Jessica Aidi, compagne de Verratti : «Le Marco que j’ai à la maison n’est pas du tout celui que vous voyez sur le terrain»

Jessica Aidi, la future épouse de Marco Verratti, va participer à la nouvelle saison des «Marseillais» sur W9. De Dubaï, où le programme est enregistré, la jeune mannequin s’est confiée sur son rôle et sur le couple glamour qu’elle forme avec le joueur du PSG.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 « Depuis que je suis avec Marco, je me suis ralliée à la cause parisienne, les liens du cœur priment avant tout », explique Jessica Aidi.
« Depuis que je suis avec Marco, je me suis ralliée à la cause parisienne, les liens du cœur priment avant tout », explique Jessica Aidi. Instagram/@jessicaaidi

Une Parisienne chez les Marseillais! Telle pourrait être le sous-titre de la nouvelle saison de l'émission de W9 « Les Marseillais ». Actuellement en tournage à Dubaï, le programme mettra en effet en vedette Jessica Aidi, la future épouse de Marco Verratti, enrôlée pour encadrer les candidats dans leurs activités. Un rôle inattendu devenu cocasse du fait de l'identité de son compagnon mais que la mannequin a accepté de nous dévoiler avec humour et bonne humeur.

Est-ce bien sérieux de participer à l'émission de téléréalité « Les Marseillais » quand on est la compagne d'un joueur du PSG ?

JESSICA AIDI. (Elle rit) C'est assez atypique, je vous l'accorde. Mais à partir du moment où ça ne concerne pas le sport, pourquoi pas ?

Comment avez-vous atterri dans l'émission ?

Par le plus grand des hasards. Le producteur, Benjamin Giazzi, était à la recherche d'une bookeuse pour la nouvelle saison. Il a posté une annonce sur ses réseaux, deux de mes amis lui ont envoyé mon profil, il m'a contactée… On s'est rencontrés et ça a accroché immédiatement. Ce n'est que par la suite qu'il a appris que mon conjoint jouait au PSG. Il a trouvé ça très très drôle et s'est dit que ça pouvait faire quelque chose de sympathique.

Avez-vous eu la même réflexion ?

Non, moi, je n'y avais même pas pensé. C'est quand j'en ai parlé à Marco qu'il m'a dit : « Tu veux vraiment faire une émission sur les Marseillais ? Tu sais quand même que je suis un joueur de Paris… » C'est mon côté femme ça, je ne suis pas fan de foot, moi, je ne réfléchis pas en termes d'hostilité sportive (rires). Cela ne m'était pas venu à l'esprit que ça puisse poser problème. Mais, au final, c'est une émission sympathique, ce n'est pas vraiment dérangeant.

Est-ce un programme que vous regardez à la maison avec Marco ?

Moi, je l'ai regardé, il y a quelques années, avant de partir vivre à New York. Mais, pour Marco, ça passe trop tôt, il est souvent à l'entraînement à cette heure-là.

Newsletter PSG express
Nos informations sur le club de la capitale
Toutes les newsletters

Avez-vous été présentée aux « Marseillais » comme la compagne d'un joueur du PSG ?

Non, je me suis présentée comme l'aurait fait n'importe qui, par mon prénom. Mais les garçons m'ont reconnue et ont directement fait le lien. Comme tout Marseillais qui se respecte, ce sont des vrais fans de foot (rires). Inutile de vous dire que ça a copieusement chambré dans la foulée.

Etes-vous une vraie Parisienne ?

Moi, je suis de Montpellier, à la base je ne suis ni Parisienne, ni fan de foot. Mais, depuis que je suis avec Marco, évidemment je me suis ralliée à la cause parisienne, les liens du cœur priment avant tout. Après, je ne suis pas devenue grande amatrice de football mais, quand mon homme joue, je suis totalement de son côté.

Cette rivalité Paris-Marseille crée-t-elle des conflits dans la villa ?

