PSG : Leandro Paredes, le nouveau caïd du milieu

Utilisé par intermittence sous l’ère Tuchel, l’Argentin semble être un des joueurs de base du milieu de terrain avec Mauricio Pochettino.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Depuis l’arrivée de Pochettino, Paredes est devenu un titulaire indiscutable au milieu.
Depuis l’arrivée de Pochettino, Paredes est devenu un titulaire indiscutable au milieu. AFP

Et si le turbulent avait changé de statut, délaissé ce costume d'insupportable qu'on lui colle parfois à la peau pour enfiler une panoplie d'indispensable que peu lui voyaient revêtir. Pas de méprise, Leandro Paredes n'a, bien sûr, pas changé de personnalité avec la nouvelle année. Mais alors que certains de ses partenaires, voire de ses concurrents, apparaissent comme les grands perdants de la nomination de Mauricio Pochettino, l'accrocheur argentin semble, lui, devoir en tirer profit.

Depuis l'arrivée de son compatriote sur le banc du PSG début janvier, Paredes n'est en tout cas plus soumis au régime d'intermittent que lui imposait Thomas Tuchel. Débarrassé de la douleur à la hanche, qui l'avait freiné autour des fêtes, l'ancien milieu du Zénit débute désormais tous les match s. En l'espace de trois semaines, il a ainsi déjà été titularisé presque autant de fois sous « Poche » ( NDLR : cinq ) que ne l'avait fait Thomas Tuchel sur l'ensemble de l'année 2020 en Ligue 1 ( NDLR : sept ).

Son binôme avec Verratti

Pour Luis Ferrer, superviseur-recruteur du PSG de 2009 à 2020, l'arrivée de Pochettino n'explique qu'en partie le nouveau statut de l'ex-milieu de la Roma. « En tant qu'Argentin, Pochettino connaît très bien Paredes, constate-t-il. C'est l'idéal pour passer les messages, le mettre en confiance et savoir comment l'utiliser au mieux. » Mais selon celui qui est à l'origine de sa venue dans la capitale en janvier 2019, c'est aussi la progression de Paredes qui explique qu'il peut former aujourd'hui un binôme crédible et complémentaire dans l'entrejeu avec Marco Verratti.

« Il ne faut pas oublier qu'au départ Leandro est numéro 10, un vrai meneur de jeu, poursuit celui qui vient de créer son agence de management sportif. A l'époque, avec Antero Henrique, on recherchait un milieu récupérateur de formation. Mais trouver le bon profil n'est pas aussi simple que d'acheter de la mayonnaise au supermarché. Plutôt que de privilégier le poste, on a opté pour un joueur qui avait le niveau PSG. Leo avait la technique, la vista, une grosse frappe de balle… Il manquait peut-être juste un peu de repères et de condition. »

Technique dans le jeu court

Mais aujourd'hui, Ferrer est persuadé que Paredes a trouvé son vrai poste. « Il ne rejouera plus derrière les attaquants », dit-il. Bien qu'il n'ait, comme ses partenaires, guère brillé lors du revers concédé à Lorient (3-2), son comportement sur la pelouse valide la confiance que son nouveau coach lui accorde. Sous Pochettino, son taux de passes réussies oscille entre 89 et 95 %. Sûr de sa technique dans le jeu court, il est aussi une véritable rampe de lancement.

Auteur d'une passe décisive face à Nîmes mercredi, il est aussi précieux dans les tâches défensives. Bien qu'il ne couvre pas le même nombre de kilomètres que certains, il a déjà réussi deux fois plus de tacles en trois semaines (12) qu'entre septembre et fin décembre (six). « Mais comme le dit Poche, les joueurs du PSG ne sont pas des coureurs de demi-fond, termine Ferrer. L'important n'est pas de courir dans le vide, mais de courir intelligemment, de couvrir le terrain. J'ai l'impression que Leandro a passé cette étape. Reste pour lui à franchir la suivante : devenir un incontournable comme le sont Navas ou Marquinhos! »