AbonnésSports

F1 : la lutte contre le racisme, le nouveau combat de Lewis Hamilton

Le sextuple champion du monde n’est pas qu’une machine à gagner sur la piste. Le seul pilote de couleur de l’histoire de la Formule 1 est aussi un militant très actif de la lutte contre le racisme.

 Lewis Hamilton, 35 ans, adore la musique, est vegan, militant actif de la cause écologiste. Mais il garde secrète une partie de sa vie privée.
Lewis Hamilton, 35 ans, adore la musique, est vegan, militant actif de la cause écologiste. Mais il garde secrète une partie de sa vie privée.  REUTERS/Loren Elliott

Dans les rues de Londres, ce premier jour d'été, en soutien au mouvement antiraciste qui déferle dans le monde entier, un manifestant brandit un carton sur lequel est écrit : « Black Lives Matter ». Il porte des lunettes de soleil opaques et un bandana fluo masque son visage. Il est impossible à reconnaître sauf en déchiffrant ses tatouages aux bras.

L'homme poste l'image sur ses réseaux sociaux qui réunissent plus de 25 millions d'abonnés : il s'appelle Lewis Carl Davidson Hamilton. Il est sextuple champion du monde de Formule 1.

Il devrait égaler le record de Schumacher

En cas de nouveau titre à l'issue de cette saison tronquée qui commence ce dimanche (14h15 sur Canal +), il pourrait égaler les records de victoires (7) de Michael Schumacher et entrer dans la légende du sport : « A part son coéquipier chez Mercedes, Valtteri Bottas et le Covid qui pourrait perturber encore le championnat, je ne vois pas qui pourrait le battre cette saison » pense Jacques Villeneuve, le consultant de Canal + et champion du monde en 1997.

Pour cerner le personnage Hamilton, il faut avoir en tête quelques chiffres. Sacré en 2008, 2014, 2015, 2017, 2018 et 2019, il a disputé 250 Grands prix en carrière, en a gagné 84 et réussi 88 pôles positions, un record là encore. Il fait partie de ceux, rares, qui banalisent l'exploit. Ce dimanche, c'est encore sur la première ligne qu'il prendra le départ du Grand prix de Spielberg en Autriche. Comme d'habitude. « Oui, il gagne beaucoup. Certains pensent peut-être qu'ils gagnent trop mais on disait la même chose au temps de Prost ou Schumacher » constate Jacques Villeneuve.

Au palmarès des plus grands, Hamilton a déjà dépassé Senna et ses trois titres mondiaux, Prost, Vettel (4) et même la légende Fangio (5). Seul Schumacher (7) le domine encore mais plus pour bien longtemps : « Trop de choses ont changé au fil du temps dans ce sport et on ne peut pas comparer les époques. C'est impossible de dire qu'il est ou non le meilleur pilote de tous les temps. Outre ses qualités évidentes au volant, la grande force du Britannique est d'avoir toujours été dans la bonne voiture au bon moment avec la meilleure équipe possible. Ça aussi, c'est un grand talent », souligne Jacques Villeneuve.

Il est riche, un peu bling-bling et plus que ça

Hamilton est un monument. A 35 ans, il est un des plus grands champions en activité. Un des plus riches aussi : Mercedes le paye 40 millions de dollars (37 millions d'euros) par an et pour rester à la fin de la saison, il exige que son salaire monte à 44 millions de dollars. La firme allemande va céder.

Dans les paddocks, il ne fait pourtant pas l'unanimité : « A part ses proches, constate encore Jacques Villeneuve, peu de gens peuvent dire qu'ils le connaissent. Il vit dans sa bulle, à l'écart des autres. Plutôt au-dessus des autres avec son propre train de vie qui peut paraître bling-bling avec ses chaînes en or, son jet privé qui l'emmène où il veut quand il veut. Mais il a mérité tout ça. » Grand amateur de musique, vegan, militant actif de la cause écologiste, ami proche de l'acteur Rowan Atkinson (Mr Bean), Hamilton, qui accrédite ses chiens pour l'accompagner sur les circuits, ne dit en effet pas grand-chose de sa vie personnelle.

Petit-fils d'un émigré de Grenade

Pourtant, il s'affiche. Durant la crise du Covid et depuis la mort de George Floyd, l'Anglais hyper actif sur les réseaux s'est révélé un acteur inattendu des droits civiques, contre le racisme et les violences policières Un combat qui lui vient de son enfance, lui le petit-fils d'un émigré venu de Grenade né dans une banlieue pauvre au nord de Londres. Un homme qui reste le seul pilote de couleur de toute l'histoire de la F 1.

Derrière l'insolente réussite, la machine à gagner cache des fêlures : un demi-frère handicapé cérébral et il n'a pas appris le racisme seulement dans les livres « Je me souviendrai toujours des défis auxquels j'ai eu à faire face quand j'étais enfant, le racisme ou d'autres discriminations raconte-t-il. J'ai appris à ne pas montrer de faiblesse. J'ai été victime d'intimidation, battu et la seule façon de lutter contre ça, c'était d'apprendre à me défendre. C'est pour cela que je pilote de cette façon, c'est bien plus profond que simplement faire du sport, je suis toujours en train de me battre. Dieu merci, j'avais mon père, une figure noire forte que je pouvais admirer, je savais qu'il comprenait et qu'il serait à mes côtés quoi qu'il arrive. »

Il entraîne toute la F 1 dans sa lutte

En quelques semaines, Hamilton a dénoncé le racisme supposé de la F 1, l'absence de pilotes de couleur, le silence des « plus grandes stars » de ce sport « dominée par les Blancs » : « Dans son combat, il emmène toute la F 1 qui ne parle que de ça, se félicite Jacques Villeneuve. C'est la preuve de sa puissance et de son influence sur ce sport : quand il dit quelque chose, on le suit et on l'écoute. »

Newsletter Un tour de l'actualité pour commencer la journée
L'essentiel du matin
Toutes les newsletters

Parce qu'il le demande, tous les pilotes devaient mettre un genou à terre ce dimanche. Jusqu'à la fin de la saison, Mercedes courra avec des F 1 peintes en noir et en Autriche, l'Anglais porte un casque noir lui aussi : « J'ai eu du temps pour penser à autre chose que la F 1. Nous pouvons utiliser l'audience de la F 1 pour faire passer un message auprès du monde, éduquer les gens. C'est bien que la F 1 soit enfin plus proactive dans ce domaine de lutte contre le racisme. Il y a beaucoup de possibilités dans ces métiers du sport automobile mais peu sont offertes aux minorités. » Grâce à lui, ça va changer.