«Messi au PSG ? Mais oui !» : la chronique de Dominique Sévérac

La perspective de voir Lionel Messi débarquer à Paris l’été prochain enflamme Paris et enchante notre journaliste tout en le plaçant face à un dilemme.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Dominique Sévérac, grand reporter au service des sports du Parisien-Aujourd’hui en France.
Dominique Sévérac, grand reporter au service des sports du Parisien-Aujourd’hui en France.  LP/Philippe Lavieille

On ne sait pas si c'est le virus qui rend comme ça mais on espère bientôt un monde meilleur. Dans cette belle vie d'après, il y aurait le meilleur joueur du monde dans un club français. Le football, la plus essentielle des activités inutiles, est l'un des derniers pays où l'on peut rêver.

Leo Messi signerait donc au PSG après le mois de juin. Tant que l'Argentin aux six Ballon d'Or n'a pas donné la moindre indication sur son avenir (rester ou partir de Barcelone), nous avons le droit de l'imaginer, d'y songer. D'autant plus que c'est gratuit.

Pour le club de la capitale, en revanche, l'opération serait forcément pharaonique. Même s'il consentait à baisser son salaire, le numéro 10 continuerait à gagner des sommes vertigineuses, 40, 50, 60 ou 80 millions d'euros par saison. Avec déjà Neymar dans ses rangs et peut-être toujours Kylian Mbappé s'il prolonge, Paris ajouterait un joyau à ses deux couronnes. Mais il serait aussi ce club accusé de fausser la concurrence et l'éthique. En gros, ses contempteurs diraient que Paris a beaucoup de pétrole mais peu d'idées et assez peu le sens de la morale sportive.

Cette schizophrénie, qui est celle d'un Olivier Besancenot se définissant comme trotskiste, anticapitaliste et fan du PSG, est aussi la nôtre. Si la venue de Messi est possible en France, il faut encourager ce projet et croiser les doigts pour qu'il se réalise. Quoi qu'il en coûte. On sera raisonnable une autre fois, un autre jour.