PSG : Alessandro Florenzi, capitaine de circonstance avec l’Italie

Le défenseur parisien a porté le brassard de la sélection italienne la première fois ce dimanche. Un événement émouvant pour lui, mais lié à de nombreux forfaits.

 Alessandro Florenzi a contribué au succès de l’Italie contre la Pologne. Pour la première fois le défenseur parisien portait le brassard de capitaine en sélection.
Alessandro Florenzi a contribué au succès de l’Italie contre la Pologne. Pour la première fois le défenseur parisien portait le brassard de capitaine en sélection.  REUTERS/Alberto Lingria

Il avait quitté le PSG à la pause du match contre Rennes, fatigué et pour éviter tout pépin musculaire en seconde période. Alessandro Florenzi est réapparu non seulement en pleine forme mais surtout avec le brassard de capitaine autour du bras pour le match de l'Italie, remporté ce dimanche (2-0), contre la Pologne, en Ligue des Nations.

Pour sa 39e sélection, le latéral droit de 29 ans a vécu une soirée émouvante au Mapei Stadium de Reggio Emilia. C'est là, en effet, qu'il y a quatre ans, en octobre 2016, il s'était grièvement blessé au genou gauche et avait quitté le terrain sur une civière craignant pour la suite de sa carrière.

Voilà pourquoi, à l'issue de la rencontre, Florenzi expliquait au micro de la RAI que porter le brassard sur cette pelouse avec la sélection italienne était « un moment très spécial, comme si la boucle était bouclée ».

« Dans ce stade, il y a quatre ans, j'ai cru qu'avec cette blessure je ne rejouerais jamais plus au football, poursuivait-il. Et, pourtant, me voilà avec le brassard de capitaine de l'Italie autour du bras… »

Si l'histoire est belle pour le néo-Parisien, il faut malgré tout souligner que c'est en raison d'une longue liste d'absents pour blessures ou cas de Covid qu'il s'est ainsi retrouvé promu. Même le sélectionneur Roberto Mancini, testé positif a été contraint de suivre la rencontre depuis chez lui.

En difficulté sur le plan défensif

« Florenzi s'est retrouvé capitaine uniquement pour des raisons arithmétiques, souligne Andrea Elefante, reporter à la Gazzetta dello Sport. Les capitaines restent Chiellini et Bonucci mais ils étaient forfaits. »

Le joueur du PSG a d'ailleurs souligné la difficulté de la mission remplie par les Italiens dans ces circonstances particulières. « Cela a été un match difficile pour nous tous, a-t-il déclaré. Mais nous avons été solidaires aussi bien entre joueurs qu'avec le staff. Il y a une grande confiance entre nous. Nous avons des joueurs fantastiques qui sont toujours prêts lorsqu'ils sont appelés et cette équipe italienne mérite une salve d'applaudissements ».

Au PSG, si Florenzi a d'ores et déjà convaincu par son apport offensif et notamment des centres de qualité, il est parfois apparu en difficulté sur le plan défensif. Andrea Elefante souligne : « Il n'a pas changé parce qu'il est arrivé au PSG. Il reste titulaire à droite de la défense en équipe nationale mais parce qu'en Italie il n'y a pas beaucoup de joueurs qui jouent droite! Donc, quelque part, c'est inévitable qu'il soit le titulaire à ce poste. Mais ce n'est pas pour son rendement exceptionnel. »

Vu d'Italie, le reporter de la Gazzetta dello Sport juge que le départ de Florenzi au PSG est une bonne chose. « S'il joue, oui, c'est toujours positif, remarque-t-il. A la Roma, il ne jouait pas, donc s'il peut avoir de la continuité c'est bien. »

Florenzi a désormais rendez-vous avec l'Italie en Bosnie-Herzégovine, ce mercredi à 20h45. Son compatriote Moise Kean, lui, est déjà rentré au camp des Loges, blessé, pour se soigner. Marco Verratti reprendra l'entraînement collectif cette semaine marquée par un déplacement à Monaco, vendredi.