PSG : «Il n’y a aucun manque de respect» à l’égard du Barça, se défend Pochettino

Ce mardi, l’entraîneur du club de la capitale était en conférence de presse, à la veille du 32e de finale de Coupe de France face à Caen. Le 8e de finale de Ligue des champions est déjà dans toutes les têtes.

 Avant le déplacement à Caen, l’entraîneur du PSG a évoqué plusieurs sujets, dont le forfait de Di Maria et le retour de Rafinha.
Avant le déplacement à Caen, l’entraîneur du PSG a évoqué plusieurs sujets, dont le forfait de Di Maria et le retour de Rafinha. AFP/Nicolas Tucat
Ligue 1 Uber Eats

Ce mardi, à la veille du déplacement à Caen en Coupe de France, Mauricio Pochettino était en conférence de presse en distanciel. Il annonce le forfait d'Angel Di Maria pour la Ligue des champions mais n'entend pas changer ses plans de jeu sans l'Argentin.

Le forfait de Di Maria à Barcelone vous oblige-t-il à revoir vos plans de jeu face à Caen et Nice ?

MAURICIO POCHETTINO. Le fait de ne pas avoir Angel ne donne pas de raison de varier ou de sortir de l'idée principale de l'équipe. On trouvera la meilleure solution. On ne prend jamais les matchs de compétition pour faire des essais. On se doit d'être performant dans les compétitions dans lesquelles nous sommes engagés.

Quel est son remplaçant naturel, Pablo Sarabia comme à Marseille ?

On vit au jour le jour. Ce n'est pas une question de hiérarchie. Ce n'est pas une question de faire jouer le numéro 2 si le 1 n'est pas là. Il faut trouver le meilleur profil et la meilleure animation par rapport au plan de jeu souhaité, par rapport à l'adversaire, et aux complémentarités avec les autres joueurs disponibles.

Comment allez-vous gérer cette semaine avec deux matchs, donc des risques de blessure avant le 8e de finale de la Ligue des champions ?

On va analyser la situation. La première échéance, c'est la Coupe de France. On va tenir compte des blessures et on va tenter d'aligner la meilleure équipe possible. On va mettre les joueurs les plus performants comme d'habitude.

Newsletter PSG express
Nos informations sur le club de la capitale
Toutes les newsletters

Existe-t-il à Caen un risque de démotivation comme à Lorient (défaite 3-2) en championnat ?

La motivation doit toujours être là quand on porte le maillot, que l'on a l'écusson sur le torse. On donne toujours aux joueurs les meilleurs outils. La motivation doit toujours être là, indépendamment des matchs, du nom de l'adversaire et de la compétition.

Comment gérer Marco Verratti qui enchaîne beaucoup avec vous, dans un nouveau rôle ?

C'est une question comme si nous étions là depuis cinq ans et demi au club. Or nous ne sommes là que depuis un mois et huit matchs. Et ma seule question est : quand est-ce qu'on trouve le temps pour s'entraîner ? Ce qu'on essaie de faire, c'est d'optimiser le travail et donner quelques idées aux joueurs. Cette évolution dans les idées, dans le jeu, dans la dimension physique, elle a besoin de temps et de répétition. On a besoin de prendre des habitudes. On fait beaucoup de vidéo en ce moment, c'est bien. Mais il faut passer du temps sur le terrain pour créer des habitudes.

Rafinha joue beaucoup moins avec vous, pourquoi ?

Toutes les décisions sont des décisions sportives. Quand nous sommes arrivés, il a été touché par le Covid-19. Après, on a un effectif important. On prend des décisions. C'est important d'être bien préparé pour entrer dans de bonnes conditions quand on fera appel à lui. Il aura à un moment donné une opportunité.

A Barcelone, on critique la communication du PSG autour de Messi, que ce soit les propos de Di Maria, de Leonardo ou la Une de France Football. Qu'en pensez-vous ?

Il n'y a jamais eu de manque de respect de la part du club à l'égard du Barça. Il ne faut pas confondre une revue comme France Football et le PSG. Quant à Di Maria, il s'agit d'une déclaration d'un joueur qui fait état de ses sentiments vis-à-vis d'un ami. Aucun manque de respect.