PSG : Tuchel se paie Leonardo dans la dernière ligne droite du mercato

L’entraîneur du PSG, qui anticipe un mercato plus léger que prévu, a mis ce jeudi la pression sur son directeur sportif afin d’accélérer le recrutement. Avec des mots qui claquent.

 Alors que le mercato ferme ses portes le 5 octobre, c’est une vraie passe d’armes qui oppose Leonardo à Thomas Tuchel.
Alors que le mercato ferme ses portes le 5 octobre, c’est une vraie passe d’armes qui oppose Leonardo à Thomas Tuchel. LP/Guillaume Georges

Il reste quatre jours avant la clôture du mercato estival, et à l'exception de l'Italien Alessandro Florenzi, le PSG n'a toujours pas recruté de joueurs pour remplacer les partants : Thiago Silva, Thomas Meunier, Edinson Cavani et Tanguy Kouassi. Interrogé ce jeudi en conférence de presse sur la possibilité de ne disposer d'aucuns nouveaux renforts d'ici au lundi 5 octobre, date de fermeture du marché, Thomas Tuchel s'est ému de cette perspective et a mis la pression sur son directeur sportif.

En résumé, l'Allemand exige des recrues, et vite, au risque de ne pas pouvoir égaler les objectifs de la saison dernière. « Si on reste avec ce groupe, on ne peut pas demander la même chose, honnêtement, commente l'entraîneur parisien. Si on regarde la situation, Liverpool a recruté deux joueurs. Manchester City a acheté deux défenseurs. L'Atlético a pris Luis Suarez. L'Inter a deux équipes de Ligue des champions. C'est un grand challenge de combattre contre ces équipes. Je ne dis pas que c'est impossible mais c'est très difficile. »

Des divergences sur les postes à pourvoir

Tuchel s'inscrit dans les pas de ses joueurs, comme Mbappé ou Kimpembe, qui encore récemment demandaient des renforts à leur direction. Mais c'est la première fois que l'ancien entraîneur de Dortmund interpelle aussi clairement Leonardo, du moins en public. A l'aune de leur relation, sans vagues jusqu'ici, certains évoqueront un clash. C'est en tout cas une vraie passe d'armes entre deux hommes qui s'opposent déjà à bas bruit sur les postes à pourvoir.

Leonardo s'est mis en quête un milieu défensif, alors que Tuchel voudrait un défenseur central pour faire grimper Marquinhos d'un cran. Lors de sa première saison, Tuchel avait parfois moqué l'incapacité d'Antero Henrique à signer Leandro Paredes à la fin du mois de janvier 2019. « Je l'ai cherché dans les douches, dans les vestiaires, dans la salle des kinés, avec les gardiens, mais il n'est pas là. On en rit, mais on devrait en pleurer », avait lâché l'Allemand qui entretenait des rapports glaciaux avec l'ancien directeur sportif.

Vers un mercato très «light»

Cette fois, Tuchel en a remis une couche sur le Portugais. Mais il a aussi associé Leonardo dans l'incompétence du club de la capitale à anticiper les fins de contrats de ses joueurs. La deuxième lame en quelque sorte. « On perd trop de joueurs sans recevoir de l'argent, peste l'Allemand. Cela a commencé quand je suis arrivé avec Rabiot, un grand, grand joueur. Il est parti libre. Cela peut continuer avec Di Maria, Draxler, Bernat. C'est le pire pour un club : céder un joueur sans toucher d'argent. C'est trop pour un club comme le PSG, pour le statut du PSG. » Difficile de ne pas y voir une pierre dans le jardin de Leonardo. Comme si l'entraîneur allemand anticipait déjà un mercato estival qui ne va pas vraiment combler ses attentes.

C'est d'ailleurs une tendance forte de ces dernières heures. A tous les étages du club, on semble préparer le terrain d'un marché très « light » qu'il s'agisse des départs ou des arrivées. Bien des noms sont encore cités - Antonio Rüdiger, Tiémoué Bakayoko, Dele Alli - mais sans qu'aucune piste ne semble sur le point d'aboutir. Leonardo a souvent l'habitude d'accélérer en toute fin de mercato, mais il pourrait cette année effectuer une pause contrainte par le contexte économique. A moins qu'il ne se montre « créatif » ou « trouve des solutions pas trop chères », selon ses propres termes. On ne peut jamais totalement l'exclure.

VIDÉO. Ligue des champions : «Le PSG reste le favori» de ce groupe «assez excitant»