PSG : Di Maria risque gros pour son crachat

Le milieu de terrain passe en commission de discipline ce mercredi pour avoir craché en direction du Marseillais Alvaro Gonzalez lors du clasico. Il risque jusqu’à six matchs de suspension.

 Angel Di Maria pourrait être suspendu pour trois ou quatre matchs par la commission de discipline de la Ligue.
Angel Di Maria pourrait être suspendu pour trois ou quatre matchs par la commission de discipline de la Ligue.  LP/Arnaud Journois

Une semaine après avoir sanctionné Neymar, Kurzawa et Paredes pour leurs expulsions lors du match contre Marseille (0-1), le 13 septembre, la commission de discipline de la Ligue examine, ce mercredi, le cas d'Angel Di Maria. Le milieu de terrain argentin du PSG est convoqué à la suite de son crachat en direction du Marseillais Alvaro Gonzalez.

Di Maria venait de se faire bousculer quelques secondes plus tôt par le défenseur de l'OM. C'est en repassant devant lui en trottinant, qu'il a tourné la tête et lui a craché dessus. Ce geste a alors eu de lourdes conséquences. Se touchant la joue droite comme s'il venait d'être atteint, Alvaro s'est en effet aussitôt tourné vers l'arbitre assistant pour réclamer la VAR (assistance vidéo à l'arbitrage) et faire constater le crachat.

C'est alors qu'il s'est accroché verbalement avec Neymar et qu'il lui aurait lancé l'insulte raciste « mono » (singe, en espagnol) déclenchant une polémique loin d'être close, le dossier de cette affaire ayant été placé à l'instruction la semaine dernière par la Ligue.

Initialement, l'incident Di Maria - Alvaro était passé inaperçu. « Cela a fait l'objet d'une recherche par l'assistance vidéo à cette minute-là et elle n'a pas trouvé d'images qui étayaient ce fait-là, avait expliqué Pascal Garibian, directeur technique de l'arbitrage (DTA), à l'AFP. Ça ne veut pas dire que ce n'est pas arrivé, mais il n'y a aucune image vidéo qui, de manière probante, pouvait étayer ce point précis. »

Les images sont effectivement venues après, par l'intermédiaire de la chaîne Téléfoot. C'est sur cette base-là que la commission de discipline s'est appuyée pour convoquer Di Maria. Car les textes sont clairs. La définition du crachat prévue par le règlement de la FFF qui s'applique ici correspond à une « expectoration volontaire susceptible d'atteindre une personne ou en direction de celle-ci ».

Il revenait juste de quatorzaine

Di Maria sera donc sanctionné même s'il persuade les membres de la commission que son crachat n'a pas touché Alvaro. Mais si des éléments viennent montrer le contraire, il risque encore plus gros. Le fait d'atteindre son adversaire constitue en effet « une circonstance aggravante, dont il devra être tenu compte dans la détermination du quantum de la sanction, et encore davantage lorsque le crachat l'atteint au visage ». Ce dernier point devra être tranché dans la mesure où le Marseillais a assuré avoir été atteint sur sa joue droite, alors que les images semblent montrer que la salive atterrit à côté de lui. Di Maria risque entre un et six matchs de suspension. Il est probable que le verdict oscille entre trois et quatre matchs.

Ce serait un coup dur pour lui alors qu'il vient de se montrer décisif lors des deux dernières victoires du PSG contre Metz (1-0) puis à Nice (3-0). Comme il n'a pas été convoqué pour les matchs de l'Argentine début octobre, il ne pourrait alors espérer rejouer qu'à l'occasion du premier match de Ligue des champions le 20 ou 21 octobre. Son geste a d'autant plus choqué qu'il intervient dans le contexte très particulier de la crise sanitaire et que l'Argentin revenait juste de quatorzaine.

Interrogé sur l'incident Neymar-Alvaro, le Marseillais Valentin Rongier avait lancé : « Le racisme, c'est très grave mais en période de Covid, le crachat, c'est grave aussi et on n'en parle pas assez. »

En avril, la Fifa avait envisagé de faire sanctionner par un avertissement les crachats sur un terrain pour éviter la propagation du virus, ce n'est finalement pas le cas. L'Angleterre a pris des mesures liées à la crise sanitaire : c'est pour demander aux arbitres de sanctionner d'un carton rouge uniquement un joueur qui éternuerait ou tousserait volontairement sur un adversaire.