Nantes-PSG : entre show et froid, la soirée contrastée de Kylian Mbappé

Après une première mi-temps ratée, l’attaquant parisien a donné une passe décisive, obtenu et transformé un pénalty contre Nantes (3-0) ce samedi, avant de sortir, touché à la cuisse droite.

 Maladroit en première période, Kylian Mbappé a marqué son 7e but de la saison en Ligue 1 sur la pelouse de Nantes.
Maladroit en première période, Kylian Mbappé a marqué son 7e but de la saison en Ligue 1 sur la pelouse de Nantes.  REUTERS/Stéphane Mahé

Etait-ce bien raisonnable d'aligner Kylian Mbappé pendant 75 minutes pour son 11e match en un mois et demi, au sortir d'une infection par le coronavirus? La question (et sa réponse) sont sans doute aisées au vu de la sortie du joueur ce samedi face à Nantes (3-0) en se plaignant des ischios jambiers de la cuisse droite, mais elle est d'autant plus pertinente que le joueur a avoué sa lassitude la semaine dernière, confiant se sentir comme après le 60e match de la saison.

Tuchel l'avait géré contre Dijon, avec seulement 17 minutes de jeu au compteur (et un doublé à la clé), contrairement au match de Nîmes, deux jours après une apparition avec l'équipe de France. Cette fois, avec un effectif amputé de presque toutes ses armes offensives (Neymar, Di Maria, Icardi, puis Kean, sorti à la pause), Tuchel l'a maintenu sur le terrain jusqu'à ce qu'il sorte en se tenant l'arrière de la cuisse directement en direction des vestiaires, avec une confidence au médecin de l'équipe, Christophe Baudot, relayée par Canal + : « Ça commence à tirer ». De quoi espérer que la star parisienne se soit arrêtée à temps pour éviter une réelle blessure.

A en croire Thomas Tuchel, il a pris la bonne décision, puisqu'il devrait tenir sa place contre le RB Leipzig mercredi en Ligue des champions, comme Moise Kean, touché au mollet et sorti à la mi-temps. « Pour Kylian, je ne pense pas que ce soit une blessure, juste de la fatigue », a confié l'Allemand en conférence de presse.

Di Maria sera bien présent mais Neymar est déjà forfait alors qu'Icardi, qui revient d'une blessure au genou, est espéré, même s'il manquera de rythme.

Le mur du 100 se rapproche

Pendant son heure et quart sur la pelouse, Kylian Mbappé a eu le temps de confirmer pas mal de choses. Sa létalité d'abord, avec une passe décisive, d'abord, pour Herrera, puis un pénalty, obtenu et transformé tranquillement. Avec 6 buts et 2 passes décisives sur les 4 dernières journées de Ligue 1 (7 réalisations depuis le début de saison), le crack de Bondy confirme que le territoire national est le sien, alors qu'il reste sur 7 rencontres sans marquer en Ligue des champions. Mbappé totalise désormais 97 buts en 132 rencontres officielles à Paris et voit se rapprocher avec appétit le mur du 100.

Le point commun entre ces deux actions décisives, c'est qu'elles se sont tenues lorsque le Français évoluait en pointe, au côté de Sarabia. La confirmation de sa plus grande efficacité statistique dans cette position, déjà démontrée depuis son arrivée à Paris. La configuration était sans doute plus propice à sa forme actuelle et à une confirmation des promesses du duo avec Kean aperçues à Istanbul.

« Il a les capacités et le talent pour faire la différence pour nous »

Au lieu de ça, la première mi-temps durant laquelle il a évolué du côté gauche a été difficile pour le numéro 7, avec une volée à côté (26e) et une reprise cafouillée au point de pénalty sur un bon service de Sarabia (42e). Trois minutes plus tard, Mbappé s'effondrait après un duel avec Appiah et s'en prenait aux arbitres en regagnant les vestiaires. Ce qui lui a valu une convocation dans le vestiaire d'Hakim Ben El Hadj, en compagnie du directeur sportif Leonardo. Un passage désagréable qui a peut-être influé dans le bon sens sur le pénalty obtenu ensuite.

« Il est très jeune et a encore des choses à améliorer, estime Thomas Tuchel au sortir de cette rencontre. C'est important pour rester à un très haut niveau. Il a encore été décisif, c'est aussi ce qu'on attend de lui car c'est le joueur clé. Il a les capacités et le talent pour faire la différence pour nous. J'espère qu'il la fera encore mercredi et samedi. »

Dans le registre des symboles, en l'absence de Marquinhos, Kimpembe, Verratti ou Neymar, l'attribution du brassard de capitaine marquait une interrogation. En choisissant Keylor Navas, le manager allemand a privilégié l'expérience du triple champion d'Europe plutôt qu'un geste en direction de celui que le club aimerait voir incarner son futur mais qui n'a toujours pas prolongé son contrat qui s'achève en juin 2022. Décidément, une soirée très contrastée.