PSG : «Neymar est le porte-drapeau du projet», estime Herrera

Le milieu de terrain espagnol évoque le changement d’état d’esprit de son coéquipier brésilien dans un long entretien à la radio espagnole.

 Ander Herrera, à gauche, célèbre un but du PSG avec Neymar, Mbappé et Icardi lors du Trophée des champions.
Ander Herrera, à gauche, célèbre un but du PSG avec Neymar, Mbappé et Icardi lors du Trophée des champions.  LP/Arnaud Journois

Ander Herrera observe actuellement ses coéquipiers depuis l'infirmerie. Attendu avec le groupe cette semaine, l'Espagnol a accordé lundi soir un entretien à la radio espagnole Cadena Ser pour évoquer l'actualité du PSG, à une semaine du match aller des 8es de finale de Ligue des champions contre le Barça. Mais comme souvent en Espagne, le milieu de terrain a beaucoup été interrogé sur l'avenir de ses coéquipiers, Neymar et Kylian Mbappé.

Le numéro 10 du PSG est très proche d'une prolongation de contrat, un an et demi après avoir voulu quitter Paris. Ander Herrera est le premier à noter le changement. « Je l'ai remarqué l'an dernier, assure-t-il à l'émission « El Larguero ». Dès le mois de septembre, j'ai vu un Neymar super impliqué avec l'envie de gagner tous les titres. Je crois qu'il est devenu le porte-drapeau du projet. C'est un leader naturel ».

«Une équipe qui possède Messi, c'est minimum du 50-50»

Un poids que le Basque ne veut pas attribuer à Mbappé. « Kylian sera l'un des meilleurs joueurs de la prochaine décennie, quoi que je dise, je vais être mis en Une de tous les journaux, sourit Herrera. Il n'y a pas à l'obliger à devenir ce porte-drapeau du projet ». Les fins de contrat des deux stars ? « C'est logique que tout le monde en parle, je prends ça comme une chose normale qui arrive chaque saison. Mais eux sont concentrés sur le PSG », assure l'ancien joueur de Manchester United.

Le troisième nom le plus cité par la presse est celui de Lionel Messi. Un sujet brûlant sur lequel Herrera ne veut pas s'étendre. « L'an dernier, quand tout le monde à Barcelone parlait de Neymar, c'était quelque chose qui ne nous plaisait pas, rappelle-t-il. Je ne vais pas parler d'un joueur du Barça. J'ai beaucoup de respect pour ce club, son entraîneur et pour Lionel Messi. Je ne vais pas entrer là-dedans ».

Qualifiant l'Argentin de « meilleur joueur vu et affronté » dans sa carrière, Herrera prévient qu'il ne faut pas le « laisser dans le confort » le 16 février au Camp Nou. « Une équipe qui possède Messi, c'est minimum du 50-50 », conclut-il au moment d'évoquer les favoris.