» auront droit à une finale contre l'Angleterre

Ils sont onze dans le groupe de vingt-trois à ne compter aucune sélection. La passation de pouvoir a eu lieu lundi, la préparation a été expresse. « Mais tout le monde est extrêmement concentré, a affirmé le manager Raphaël Ibanez. L'entraînement à haute intensité de la semaine a été exceptionnel. »

France-Italie : le devoir de mémoire du XV de France

Ces blancs-becs jouent gros en effet. S'ils ne veulent pas être indéfiniment considérés comme des doublures, ils doivent le montrer contre des Italiens faibles comme jamais. En cas de victoire, ils s'offriront une finale contre le premier de l'autre poule, l'Angleterre a priori, la semaine prochaine. Une belle perspective dans ce contexte pour le moins pesant.