PSG : que faire de ce très cher Jesé ?

Acheté 25 millions d’euros en 2016, l’Espagnol ne s’est imposé ni à Paris ni dans l’un des nombreux clubs où il a été prêté. A 27 ans, il a décidé d’aller au bout de son contrat avec le PSG où il gagne plus de 400000 euros brut par mois.

 Depuis son arrivée en 2016, Jesé a beaucoup ciré le banc parisien, comme ici le 16 septembre dernier au Parc des Princes contre Metz (1-0).
Depuis son arrivée en 2016, Jesé a beaucoup ciré le banc parisien, comme ici le 16 septembre dernier au Parc des Princes contre Metz (1-0).  LP/Frédéric Dugit

Sa présence au camp des Loges est quelque peu surréaliste. Depuis plus d'un mois, Jesé Rodriguez tape pourtant bien la balle avec ses coéquipiers du PSG. Le tout dans l'attente d'une porte de sortie, qui ne devrait pas s'ouvrir avant l'hiver prochain. Ce n'est un secret pour personne, quatre ans après son arrivée en provenance du Real Madrid, Jesé vit les pires saisons sportives de sa carrière. L'ailier espagnol de 27 ans n'a jamais trouvé sa place à Paris (14 apparitions en matchs officiels en 2016, 2 en 2019, 1 en 2020).

L'ancien international (5 sélections) et grand espoir du Real Madrid multiplie également les échecs à l'étranger lors des différents prêts à Las Palmas (2017), Stoke City (2017-2018), Betis Séville (2019) et au Sporting Portugal (2019-2020). Un bilan catastrophique pour un joueur acheté 25 millions d'euros et dont le salaire mensuel dépasse les 400 000 euros bruts. Les dépenses du PSG, qui a tout le temps conservé une prise en charge des émoluments du joueur lors de ses prêts, sont considérables si on les ramène à l'apport sportif du joueur.

Mais la réalité est là. « C'est dur à croire, mais Jesé est bel et bien un joueur du PSG. Il est à la disposition du coach », indique-t-on autour du vestiaire parisien. La direction sportive a pourtant cherché des solutions jusqu'au bout du marché des transferts, le 5 octobre. Un club espagnol s'est notamment manifesté en fin de mercato. Elche, en quête du maintien en Liga cette saison. Comme pour le Betis Séville ou Las Palmas avant lui, le promu a mené la réflexion suivante : « Jesé pouvait nous intéresser, raconte un dirigeant. Mais ça reste un pari très risqué. Même si le PSG acceptait de le libérer gratuitement, ce n'est pas certain que lui veuille oublier sa dernière année de salaire. »

Comme souvent dans cette situation, des contacts sont mobilisés dans toute l'Europe pour tenter de placer le joueur. « Ça aurait été un peu un achat panique, explique un dirigeant européen, à qui Jesé a été proposé par le passé en fin de mercato. Un agent nous l'a proposé, mais il fallait se décider vite et on a dit non à l'opportunité. »

«Il est comme neuf», clame son préparateur physique

Même dans son pays natal, la cote de Jesé est au plus bas. Elle ne survit que grâce à ce statut très fictif de grand espoir déchu, vainqueur de deux Ligue des champions avec le Real Madrid. À la fin de l'été, l'Espagnol s'est affiché dans un documentaire réalisé pour le quotidien Marca. « Il est comme neuf », y clame son préparateur physique Bernardo Requena. « Toutes les choses de sa vie qui étaient désordonnées sont rangées désormais », ajoute l'ancien docteur du Real Madrid, Jesus Olmo. Une rupture des ligaments croisés, un enfant né très prématuré, une séparation difficile…

Jesé Rodriguez et sa femme Aurah Ruiz le jour de sa présentation au club, le 8 août 2016. LP/Arnaud Dumontier
Jesé Rodriguez et sa femme Aurah Ruiz le jour de sa présentation au club, le 8 août 2016. LP/Arnaud Dumontier  

« J'ai connu beaucoup de problèmes, reconnaît le principal intéressé dans ce documentaire. J'ai tout gardé au fond de moi, je ne vais pas nier que je n'allais pas bien. Ce dont j'ai besoin maintenant, c'est d'une opportunité où je peux être heureux en jouant. J'ai besoin d'un club où on me fera jouer 30 matchs. » Un souhait qui se réalisera difficilement au PSG, malgré le quart d'heure lensois (1-0) en début de saison et sa présence dans le groupe contre Metz (1-0) ou Angers (6-1).

Thomas Tuchel ne compte pas sur lui mais ne l'écarte pas du groupe pour autant. Jesé continue de s'entraîner pour obtenir cette chance réclamée. En attendant de pouvoir quitter Paris définitivement cet hiver ou le 30 juin 2021, à l'issue de son contrat.