PSG-OL : des Parisiennes libérées surclassent les Lyonnaises

Dans un choc maîtrisé au Parc des Princes, les joueuses du PSG ont été récompensées par Katoto. Elles battent l’OL (1-0) et prennent la tête de la D1.

 Marie-Antoinette Katoto a inscrit le but de la victoire pour Paris.
Marie-Antoinette Katoto a inscrit le but de la victoire pour Paris.  LP/Icon Sport/Anthony Dibon

Historique. Pas plus, pas moins. Le Parc des Princes a été le théâtre du spectacle audacieux joué par les Parisiennes hier soir. L'équipe féminine du PSG signe face à celle de l'OL un succès court (1-0) mais vital pour la lutte vers le titre, propriété des Lyonnaises depuis quatorze ans, et amplement mérité. Une prestation rythmée par du jeu, de la technique et un brin de folie puis une deuxième mi-temps pleine de solidarité face un OL sorti du vestiaire avec plus d'entrain.

« On avait à cœur de réaliser un grand match dans ce lieu. C'était un moment important pour marquer les esprits, se réjouit Olivier Echouafni, coach parisien. Elles ont fait un match remarquable ». Elles ont aussi retenu les erreurs du passé. Meilleure attaque et meilleure défense de première division, le PSG a su aborder en assumant ce statut, malgré deux points de retard au coup d'envoi. Pas question de subir face aux nombreux talents lyonnais. Mieux que ça, ses joueuses ont osé, comme libérées d'un complexe qui a pu les brider les saisons précédentes.

« C'est la récompense d'un travail quotidien de tout le staff et des joueuses, congratule Echouafni. Elles ont peut-être moins de complexes et se sont lâchées ». Le tout dans un Parc des Princes vide de public mais animé par les chants du Collectif ultras Paris (CUP), diffusé par la sono. « Ça fait du bien aux oreilles », savoure la capitaine Irène Paredes.

« Paris mérite sa victoire »

La récompense est arrivée très tôt. Grâce au pressing haut et à des récupérations de balle rapides, Diani s'est lancée plein axe pour délivrer un ballon dans la profondeur à Katoto. Un dribble devant la gardienne lyonnaise, sortie loin de son but, et une frappe cadrée plus loin, Paris prenait un avantage définitif, laissant Buchanan et l'OL tomber à la renverse.

Pour Katoto, qui a marqué son premier but face à l'OL depuis la finale de Coupe de France 2018, déjà remportée 1-0, c'est une libération. « Je suis fier d'elle, lance Echouafni. Elle a montré qu'elle savait franchir les étapes et marquer dans les matchs de haut niveau ». Sortie sur blessure en fin de match, touchée à la cheville, Katoto espère de bonnes nouvelles des examens prévus ce matin.

Très empruntées, les Lyonnaises de Jean-Luc Vasseur étaient méconnaissables. Ni Majri, ni Le Sommer, sortie tôt sur blessure (29e), ni Cascarino, meilleure passeuse du championnat, n'ont pu influer sur le score. Mieux dans le jeu en deuxième période, elles n'ont toutefois jamais inquiété Endler, gardienne imposante de sa surface, ni Paredes, dont la solidité défensive a impressionné. « Paris mérite sa victoire, elles ont été costaudes, salue la capitaine lyonnaise, Wendie Renard. On n'a rien fait, c'était le néant. On va analyser tout ça à froid. La saison est encore longue, on va travailler pour retrouver cette première place. »

Pour la première fois depuis 2016 en championnat, le PSG l'emporte et possède désormais un point d'avance au classement. Il faudra maintenant gérer la pression avant une nouvelle finale, le 13 mars prochain à Lyon. Mais après ce match, les favorites jouent bien en rouge et bleu.