Lens-PSG : «Il ne faut pas attendre trop de nous», annonce Thomas Tuchel

Pour sa première conférence de presse de la saison 2020-2021 ce mercredi, le coach allemand a affiché un grand sourire et n’a éludé aucune question avant son déplacement à Lens, jeudi.

 C’est un Thomas Tuchel souriant qui est apparu ce mercredi en conférence de presse, à la veille du déplacement à Lens.
C’est un Thomas Tuchel souriant qui est apparu ce mercredi en conférence de presse, à la veille du déplacement à Lens. LP/Arnaud Journois

Covid-19 oblige, la première conférence de presse de Thomas Tuchel de la saison 2020-2021 avait lieu à distance avec une vingtaine de médias présents. Très souriant derrière son écran d'ordinateur, le coach du PSG a répondu à toutes les questions, sur l'état de forme des sept joueurs positifs au coronavirus comme sur le mercato. « Curieux » des débuts de son équipe à Lens ce jeudi (21 heures, Canal +) en Ligue 1, Tuchel semble avoir hâte de recommencer une nouvelle aventure.

Comment vous sentez-vous depuis la fin de la Ligue des champions ? Avez-vous mis la pression à vos dirigeants pour accélérer le mercato ?

THOMAS TUCHEL. Accélérer? Non! Il n'y a pas de pression. On a donné des vacances aux joueurs car ils en avaient besoin. Nous venions de passer 20 jours ensemble. Nous devions nous reposer, changer d'air. Maintenant, on cherche des solutions pour les matchs à venir. C'est plus difficile avec sept joueurs positifs au Covid-19. Mais on a fait des bons entraînements avec le reste du groupe.

Que regrettez-vous le plus : le report du match à Lens (prévu le 30 août) ou les vacances de vos joueurs à Ibiza ?

Nous avions besoin de reporter ce match pour donner des vacances. Si on avait joué le 29 août ( NDLR : au lieu du 30 ), c'était la même chose, on aurait donné des vacances après. C'est l'une des forces de ce groupe de faire toujours des choses ensemble ( NDLR : de partir en vacances ). Aujourd'hui, ça nous donne un désavantage mais on doit faire du mieux possible.

Espérez-vous récupérer des joueurs malades pour le choc contre l'OM, dimanche ?

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

On espère, mais honnêtement, s'ils peuvent déjà commencer un entraînement individuel, ce sera un grand pas. Le plus important reste la santé des joueurs. Demain (jeudi), quand nous serons à Lens, quelques-uns feront un entraînement individuel ici. Les autres pourraient revenir vendredi. Mais dimanche, c'est trop tôt. Arnaud Kalimuendo est revenu un peu blessé de la sélection. J'espère que Draxler, Kimpembe, Bakker et Dagba pourront jouer demain (NDLR : ils étaient tous internationaux).

Comment se sentent les joueurs malades ?

Je ne veux pas trop en dire car c'est une question médicale. C'est une chose de se sentir mieux et une chose de faire l'entraînement. Ils débutent le programme individuel. J'ai des doutes pour dimanche. On doit attendre la réaction de chacun après chaque entraînement. Peut-être en verrons-nous revenir avec nous samedi.

Verratti est-il prêt à débuter ?

Il n'est pas 100 % en forme mais il est prêt pour jouer. Peut-être pas 90 minutes. On ne prendra pas de risque. J'ai encore des doutes sur sa capacité à jouer la rencontre entière.

Etes-vous rassuré par les déclarations de Leonardo sur votre avenir ?

Mon contrat, je ne peux pas me le donner moi-même. Je travaille pour le club. Je suis là pour créer une équipe forte, faire un pas en avant. Après, on discute, on ne discute pas, ça ne change rien à mon travail. Je suis proche des joueurs et on avance.

Confirmez-vous que la priorité est de trouver un latéral droit ?

Ce n'est pas un secret, oui. Pour moi, la grande différence entre ma première et ma deuxième saison ici, c'est la taille du groupe. On a eu l'an dernier beaucoup de joueurs fiables. Plus de joueurs en général et plus de joueurs fiables. C'est la base pour avoir de la concurrence et des alternatives. Contre le Real Madrid, on n'avait pas Mbappé, Neymar ou Cavani ? On a joué avec Icardi, Di Maria, Sarabia et on gagne 3-0. Pareil à Galatasaray. Parce qu'on avait une équipe très forte sur le terrain et en dehors. C'est la preuve qu'avec un groupe comme ça, on peut créer une chose spéciale et avoir une saison extraordinaire. On veut continuer à utiliser ce momentum pour nous.

Souhaitiez-vous conserver Sergio Rico et souhaitez-vous voir revenir Choupo-Moting ?

On parle avec Choupo. Peut-être qu'il va rester une saison de plus avec nous. Rico, oui, c'était notre choix. Je veux continuer sur cette paire de gardiens (Navas - Rico). Elle était exceptionnelle. Alphonse (Areola) n'est pas un numéro 2. Il veut jouer, grandir. On cherche une solution.

Quel est votre état d'esprit avant ce premier match à Lens ?

C'est bizarre. Normalement, on a une phase de préparation avec quelques matchs amicaux. Cette fois, on ne bénéficie pas de ça. Je suis toujours heureux de retrouver les terrains avec l'équipe. Commencer par un match de Ligue 1, à Lens, ça sera très difficile, très dur. Il ne faut pas attendre trop de nous. C'est important de jouer humblement, sérieusement. On ne peut pas dire que ce sera un match facile. Je suis curieux de voir ces débuts.

Souhaitez-vous recruter Camavinga au PSG ?

Oui, bien sûr! Mais je ne peux pas parler d'autres joueurs. C'est un des meilleurs de Ligue 1. Il est super-fort, il a un grand avenir. Il joue la Ligue des champions. Ce n'est pas du Monopoly! Mais je ne peux pas dire non.