Non, pas du tout. Au contraire, comme j'ai une petite autorité sur eux du fait de ma position de bookeuse, ils ne se sont pas encore permis de me charrier sur ça ou sur Marco. Mais on n'est qu'en début de tournage, ça peut encore évoluer dans les semaines à venir…

« Dans la vie, Marco n’est pas le même homme, il est très doux, très calme », confie Jessica Aidi. Instagram/@jessicaaidi
« Dans la vie, Marco n’est pas le même homme, il est très doux, très calme », confie Jessica Aidi. Instagram/@jessicaaidi  

Savez-vous qu'il y a bientôt un OM-PSG en Ligue 1 (le 7 février) ?

Oui, mais il y a surtout eu le Trophée des champions ( elle s'esclaffe ). Je ne les ai pas encore revus depuis. Mais vu que ça s'est bien terminé pour nous, j'ai hâte.

Marco vous a-t-il invité à chambrer les candidats après la victoire parisienne ?

Non, pas du tout. Marco est très respectueux de la rivalité entre Paris et Marseille. Au contraire, il m'a fortement conseillé de ne pas aller sur ce terrain-là. Il est content de la victoire mais n'a pas envie de titiller les adversaires.

Vous jouez le rôle de garde-fou des candidats dans la villa. Est-ce une fonction que vous occupez aussi auprès de Marco qui, sur le terrain, est plutôt indiscipliné ?

( Elle rit ) Je crois même qu'on peut le dire, il est impulsif et virulent parfois! Sur le terrain, il s'emporte car le foot le prend aux tripes. Mais, dans la vie, Marco n'est pas le même homme, il est très doux, très calme. On ne s'embrouille jamais. Il est toujours dans la compréhension alors que, sur le terrain, on ne peut pas dire qu'il soit toujours indulgent ( rires ). On ne peut pas le calmer, c'est plus fort que lui. Mais, au quotidien, je n'ai pas besoin de jouer les garde-fous car le Marco que j'ai à la maison n'est pas du tout le Marco que vous voyez sur le terrain.

Partagez-vous ensemble les joies et les peines liées au terrain ?

Oui, puisque, qu'il gagne ou qu'il perde, je suis la personne qu'il rejoint après les matchs. Evidemment, je suis là pour l'apaiser s'il en a besoin. Mais, même quand il perd un match important, que ça le mine, Marco fait en général la part des choses. Il parvient à en faire abstraction pour garder sa bonne humeur. Et, quand il gagne, il est très content, là, pas de problème.

Comment avez-vous vécu le Final 8 de Lisbonne et cette finale de Ligue des champions perdue face au Bayern ?

C'était dur car ils sont restés presque deux semaines et demie au Portugal. Ce n'est déjà pas simple d'être loin de sa famille en règle générale. Mais enchaîner les matchs dans ce contexte si particulier, sans pouvoir serrer les gens qu'on aime, femme ou enfant, dans ses bras, ça a été difficile pour eux. Mais ça leur a aussi donné une sacrée force mentale. Après, le retour à la réalité a été compliqué pour chacun. Ils étaient tellement proches de cet objectif qu'ils chassent depuis des années, qu'ils ont tous pris une grosse claque. Ce n'est pas un hasard, tout le monde a pu s'en rendre compte, si la reprise de la saison a été compliquée. Il leur a fallu passer le cap de cette défaite qui a marqué tout le monde, joueurs, staff, supporters, journalistes… Tout le monde a été touché de près comme de loin.

Jessica Aidi et Marco Verratti après la victoire du PSG en Coupe de France en juillet dernier.Instagram/@jessicaaidi
Jessica Aidi et Marco Verratti après la victoire du PSG en Coupe de France en juillet dernier.Instagram/@jessicaaidi  

Cela a-t-il aussi été votre cas ?

Oh, oui, la déception a été horrible. Quand c'est la personne que vous aimez qui joue, vous partagez ses émotions. Si vous êtes très empathique, comme moi, la déception est communicative, encore plus dure, plus difficile à digérer. Quand on voit la déception que ça draine aussi tout autour, notamment chez les supporters, on prend conscience du poids très lourd qu'ils avaient sur les épaules… Le retour du Portugal a été très difficile pour tout le monde.

