Caen-PSG (0-1) : Neymar, l’ombre de la malédiction

Suspendu contre Nîmes, sur le banc contre l’OM, le Brésilien a été le meilleur des Parisiens à Caen ce mercredi. Avant de sortir en boitillant…

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Sévèrement touché sur un duel, Neymar a repris le jeu avant de sortir une minute plus tard. Il est directement rentré aux vestiaires.
Sévèrement touché sur un duel, Neymar a repris le jeu avant de sortir une minute plus tard. Il est directement rentré aux vestiaires. REUTERS/Stéphane Mahé

Les rencontres de Coupe de France, Neymar les regarde généralement depuis son domicile des Yvelines ou sur le banc de touche, soit en raison de ses blessures, soit pour profiter de temps de repos. Titulaire ce mercredi à Caen (victoire 1-0 du PSG), le Brésilien a connu son septième match seulement dans la compétition sur les 19 matchs disputés par le PSG depuis son arrivée. Mais Mauricio Pochettino pourrait regretter ce choix au regard du tampon encaissé par Neymar à la 55e minute.

Sévèrement envoyé au sol par Steeve Yago, non averti pour ce geste, le Brésilien s'inquiétait pour l'arrière de sa jambe gauche. Sur le contact suivant, toujours avec Yago, il se tient cette fois les adducteurs avant de céder sa place à Kylian Mbappé à l'heure de jeu. Passablement agacé par le geste du joueur caennais, Neymar l'a fait savoir aux arbitres, sortant finalement tête basse et boitant légèrement à l'heure de filer directement au vestiaire. Parler de blessure est prématuré mais l'inquiétude reste vive, à moins d'une semaine d'une rencontre « importantissime » au Camp Nou de Barcelone.

« C'est difficile à dire, soupire Pochettino au micro d'Eurosport. Nous verrons demain avec le docteur si c'est une blessure ou pas. Pour le moment, nous n'en savons pas plus ». Au moment de quitter le stade Michel-d'Ornano, le Brésilien boitait toujours, grimpant difficilement les quelques escaliers de l'enceinte caennaise.

Angel Di Maria (cuisse droite) est déjà forfait pour ce match des 8es de finale aller de la Ligue des champions. Perdre Neymar serait un gros coup dur pour le PSG et raviverait les mauvais souvenirs des deux premières saisons du numéro 10 à Paris. Face au Real Madrid, en 2018, et à Manchester United, en 2019, il n'était apparu que lors d'un unique match à ce stade de la compétition européenne.

Il avait multiplié les accélérations

La saison passée, ses deux buts contre Dortmund, à l'aller et au retour, rappelaient toute l'importance de sa présence dans les grands rendez-vous. Suspendu contre Nîmes, remplaçant au coup d'envoi contre l'OM après des signes d'une gastro-entérite, le Brésilien engrangeait pourtant du rythme sur la pelouse normande. Joueur le plus actif du PSG sur l'heure de jeu disputée, il multipliait les accélérations pour tenter de déstabiliser la défense à 5, très regroupée, formée par l'équipe de Pascal Dupraz. C'est de sa patte gauche qu'est venue l'ouverture du score, signé Moise Kean à bout portant (49e). Un centre millimétré, qui contraste avec les maigres tentatives de Pablo Sarabia ou Mitchel Bakker.

Sur la première période, Neymar avait déjà adressé un ballon idéal sur la tête de Julian Draxler (42e), dévissé par l'Allemand. L'ancien du Barça manquait lui-même une frappe du pied gauche quelques minutes plus tôt après un service de Sarabia (33e). Après sa frayeur du jour, il ne serait pas étonnant de voir « Ney » rester au frais ce samedi lors de la réception de Nice en Ligue 1. Si c'est le cas, il se présentera au Camp Nou avec moins de 90 minutes de jeu dans les jambes en deux semaines. Vraiment pas l'idéal.