PSG : Kylian Mbappé, increvable ou imprudent ?

Alors que ses partenaires se blessent ou, comme Neymar, préfèrent souffler, le champion du monde tricolore, lui, enchaîne les matchs.

 Deux jours après avoir joué avec les Bleus en Croatie, Kylian Mbappé était déjà d’attaque ce vendredi avec le PSG contre Nîmes.
Deux jours après avoir joué avec les Bleus en Croatie, Kylian Mbappé était déjà d’attaque ce vendredi avec le PSG contre Nîmes. Reuters/Eric Gaillard

Kylian Mbappé ne maîtrise donc pas l'art du contre-pied seulement sur les pelouses. Ce vendredi, le champion du monde tricolore a aussi feinté l'ensemble des observateurs du football français dans la coulisse. Quarante-huit heures après avoir disputé un match complet avec les Bleus en Croatie, s'être avalé dans la foulée le trajet Zagreb-Paris et avoir donc fait une croix sur une vraie nuit de récupération, le champion du monde 2018 a, contre toute attente, remis le couvert vendredi soir à Nîmes (0-4) avec son club.

Quand Neymar, certes de retour du très lointain Pérou où il avait joué avec le Brésil dans la nuit de mardi à mercredi, a été invité à souffler, Mbappé, lui, s'est refait la totale : aller-retour Paris-Nîmes dans les airs, 84 minutes sur le terrain et arrivée tardive sous la couette. « J'ai parlé avec lui hier (NDLR : ce jeudi) et on a pris cette décision avec responsabilité, confiait Thomas Tuchel après la victoire. Il m'a dit qu'il se sentait bien et qu'il voulait absolument jouer. On ne pourra pas faire ça toute la saison, mais c'est un joueur qui peut toujours faire la différence. »

Auteur d'un doublé venu récompenser une prestation de haute volée, Mbappé a fait, en effet, basculer la rencontre. Mais son amour du jeu ne l'a-t-il pas aussi un peu fait basculer dans l'amour du risque ? Increvable, la machine de Bondy (Seine-Saint-Denis) a bouclé vendredi dans le Gard son troisième match en six jours. Le quatrième en un peu plus d'une semaine, si on ajoute la sélection face à l'Ukraine à celles contre le Portugal et la Croatie.

Une cadence infernale à laquelle il est le seul à résister dans les rangs parisiens en ce début de saison où nombre d'entre eux, Mbappé compris, ont été positifs au Covid-19. Vendredi, l'Argentin Leandro Paredes, de retour de sélection, n'a tenu que 13 minutes avant de sortir sur blessure. Un laps de temps dont n'ont même pas disposé Marquinhos, Verratti ou Draxler, passés eux directement de la sélection à l'infirmerie.

« Dans les périodes d'accumulation de matchs, les joueurs les plus sujets aux blessures musculaires sont souvent les sprinteurs, les gars explosifs qui répètent les courses rapides, avertit un expert de la préparation physique. C'est le cas aussi des dribbleurs que la fatigue peut rendre moins vigilant sur les appuis et donc sujet aux entorses. »

Des profils qui correspondent à celui de Mbappé, mais qui ne suffisent pas à le rendre plus imprudent qu'increvable aux yeux de Mickaël Madar. « Jeune, sérieux, de bonne constitution et hermétique au stress qui favorise les problèmes musculaires », Mbappé a, selon le consultant de Canal +, au contraire « besoin de compétition ». « C'est son équilibre, dit l'ex-attaquant parisien. Je ne pense pas qu'il ait pris des risques inconsidérés. Il veut gagner des titres, soigner ses stats, battre tous les records, il a besoin de jouer. » Et ne pas revivre l'épisode de juin 2019, qui l'avait convaincu que le Soulier d'or lui avait échappé aux dépens de Lionel Messi pour quelques matchs de trop passés sur le banc.