Lorient-PSG (3-2) : les Parisiens se sabordent en Bretagne

Incroyable défaite du PSG ce dimanche à Lorient (3-2), la première pour le coach Mauricio Pochettino. Mérité pour les Merlus tant les Parisiens ont semblé absents.

 Malgré la réussite de Neymar, les Parisiens, trop apathiques et attentistes, concèdent leur 5e défaite de la saison en Ligue 1 ce dimanche à Lorient.
Malgré la réussite de Neymar, les Parisiens, trop apathiques et attentistes, concèdent leur 5e défaite de la saison en Ligue 1 ce dimanche à Lorient. REUTERS/Stéphane Mahé
Ligue 1 Uber Eats

Le terme « sensation » est peut-être trop faible. Oui, ce dimanche après-midi, le PSG de Mauricio Pochettino s'incline à Lorient (3-2), 19e de Ligue 1 au coup d'envoi, au terme d'une rencontre surréaliste. Menés, les coéquipiers de Neymar avaient réussi à renverser la situation grâce au réalisme du Brésilien sur pénalty. Totalement absents dans l'engagement et le jeu, ils ont subi la loi lorientaise en fin de match, laissant les Bretons renverser, à leur tour, le score. Paris lâche sa place de leader de Ligue 1 à Lyon, en attendant le résultat de Lille, qui joue dans le même temps face à Dijon.

Dès le début de cette rencontre, l'attitude des Parisiens semblait indiquer une possible catastrophe. Apathiques malgré la présence d'un quatuor offensif clinquant (Mbappé, Neymar, Di Maria, Icardi), les finalistes de la dernière Ligue des champions ont surpris par leur manque d'allant et d'ambition face à une équipe lorientaise regroupée et solidaire. Les conditions climatiques dantesques et les récentes charges de travail, lourdes à l'entraînement, peuvent en partie expliquer la prestation parisienne. Malgré tout, cette cinquième défaite de la saison en championnat, la première de Pochettino, est inquiétante.

Déjà cinq défaites en Ligue 1 cette saison

Impossible d'imaginer que dix-huit places séparaient Lorient du PSG au coup d'envoi. En première période, Sergio Rico a été le gardien le plus sollicité (8e, 24e, 45e). Il accompagne du regard la frappe en pleine lucarne d'Abergel (36e), qui ouvre le score et récompense la bonne prestation lorientaise. Paris reste Paris. Les accélérations de Neymar, même ponctuelles, mettent en danger n'importe quelle défense. Le malheureux Mendes n'a pas suivi le rythme et concède deux fautes dans sa surface. Deux pénaltys parfaitement transformés par l'ancien du Barça (45e, 58e) pour donner l'avantage à son équipe.

Que pouvait-il alors arriver à Paris ? Un sabordage. Les entrées de Moffi et Wissa, très actifs, ont posé d'énormes soucis à la défense parisienne (Kehrer, Kimpembe, Danilo…). L'égalisation signée Wissa (80e) est superbe. La dernière contre-attaque de Moffi, qui conclut seul face à Rico (90e), symbolise la mauvaise gestion parisienne en fin de match. Entre les deux buts, Icardi, Mbappé ou Kurzawa ont eu la balle du 3-2. Mais c'est bien Paris qui s'incline. La dernière fois que le PSG a perdu autant de matchs en Ligue 1, il a aussi laissé filer le titre. Lille et Lyon n'en demandaient pas tant.