Débat : le PSG a-t-il réussi son mercato ?

Avec plusieurs départs marquants (Thiago Silva, Cavani, Meunier) et des arrivées peu coûteuses en dehors du transfert définitif d’Icardi, le PSG a réalisé un mercato atypique, sur fond de crise sanitaire. Eric Roy et Luis Fernandez évaluent sa pertinence.

 Le PSG du directeur sportif Leonardo a vécu un mercato atypique avec trois arrivées lors des deux derniers jours du mercato.
Le PSG du directeur sportif Leonardo a vécu un mercato atypique avec trois arrivées lors des deux derniers jours du mercato. LP/Arnaud Journois

Le PSG a conclu son mercato tard lundi soir par un feu d'artifice, avec trois signatures dans les 48 dernières heures : Danilo Pereira, Moise Kean et Rafinha, la surprise de Leonardo au moment où le club pensait son marché terminé. Dans l'autre sens, l'été a encore été marqué par des départs non monétisés, avec les fins de contrats de Thiago Silva, Cavani, Meunier, Choupo-Moting, Kouassi et Aouchiche. Dans ce cadre et sur fond de coronavirus, il a fallu improviser.

Passé la levée de l'option d'achat de Mauro Icardi, pour 50 millions d'euros hors bonus, Leonardo a dû se montrer très inventif. Il est particulièrement difficile de savoir si Paris a « la même qualité de joueurs » et « peut demander les mêmes objectifs » que la saison dernière, pour paraphraser les inquiétudes de Thomas Tuchel la semaine dernière. Luis Fernandez, entraîneur historique du PSG, croit beaucoup au marché effectué par Paris, alors qu'Eric Roy, directeur sportif de Watford jusqu'à cet été, se montre plus réservé.

«Tout dépend de Danilo Pereira»

Eric Roy, directeur sportif, consultant France Télévisions

Pour Eric Roy le mercato du PSG est « contrasté »./LP/Frédéric Dugit
Pour Eric Roy le mercato du PSG est « contrasté »./LP/Frédéric Dugit  

« La réussite de ce mercato dépend de l'installation de Danilo Pereira dans l'équipe. S'il est bien le successeur de Thiago Motta, alors oui, ce sera réussi sinon pas vraiment. Florenzi, c'est bien mais pas sûr qu'il soit meilleur que Meunier. Kean a du talent mais ne jouait pas à Everton. Il vient dans le rôle de Choupo-Moting avec des qualités intrinsèques meilleures et en plus jeune mais aura-t-il le même état d'esprit que Choupo-Moting, remplaçant exemplaire? Rafinha, je ne sais pas si le PSG en avait vraiment besoin. Il sera en concurrence avec Draxler et Sarabia, il peut jouer partout même s'il est plus à l'aise dans le registre offensif. Je comprends l'objectif des clubs d'élargir leur effectif dans une saison avec des matchs rapprochés dans un calendrier bouleversé.

Le seul qui peut changer le jeu du PSG en profondeur, c'est Danilo Pereira, compte tenu de son poste et de sa stature. Aura-t-il l'influence d'un Casemiro au Real ou d'un Fabinho à Liverpool ? Saura-t-il se rendre incontournable ? C'est en tout cas plus cohérent que de placer Marquinhos au milieu, une idée dont je n'ai jamais été fan.

L'objectif d'un directeur sportif est aussi de vendre. Leonardo, sans argent, a réussi à attirer des joueurs internationaux, c'est vraiment bien mais il n'a vendu personne. C'est donc un mercato contrasté dont Danilo Pereira déterminera le degré d'amélioration. »

«On ne pourra plus se plaindre»

Luis Fernandez, ancien entraîneur et dirigeant du PSG, consultant pour BeIN Sports

« Sur le papier, j’aime bien ce mercato », affirme Luis Fernandez./LP/Olivier Arandel
« Sur le papier, j’aime bien ce mercato », affirme Luis Fernandez./LP/Olivier Arandel  

« Le désir des uns et des autres était de se renforcer. Cela a été fait. J'ai vu jouer Moise Kean en Italie et à Everton, où il était un peu moins bien, mais c'est une question d'adaptation. C'est un renfort de qualité. Au milieu de terrain, la volonté était de trouver une sentinelle pour laisser Marquinhos derrière. Recruter Danilo Pereira, le capitaine de Porto, international portugais, c'est très prometteur. J'ai bien aimé les débuts de Florenzi face à Marseille. Je le trouve hyper intéressant dans sa façon de déborder et de centrer remarquablement bien. Son but contre Angers est magnifique. Rafinha vient dans une situation difficile, il aura sans doute un surplus de motivation.

Le Bayern qui est champion d'Europe s'est renforcé mais le Barça et le Real n'ont pas pu réellement aller sur le marché. Paris a fait différemment. Désormais, il y a six milieux de terrain. On ne peut plus se plaindre, même si je ne veux pas entrer dans la polémique entre Leo et Tuchel. Offensivement, Paris compte aussi six joueurs. Maintenant, il y a embouteillage au milieu et en attaque et tous les postes sont doublés derrière. L'effectif a dominé le championnat et les coupes l'an dernier et on y a ajouté plusieurs garçons de qualité. On pourra les comparer à ceux qui sont partis comme Cavani, Thiago Silva ou Meunier après les avoir vus s'adapter et s'exprimer dans ce collectif. Il faut leur laisser le temps.

Mais, sur le papier, j'aime bien ce mercato. Surtout qu'en arrivant dans un club qui vient de disputer la finale de la Ligue des champions, les recrues vont avoir un surplus de motivation et vont devoir élever leur niveau. »