«Un soir pour éblouir» : la chronique de Benoît Lallement

Les retrouvailles avec le Barça, près de quatre ans après la funeste remontada, vont donner lieu à un alléchant duel à distance entre Lionel Messi et Kylian Mbappé, deux génies du jeu.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Benoit Lallement, rédacteur en chef adjoint des sports du Parisien-Aujourd’hui en France.
Benoit Lallement, rédacteur en chef adjoint des sports du Parisien-Aujourd’hui en France. LP/Arnaud Dumontier

On pourrait remuer le couteau dans la plaie de la remontada, cette « espagnolade » que le PSG a fait entrer, à son corps pas très défendant, dans le langage commun depuis un funeste mercredi de 2017. Un traumatisme dont les Parisiens ne sont pas encore guéris et qui ne s'effacera peut-être pas avec une qualification face à Barcelone cette année. On pourrait oui… Mais à l'heure de se pencher sur ce Barça-PSG de gala, qui, le temps d'une parenthèse enchantée et silencieuse, pourrait nous faire oublier le couvre-feu, c'est un autre souvenir qui affleure. Avec Messi dans un camp et Mbappé, pas encore Parisien lors du fameux 6-1, dans l'autre. Mais les deux stars avaient enfilé un autre maillot.

Ce 30 juin 2018, à Kazan, la France et l'Argentine disputaient un huitième de finale de Coupe du monde. Le génie argentin était sorti de sa boîte, impliqué sur 2 des 3 buts de son Albiceleste. Mais il avait été étouffé, éclipsé, éliminé (4-3) par une étoile montante. Un joueur en apesanteur, « le nouveau Pelé », « le patron des Bleus », comme nous l'écrivions alors en le créditant d'un 9,5 sur 10. « Il s'est occupé de tout. Il provoque un pénalty, marque un doublé. Chacune de ses prises de balle résonnait comme une alerte incendie. » Particulièrement sa chevauchée fantastique à 37 km/h, achevée par un pénalty. Ce jour-là, Kylian signait son entrée dans le grand monde.

C'était alors un môme qui osait tout, ne s'interdisait rien et doutait peu ou pas. C'est le Mbappé qu'on aime, qu'on admire. Depuis, il s'est parfois cherché, a quelques fois tâtonné. Et nous, oublié qu'il n'a que 22 ans. C'est vrai, certains jours, il nous a fait râler. Mais ce soir… Oui, c'est un soir pour grandir encore. Pour briller, se lâcher éblouir. Un soir pour lui. Un soir pour se réjouir que Kylian Mbappé soit parisien, et espérer qu'il le reste longtemps.