Ligue des champions : avant d’affronter le PSG, le Barça a repris des couleurs mais reste fragile

A la peine à l’heure du tirage au sort des 8es de finale, le club catalan relève la tête ces dernières semaines. Même si la défense interroge et que l’effectif souffre physiquement.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Signe que le Barça va beaucoup mieux, l’entente entre Griezmann et Messi n’est plus un sujet.
Signe que le Barça va beaucoup mieux, l’entente entre Griezmann et Messi n’est plus un sujet.  REUTERS/Marcelo Del Pozo

La dernière victoire du Barça, dimanche soir au Betis Séville (3-2), symbolise les montagnes russes vécues par le club catalan ces dernières semaines. Quinze matchs ont passé depuis le tirage au sort des 8es de finale de la Ligue des champions, mi-décembre. Sur cette période, les coéquipiers de Lionel Messi signent 12 succès, deux nuls et un revers, en finale de la Supercoupe d'Espagne. Mais cette série de résultats, en apparence convaincante, dissimule plus de complexité, à l'image des quatre matchs conclus par une prolongation.

« Dimanche, c'est un peu le résumé de ce Barça, explique Daniel Bravo, commentateur de la Liga pour beIN Sports. Lorsque Messi n'est pas là, ce n'est plus la même équipe. On a vu un petit Barça en première période. Et dès qu'il entre en jeu, il rend les autres meilleurs. L'animation offensive redevient bonne mais la défense est clairement le point faible. »

Sur la série de quinze rencontres évoquées, les chiffres confirment l'impression : 35 buts inscrits mais 18 encaissés, dont six en trois affrontements contre l'Athletic Bilbao (3-2, 2-3 a.p., 2-1) ou trois dans le même match de coupe face à Grenade (5-3 a.p.).

« C'est ce qui me laisse penser que Paris a ses chances, estime Daniel Bravo, ancien milieu du PSG (1989-1996). Le Barça a un grand gardien (Ter Stegen) mais la charnière centrale est friable. L'équipe encaisse beaucoup de buts et pas contre des cadors. Le PSG est capable d'être solide défensivement alors que ça me semble plus difficile pour le Barça. »

Un milieu séduisant et un équilibre offensif retrouvé

La blessure à la cheville du jeune Ronald Araujo, remplaçant de Gerard Piqué, lui aussi blessé au genou, jette une nouvelle ombre au tableau défensif barcelonais. Finalement, seul le Français Clément Lenglet dégage une certaine solidité.

Ces errements mettent en difficulté le Barça, auteur de cinq « clean-sheets » seulement depuis mi-décembre, tous obtenus à l'extérieur. Signe que le Camp Nou, théâtre du match aller face au PSG le 16 février, ne représente plus cette forteresse imprenable. Pour gagner, le Barça semble contraint de scorer au moins trois fois à chaque rencontre. Et les fans blaugranas peuvent compter sur l'équilibre offensif retrouvé par Ronald Koeman.

« Il a mis longtemps à trouver le bon système, il y a aussi eu le faux départ de Messi qui a déstabilisé tout le monde, rappelle Daniel Bravo. Koeman a réussi à relancer l'équipe en utilisant le 4-3-3 bien connu à Barcelone. Le milieu est désormais séduisant. Pedri et De Jong s'améliorent et leur relation avec Dembélé, Messi et Griezmann fonctionne très bien. »

7 buts et 6 passes décisives pour Griezmann en 10 matchs

Cloué au pilori pour son début de saison catastrophique, Antoine Griezmann retrouve le sourire. Le Français reste sur dix titularisations de suite, jouant la très grande majorité des minutes du Barça. Une confiance que le champion du monde rend bien à son coach : avec 7 buts et 6 passes décisives sur cette période, son rendement participe à la bonne passe barcelonaise.

Newsletter PSG express
Nos informations sur le club de la capitale
Toutes les newsletters

« Je lui tire mon chapeau, félicite Daniel Bravo, consultant beIN Sports. Il a travaillé en étant un bon coéquipier, faisant preuve de professionnalisme. Il est revenu au top et il a la confiance de tous et le talent pour faire la différence. » Même son entente avec Messi n'est plus un sujet, c'est dire que l'ambiance morose des premiers mois de la saison a disparu, au moins dans le vestiaire.

En dehors, le Barça poursuit sa crise institutionnelle. Les élections pour la présidence auront lieu le 7 mars, trois jours avant le match retour contre le PSG de Neymar, et les différents candidats s'écharpent dans les médias catalans. Le dernier événement : la fuite du gigantesque contrat de Messi dans la presse a retourné le siège du club. Reste à savoir si cette crise influence, ou pas, les joueurs.

Le onze possible du Barça face au PSG

Ter Stegen – Dest, Mingueza, Lenglet, Alba – De Jong, Busquets (cap.), Pedri – Dembélé, Griezmann, Messi.