Ligue des champions : «Quand Messi a envie, il fait gagner le Barça», assure Maxime Gonalons

Le milieu français de Grenade présente le sextuple Ballon d’or argentin comme la principale menace pour le PSG. Il pointe du doigt, aussi, les carences défensives du club catalan.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Maxime Gonalons (à gauche) est au duel avec Lionel Messi lors du match entre Grenade et le FC Barcelone, le 19 janvier 2020.
Maxime Gonalons (à gauche) est au duel avec Lionel Messi lors du match entre Grenade et le FC Barcelone, le 19 janvier 2020.  AFP/Lluis Gene

La Liga, où il évolue depuis l'été 2018 au FC Séville d'abord, à Grenade ensuite, n'a plus aucun secret pour Maxime Gonalons. Et le FC Barcelone, opposé au club andalou à deux reprises en 2021 (0-4, 3-5), guère davantage. L'international tricolore de 31 ans détaille les forces et les faiblesses, ligne par ligne, de l'adversaire du PSG, ce mardi, en 8e de finale de la Ligue des champions.

«Ter Stegen, le 11e joueur de champ»

« Même si je ne suis pas un vrai spécialiste de ce poste, je classe Ter Stegen parmi les meilleurs gardiens au monde. Il maintient un haut niveau de performance depuis quelques années déjà. Il s'appuie sur un excellent jeu au pied et peut se transformer, parfois, en 11e joueur de champ par sa qualité de relance. Il brille aussi, tout particulièrement, sur sa ligne. »

«Derrière, Koeman est obligé de bricoler»

« Cette saison, les Catalans rencontrent des soucis défensifs et manquent de force dans le secteur défensif. Derrière, Ronald Koeman est obligé d'innover, voire de bricoler en raison des nombreuses défections. Il a, déjà, été longtemps confronté au poids de l'absence de Piqué, l'élément stabilisateur du bloc. Sergi Roberto (cuisse droite) n'est pas là, pareil pour Araujo (cheville). Samuel Umtiti, lui, revient après des problèmes au genou. Il court encore après ses meilleures sensations. Ça n'a rien d'évident quand on a longtemps été arrêté. Il a besoin de temps. Plus généralement, les joueurs alignés ne sont pas dans les meilleures dispositions. Le vrai problème c'est cette instabilité et les fréquents changements dictés par les circonstances. Il a parfois été fait appel à de très jeunes joueurs. De Jong a pu reculer ou même Busquets pour épauler Lenglet. Les Catalans sont, sans cesse, en train de s'adapter. Ce n'est pas un hasard si le Barça a concédé deux buts contre Séville, deux contre le Betis ou trois face à nous. »

«Busquet le baromètre»

« Au milieu j'aime beaucoup le jeune Pedri. Il s'agit d'un milieu relayeur. Il se balade de partout. A 18 ans, il est très habile avec ses pieds et semble promis à un grand avenir. Busquets, on le connaît tous. Il est un peu le baromètre. Je m'interroge, en revanche, sur le faible temps de jeu de Pjanic. Je trouve dommage de se priver d'un tel joueur (NDLR : 5 titularisations en 22 journées). Dans tous les clubs où il est passé auparavant, il a pourtant prouvé sa grande valeur. Il pourrait leur faire beaucoup de bien. Il adore jouer devant sa défense, mais la place est déjà prise par Busquets. Après ce sont les choix du coach. Depuis le retour au 4-3-3, De Jong est redevenu décisif. Il marque et fait marquer. Avant, il était coincé entre son envie de participer au jeu et ses devoirs défensifs. Maintenant il se projette davantage, balle au pied ou non, pour prêter main-forte à ses attaquants. »

«Messi a dans ses pieds la clé de ce 8e de finale»

« Tout dépend de Messi. Il est le principal danger pour Paris. On peut parler des heures du Barça, mais avec ou sans Messi ça n'a rien à voir. On le mesurera mieux le jour où il s'en ira. On a pu encore le vérifier face au Betis le 7 février. En entrant, juste avant l'heure de jeu, il a totalement fait basculer la rencontre. Il a un impact incroyable sur ses équipiers, sur le jeu et sur ses adversaires. Franchement, je n'ai vu ça chez aucun autre joueur. L'été dernier, il a été critiqué quand il a manifesté son envie de partir. On a dit qu'il était sur le déclin. Quelle erreur! On a affronté Barcelone à deux reprises en 2021, Tout ce qu'il fait encore à son âge est incroyable. Quand il a envie, il fait gagner le Barça. Il a toujours cette capacité à attirer 3 ou 4 joueurs pour lui et à libérer des espaces pour ses partenaires. Il a dans ses pieds la clé de ce 8e de finale. A ses côtés, Griezmann et Dembélé sont au diapason en ce moment. Offensivement, Barcelone est très bien armé. Avec le départ de Suarez, il n'y a plus de pointe fixe. Si Dembélé reste un peu plus sur son couloir droit, Griezmann et Messi sont deux électrons libres. Ils bougent sans cesse. Griezmann est plus efficace depuis le début le début de l'année. Il a davantage d'influence sur le jeu et soigne ses statistiques. Dembélé a laissé derrière lui ses pépins physiques. Il est difficile à marquer pour un défenseur. Il va vite, est explosif et frappe des deux pieds. Il ne faudra pas lui laisser d'espace. »