Incident raciste pendant PSG-Basaksehir : Pierre Webo déplore le «manque de solidarité de Tuchel»

L’entraîneur adjoint camerounais d’Istanbul Basaksehir revient sur la rencontre disputée en décembre face au PSG, arrêtée puis rejouée le lendemain, après les présumés propos racistes tenus par le quatrième arbitre à son adresse.

 Pierre Achille Webo estime ne pas avoir eu de réponse forte aux mots du quatrième arbitre et espère que de lourdes sanctions vont tomber.
Pierre Achille Webo estime ne pas avoir eu de réponse forte aux mots du quatrième arbitre et espère que de lourdes sanctions vont tomber. LP/Arnaud Journois

Un peu plus d'un mois et demi après le match arrêté PSG-Basaksehir au Parc des Princes en Ligue des champions (reporté au lendemain et finalement remporté par le PSG, 5-1), Pierre Achille Webo, l'entraîneur adjoint de la formation turque, est revenu, ce mardi, dans France Football sur cet épisode douloureux. Les joueurs des deux équipes avaient, en effet, quitté le terrain après que le quatrième arbitre roumain a été accusé de racisme à l'encontre du Camerounais.

« J'ai un sentiment de rage, je me suis senti discriminé », confie l'ancien joueur d'Osasuna et Fernerbahçe. Il estime ne pas avoir eu de réponse forte aux mots du quatrième arbitre et espère que de lourdes sanctions vont tomber. « J'ai envie de voir des sanctions arriver parce qu'il faut une première fois. Il faut que des sanctions très fortes soient prises, sinon ça va continuer à se répéter et personne ne se souviendra de ce qu'il s'est passé. »

«On avait une grande pression de l'UEFA dans le vestiaire»

En plus de ses griefs envers le quatrième arbitre, Pierre Webo en veut également à l'UEFA qui, d'après lui, n'a pas pris le problème au sérieux. « On avait une grande pression de l'UEFA dans le vestiaire, indique-t-il. Ils sont venus voir certains joueurs en disant qu'il fallait reprendre, sinon il n'y aurait pas le temps de rejouer avec les calendriers serrés et la pandémie. »

L'ex-international camerounais de 39 ans (58 capes, 19 buts) salue l'attitude du PSG lors de cette soirée. « Il ne faut pas prendre à la légère le fait que Neymar, Mbappé et tous ces joueurs de taille mondiale réagissent comme ils l'ont fait pour cette cause, insiste-t-il. Le fait de dire : Si c'est arrivé, on ne continue pas, c'est ça qui fait la grandeur de ce jour. Félicitons une nouvelle fois Leonardo, le président du PSG et les joueurs qui ont joué un très grand rôle. »

A l'instar de l'attaquant d'Istanbul Demba Ba, Pierre Webo a, en revanche, tancé l'attitude de l'ex-coach du PSG Thomas Tuchel, dont l'officialisation de l'arrivée à Chelsea est imminente. « L'entraîneur (NDLR : Thomas Tuchel), lui, a fait ce qu'il a fait. Il y a eu un manque de solidarité de sa part. »