Cela signifie-t-il qu'il est plus compliqué d'être la conjointe d'un joueur de football que le compagnon d'un mannequin ?

Non, les footballeurs ont un emploi du temps carré. On connaît quasiment le programme de septembre à juin, en termes d'organisation, c'est très simple. Modèle, c'est un job plus aléatoire, imprévisible, qui vous envoie aux quatre coins du monde… C'est plus compliqué d'être compagnon de modèle que femme de footballeur. Mais ce n'est que mon avis, peut-être parce que je vis très bien ma situation de femme de joueur (rires).

La distance que vous imposent vos activités respectives est-elle compliquée à gérer ?

Pas tant que ça. Lui a un emploi du temps très serré et, moi, quand je pars, ce n'est pas pour plusieurs mois. Et puis quand notre histoire a débuté, je vivais à New York, je faisais des allers-retours réguliers… finalement, on est un peu habitués. Ce qui est difficile, c'est de devoir se séparer là, après un an de confinement. On avait un peu oublié la sensation que ça faisait d'être loin l'un de l'autre. Mais on prend le bon côté des choses, ça stimule un peu le manque, c'est bénéfique pour lui comme pour moi.

Les candidats ont l'habitude de se montrer très charmeurs avec les bookeuses de l'émission. Marco ne risque-t-il pas d'être jaloux ?

Marco n'est pas du tout jaloux. En tout cas, il ne le montre pas même si, croyez-moi, c'est un vrai italien (rires). Entre nous, tout est question de confiance. J'ai 300 % confiance en lui comme il a 300 % confiance en moi. Je pense qu'il a aussi très confiance en lui, et comme j'ai aussi confiance en moi, il n'y a pas de problème. Pourtant, ce n'est pas simple d'être en couple avec quelqu'un qui a 5 millions de followers sur les réseaux sociaux, qui a un nom et qui est footballeur… La chance que j'ai eue, c'est qu'ils (NDLR : les Marseillais) m'ont reconnue. Ils savaient que j'étais en couple et avec qui. Cela a un peu posé les limites. Mais on connaît l'exubérance des Marseillais, j'ai le droit à quelques compliments et autres remarques. Mais toujours dans le respect. C'est très appréciable.

« Marco a vraiment pris son courage à deux mains, c’était vraiment très mignon », témoigne Jessica Aidi au sujet de la demande en mariage de l’Italien.Instagram/@jessicaaidi
« Marco a vraiment pris son courage à deux mains, c’était vraiment très mignon », témoigne Jessica Aidi au sujet de la demande en mariage de l’Italien.Instagram/@jessicaaidi  

Marco vous a récemment demandée en mariage. Comment cela s'est-il passé ?

Je ne m'y attendais pas, mais vraiment pas du tout. On était en voyage au Maroc avec nos amis proches pendant la trêve hivernale. Je ne sais pas si c'est la crainte de me voir partir à Dubaï pour l'émission qui l'a décidé, mais il avait tout organisé dans mon dos. Il a fait sa demande dans le désert, près de Marrakech. J'étais vraiment surprise de la manière dont il l'a formulée. Marco est timide et discret dans la vie, ce n'est pas son genre de s'afficher devant tout le monde. Là, il a vraiment pris son courage à deux mains, c'était vraiment très mignon.

Vous étiez notamment là-bas avec Kylian Mbappé. Comment l'aider à sortir de la période difficile qu'il traverse actuellement ?

Oh là… pour les conseils sportifs, ce n'est pas vers moi qu'il faut se tourner. Mais, connaissant la détermination et la force de caractère de Kylian, il va vite revenir en forme, c'est sûr.

Que peut-on vous souhaiter pour l'année 2021 ?

On peut me souhaiter un joli mariage et une Ligue des champions. Ce serait le top. J'y crois, ils ont le talent et le potentiel pour la gagner. Entre les blessures et le Covid, il n'y a pas grand-chose qui aide. Mais ça ne m'empêche pas de croire que ça peut être pour cette année.