PSG : en l’absence de Navas, Marquinhos et Verratti, son trio magique, Paris est perdu

Absents à Lorient, où Paris a sombré (3-2), Verratti, Marquinhos et Navas ont constaté à distance que leur équipe avait grandement besoin de leur retour en forme.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Marquinhos, Keylor Navas et Marco Verratti font partie des éléments dont le PSG ne peut se priver pour gagner des matchs.
Marquinhos, Keylor Navas et Marco Verratti font partie des éléments dont le PSG ne peut se priver pour gagner des matchs. Icon Sport/Baptiste Fernandez

Trois êtres vous manquent et tout est… beaucoup plus compliqué pour le PSG. Privé de Keylor Navas (côtes), Marquinhos (adducteurs) et Marco Verratti (Covid), Paris a sombré à Lorient (3-2). Ce n'est pas la première fois que les suiveurs du PSG dressent un tel constat mais, dans le Morbihan, il est apparu plus criant que jamais. Il reste à espérer que ces trois-là se rétablissent très vite. Le rendez-vous du 16 février contre Barcelone approche à grands pas.

Sans Verratti, moins de maîtrise

Marco Verratti était proche d'un record avec le PSG. Le test positif au Covid-19 révélé vendredi a empêché l'Italien d'effectuer 90 minutes pour la 8e fois d'affilée (à Lorient ce dimanche). Sur les sept précédents matchs entiers, Verratti avait grandement aidé Paris sur le plan comptable : cinq victoires et deux nuls. Sans ce milieu de terrain aussi joueur que stabilisateur, le système de Mauricio Pochettino a semblé complètement déséquilibré. Pour le suppléer numériquement, l'Argentin a opté pour Danilo Pereira en complément de Leandro Paredes.

Mais, à eux deux cumulés, Danilo et Paredes ont touché 165 ballons. Soit 28 de plus que le seul Verratti face à Montpellier (4-0) lors de la 21e journée (137 ballons). Les statistiques ne disent pas toujours tout. Ce chiffre démontre l'importance de l'Italien, élément clé du système de Pochettino. Sans lui, la balle circule moins bien et moins vite. Paris n'a réussi que 86 % de ses passes sur la pelouse lorientaise. Symptomatique.

Sans Marquinhos, moins de victoires

Quel est le point commun de six des sept défaites du PSG cette saison ? Celles concédées contre Lens, Marseille, Manchester, Monaco, Lyon et, depuis ce dimanche, Lorient l'ont toutes été en l'absence de Marquinhos. Le capitaine brésilien n'était présent que lors du revers à Leipzig (2-1). En résumé, sans son défenseur central, Paris à toutes les chances de s'incliner. Voilà pourquoi l'inquiétude s'est vite répandue dans les rangs parisiens lors du match contre Montpellier (4-0) lorsque le Brésilien a quitté la pelouse en se tenant l'aine et en grimaçant.

A Lorient, son remplaçant Thilo Kehrer n'a pas existé dans le jeu et ne s'est jamais montré complice avec Presnel Kimpembe, par ailleurs à court de compétition. En l'absence de Thiago Silva cette saison, Paris ne peut se passer de Marquinhos en défense centrale. Heureusement, le dernier bulletin médical indiquait une évolution favorable de sa lésion aux adducteurs, côté droit. Sa reprise avec le groupe est prévue en milieu de semaine.

Sans Navas, moins d'arrêts décisifs

Les Merlus ont tiré 16 fois au but au Moustoir, cadré à cinq reprises et marqué trois buts. Que se serait-il passé si les côtes de Keylor Navas n'étaient pas été si douloureuses ? En l'absence du Costaricien, Sergio Rico a été titularisé pour la sixième fois de la saison en championnat. Au-delà des trois réalisations, qui ne peuvent lui être uniquement imputées, l'Espagnol dégage une sérénité bien inférieure à celle de son homologue.

Deux images marquantes : un contrôle raté du pied en première période sur une passe en retrait lointaine de Paredes et une absence totale de réaction sur un ballon rebondissant dans sa propre surface à 5 mètres de la ligne de but. Cette dernière action était déjà une balle de 3-2 pour Lorient. Sur l'ultime face-à-face, devant Moffi, Rico est délaissé par sa défense. Mais quand Navas répond présent au bon moment, Rico ne représente qu'un gardien ordinaire. Sans son numéro un, Paris devient une équipe friable.