PSG : l’éternelle quête du milieu

Le PSG est une nouvelle fois à la recherche d’un joueur pour son entrejeu. Un secteur où le champion de France pêche depuis plusieurs saisons.

 Marquinhos (de dos), Verratti et Gueye ont parfois été alignés ensemble au milieu de terrain. Mais Paris cherche une meilleure solution pour son entrejeu.
Marquinhos (de dos), Verratti et Gueye ont parfois été alignés ensemble au milieu de terrain. Mais Paris cherche une meilleure solution pour son entrejeu. LP/Guillaume Georges

C'est un refrain qui résonne à Paris à chaque période de mercato. Le PSG cherche un milieu de terrain. Après l'arrivée d'Alessandro Florenzi au poste de latéral droit, c'est l'une des priorités de Leonardo même si Thomas Tuchel ne cache pas son envie de voir arriver également un défenseur central après le départ de Thiago Silva.

La dernière finale de la Ligue des champions a certes mis en lumière le manque d'efficacité offensive du trio Neymar-Mbappé-Di Maria. Mais c'est aussi au milieu du terrain que le Bayern a démontré sa supériorité. Le duo de récupérateurs Goretzka-Thiago Alcantara a étincelé, reléguant dans l'ombre les performances décevantes de Marquinhos, Paredes et Herrera.

Dans le match le plus important de l'histoire du club, les trois hommes ont affiché leurs limites. Et l'apport technique de Verratti à la place de Paredes à la 65e minute n'a pas suffi à renverser la situation. L'explication vient d'une question de profil technique et de complémentarité. Et aussi peut-être de taille alors que Leonardo lui-même admettait en janvier dernier que l'entrejeu parisien « a peut-être besoin d'un peu de centimètres ».

Force est de constater que Verratti (1,65 m), Idrissa Gueye (1,74 m), Paredes (1,80 m), Herrera (1,82 m) et Marquinhos (1,83 m) ne culminent pas aux sommets des standards européens et qu'un profil comme Tanguy Kouassi (1,87 m) parti libre au Bayern Munich n'a pas été remplacé.

Thiago Motta n'a jamais été remplacé

Mais c'est surtout l'homogénéité des membres du milieu qui interpelle. Ils ont tous une facilité technique certaine mais manquent globalement d'impact, se projettent peu vers l'avant et ne marquent quasiment jamais. Hormis Marco Verratti, ils ont aussi du mal à jouer sous la pression. « Il n'y a pas un milieu qui peut jouer au foot et éviter à certains joueurs, par exemple comme Neymar, de redescendre pour venir chercher le ballon, détaille Mickaël Madar, l'ancien attaquant parisien et consultant sur Canal +. A un moment, les défenseurs ne passent même plus par le milieu. Ils cherchent à trouver les attaquants tout de suite. Cela empêche d'avoir un jeu cohérent et une équipe. »

Pour l'ex-international tricolore, le problème réside surtout dans le choix des joueurs : « Verratti touche cinquante fois le ballon et ne peut pas donner de la vitesse. Gueye est mort à tous les matchs, on ne sait pas où il est, et Paredes a une bonne passe mais c'est tout. Ces deux derniers, ce n'est pas suffisant pour jouer au PSG ».

Une sentence qui met une nouvelle fois en lumière le fait que Thiago Motta n'a jamais été remplacé et que Paris continue de payer le pari perdu de privilégier Adrien Rabiot à Blaise Matuidi en 2017.

«C'est un mix extraordinaire avec Verratti»

Conscient de ces manques, Thomas Tuchel compte donc toujours utiliser Marquinhos devant la défense. Le technicien allemand est toujours aussi dithyrambique sur les performances du Brésilien à ce poste. « Il aide tout le monde. Il est capable de faire du contre-pressing, d'aider la défense centrale, de marquer des buts décisifs, résume le coach parisien. C'est un mix extraordinaire avec Verratti pour un milieu à deux ».

Il reste que Paris a aussi besoin de son capitaine en défense et qu'il lui sera difficile de tenir toute une saison sans un renfort. « Si on veut remplir tous nos objectifs, c'est nécessaire », assure Thomas Tuchel. Le départ de Thiago Alcantara du Bayern à Liverpool pour 30 millions d'euros tend à prouver qu'il y a de bonnes affaires à réaliser dans ce mercato impacté par le Covid. La clé est désormais dans le camp de Leonardo.

VIDÉO. Lens-PSG : « Cela faisait 9 ans que le PSG n'avait pas perdu en ouverture de championnat »