PSG-OM : entre Neymar et Alvaro, ça pourrait mal finir

En conflit depuis le premier clasico de la saison, le Brésilien et l’Espagnol se sont de nouveau tancés sur les réseaux sociaux mercredi. Des échanges pas forcément de bon goût, mais pour l’heure sans conséquence.

 Après le match PSG - OM mercredi à Lens, Neymar Jr et Alvaro Gonzales ont poursuivi leur duel sur Twitter.
Après le match PSG - OM mercredi à Lens, Neymar Jr et Alvaro Gonzales ont poursuivi leur duel sur Twitter.  LP/Arnaud Journois

Neymar n'aura donc eu besoin que de 25 minutes pour tout verrouiller. Son dixième but de la saison, le premier titre de son nouveau coach, le dixième Trophée des champions du PSG mais aussi sa vengeance face à son meilleur ennemi, Alvaro Gonzalez. Mercredi à Lens, le match entre le PSG et l'OM ne s'est en effet pas arrêté au coup de sifflet final de M. Buquet. Quatre mois après le volcanique clasico de septembre, ses cinq expulsions et les accusations de racisme du Brésilien à l'encontre de l'Espagnol de l'OM, les deux hommes ont joué la prolongation sur les réseaux sociaux.

Après avoir réglé ses comptes avec Dimitri Payet en postant une vidéo, inspirée de celle que l'Olympien avait diffusée, cet été après la défaite parisienne en finale de Ligue des champions, Neymar s'est ensuite « payé » Alvaro Gonzalez en lui rappelant, aux alentours de 0 h 30 dans un tweet agrémenté d'une photo de lui hilare et tirant la langue, qui était le Roi.

Le début d'un échange d'amabilités qui s'est étiré jusqu'à 4 h 49 du matin et qui aura vu l'Espagnol comparer Neymar « aux poubelles » que ses parents lui ont appris à sortir, et le Brésilien assurer au Marseillais que sa célébrité n'était due qu'à leur antagonisme. « De rien fenômeno », a-t-il même ironisé complétant son tweet d'émojis pleurant de rire.

Alors que leurs échanges de septembre au Parc des Princes avaient vu la commission de discipline se saisir de l'affaire et enquêter notamment sur des soupçons de racisme, aucune chance que le conflit ne déborde cette fois sur le terrain disciplinaire. Qu'ils soient considérés comme puérils, amusants ou provocateurs, les messages échangés à partir des comptes personnels des deux joueurs n'ont rien d'illégal ou de juridiquement condamnables. Aucune chance donc de voir le Conseil national de l'éthique (CNE), plutôt discret ces derniers mois, saisir la commission de discipline de la Ligue pour ce type de correspondances.

«Il y a du chambrage sur Twitter, c'est normal»

Moins d'un mois avant le match retour de Ligue 1 prévu au Vélodrome le 7 février, Neymar a en revanche d'ores et déjà lancé le troisième clasico de la saison. Alors que, sous l'impulsion de Mauricio Pochettino, le PSG avait ouvertement pris le parti de ne pas tomber dans le petit jeu de la provocation avant les retrouvailles de mercredi soir, le Brésilien a lui ravivé la flamme. Suffisant pour que d'aucuns tirent des plans sur la comète et voient déjà en ce rendez-vous situé dix jours avant le 8e de finale de Ligue des champions face au Barça, un match piège, voire périlleux pour le Brésilien. Du côté de l'OM qui, à l'instar de Paris « conseille ses joueurs mais les laisse faire ce qu'ils veulent sur les réseaux », on est plutôt enclin à déminer l'affaire.

« Il y a du chambrage sur Twitter, c'est normal, assure-t-on au club. Les joueurs passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux, c'est un mode d'expression naturel pour eux. » Pas de quoi, pour le moment, promettre des retrouvailles musclées et imaginer une surenchère ailleurs que sur les réseaux.