Handball : 3 choses à savoir avant PSG-Créteil

De retour dans sa salle après bientôt deux mois, le leader parisien accueille samedi (17 heures) son voisin val-de-marnais dans un derby déséquilibré sur le papier.

 Palais des sports de Créteil, le 29 novembre. A l’aller, le double champion du monde Mikkel Hansen (8 buts) et les Parisiens avaient surclassé (40-27) Créteil dans sa salle.
Palais des sports de Créteil, le 29 novembre. A l’aller, le double champion du monde Mikkel Hansen (8 buts) et les Parisiens avaient surclassé (40-27) Créteil dans sa salle. LP/Icon Sport/Herve Bellenger

Retour à la maison et au championnat pour les Parisiens. Pratiquement deux mois après leur dernière sortie à Coubertin (et une victoire 30-20 contre Dunkerque), les joueurs de Raul Gonzalez accueillent Créteil dans leur salle, ce samedi après-midi (17 heures), dans un derby déséquilibré qui ne devrait accoucher d'une surprise.

Paris ultra-favori. Même si Créteil a l'habitude de vendre chèrement sa peau, il est difficile d'imaginer les Parisiens se faire surprendre chez eux par l'avant-dernier au classement. D'abord parce que leur parcours est pour le moment impeccable (13 matches et autant de victoires). Ensuite car, même privés de Luka Karabatic, ils peuvent s'appuyer sur un effectif galactique, dont Mikkel Hansen, le récent champion du monde danois. A Créteil, qui va ensuite jouer Nîmes (6e) et Montpellier (3e), on pense déjà à Tremblay (16e) dans le duel des mal classés.

La Coupe d'Europe a permis de souffler. Les internationaux parisiens (Remili, Gérard, Genty, Nahi, Hansen, Sole, Morros) sont revenus du Championnat du monde égyptien avec une grande fatigue, que Nedim Remili, le Cristolien de naissance, a exprimé, pensant que le PSG aurait encore trois matches consécutifs à disputer d'entrée. Après celui face à Szeged, les matchs contre Skopje et Elverum ont finalement été reportés. « Nous devions être dans une cadence infernale avec dix rencontres en février, dont 4 en huit jours, explique Thierry Omeyer, le manager. Cela va permettre aux joueurs de souffler. »

La mésaventure de Borges. Felipe Borges, arrivé à Créteil en octobre en provenance de Tremblay, est absent pour ce duel francilien. L'international brésilien (169 sélections), qui devait participer au Mondial égyptien avec son équipe, a attrapé le virus du Covid-19 sur place et n'a pas disputé le moindre match. Placé en quarantaine avec plusieurs de ses coéquipiers, l'ailier gauche de 35 ans a entretenu sa condition seul dans sa chambre d'hôtel et n'est rentré que le week-end dernier. Il ne reprendra l'entraînement que lundi prochain.