Leipzig-PSG : une soirée qui coûte cher à Paris

Les Parisiens ont été battus pour la deuxième fois dans cette phase de poules de Ligue des champions. Une première depuis 2004 qui lui laissera très peu de marge d’erreur sur la phase retour.

Si Paris était superstitieux, il y aurait vu un signe. La moitié de l'effectif du PSG a passé une petite heure bloquée dans un ascenseur avant d'être secourue par les pompiers, mardi soir. Ce mercredi soir, la réussite n'était pas davantage parisienne dans une rencontre spectaculaire remportée par le RB Leipzig (2-1), 79 jours après la demi-finale de Ligue des champions (3-0 pour le PSG). Le club de la capitale enregistre une deuxième défaite en phase de poules pour la première fois depuis son retour dans la compétition en 2012, dans la foulée du rachat par le Qatar. Après une première mi-temps prometteuse, il a craqué et fini à neuf.

Grâce à la victoire surprise de Basaksehir Istanbul face à Manchester United (2-1), la situation n'est pas si noire qu'elle le pourrait, mais le PSG jouera le match retour contre Leipzig sans filet dans trois semaines au Parc des Princes. Il devra s'imposer et faire basculer la différence de buts particulière pour espérer encore finir en tête. Privé de Mbappé et Neymar, Paris a réalisé sa demi-heure la plus intense de la saison, avant de sombrer face à ses limites du moment et à un adversaire remonté à bloc par Julian Nagelsmann et déterminé à mettre en place sa méthodologie galvaudée lors du Final 8.

Tiré par Kean, poussé par Marquinhos, le PSG a rendu coup pour coup aux Allemands pour voler des ballons, contrer le plus haut possible le jeu rapide. Ses trois plus grosses occasions sont sorties du pressing de Kean, Di Maria et Herrera. Avec à la clé deux balles de but (6e et 9e) et un pénalty (15e) dans les pieds d'Angel Di Maria, pour seulement une réalisation à la clé, sur le premier de ces duels. Trop peu, même si une parade extraordinaire complétée par un sauvetage de Florenzi avait rappelé le danger (8e).

Neymar, Mbappé et Verratti de retour dans trois semaines

La suite a été beaucoup plus conforme à l'effectif disponible du PSG. Dès que le filet parisien s'est relâché, les taurillons se sont transformés en sardines pour glisser par bancs jusqu'à la surface parisienne. La fin de la première période où le PSG a reculé a été sanctionnée logiquement par Nkunku (42e). Dans une deuxième période plus décousue, Paris a reperdu le fil. Moins compact, il a été puni sur un long ballon d'Angelino touché de la main par Kimpembe, encore rattrapé par la VAR. L'expulsion de Gueye dans la foulée, puis celle de Kimpembe en fin de match, et la nervosité de Tuchel sur son banc illustrent l'impuissance qui animait le PSG.

Troisième du groupe, condamné à un quasi-sans-faute, le manager n'a pas allégé le contexte en exposant ses états d'âme à la veille du match. Paris va donc avancer sur un fil et à couteaux tirés, la configuration qui lui réussit parfois le mieux. Dans trois semaines, il sera mieux armé, malgré les suspensions des deux expulsés du jour. Neymar, Mbappé, Icardi et Verratti devraient être de retour dans le groupe, Paredes et Kehrer seront en mesure d'être titulaire. Ces hommes et l'intensité de la première période ne seront pas de trop pour redresser la situation.

Feuille de match

Mi-temps : 1-1. Huis clos.

Arbitre : M. Marciniak (Pol).

Buts. RB Leipzig : Nkunku (42e), Forsberg (57e, s.p.). PSG : Di Maria (6e).

Avertissements. Leipzig : Upamecano (15e), Konaté (25e). PSG : Kimpembe (19e, 90e + 5), Gueye (37e, 69e). Kurzawa (67e). Expulsions : Gueye (69e), Kimpembe (90e + 5).

RB Leipzig : Gulasci (cap.) – Orban, Upamecano, Konaté – Mukiele (Heinrichs, 64e), Sabitzer (Kampl, 90e), Haidara (Adams, 76e), Angeliño – Nkunku, Olmo (Poulsen, 63e), Forsberg (Kluivert, 76e). Entr. : Nagelsmann.

PSG : Navas – Florenzi (Rafinha, 84e), Danilo, Kimpembe, Kurzawa (Bakker, 73e) – Gueye, Marquinhos (cap.), Herrera – Di Maria, Kean, Sarabia (Kehrer, 73e). Entr. : Tuchel.