Barcelone-PSG : la patte Pochettino attendue au Camp Nou

Depuis son arrivée, l’Argentin s’est concentré sur des principes basiques pour aider Paris à gagner. Mardi soir, contre le Barça, son influence comptera un peu plus.

 Mauro Pochettino, ici en discussion avec Thilo Kehrer, va faire face à son premier grand test, à l’occasion du 8e de finale à Barcelone.
Mauro Pochettino, ici en discussion avec Thilo Kehrer, va faire face à son premier grand test, à l’occasion du 8e de finale à Barcelone. LP/Olivier Arandel
Ligue 1 Uber Eats

Le style, l'identité de jeu. Deux concepts évoqués, exigés par Leonardo à l'heure de présenter les missions du nouveau staff technique du PSG, de Mauricio Pochettino, en poste depuis début janvier. L'Argentin connaît les demandes mais, en un mois et demi de présence, il ne peut révolutionner Paris. Un point qu'il assume ouvertement en conférence de presse après la courte victoire face à Nice, ce samedi (2-1).

« Vous savez, après 40 jours, 10 matchs, trouver le temps pour travailler et donner de la flexibilité à l'équipe, ce n'est pas simple, rappelle le coach. On pense à la récupération des joueurs avant tout. On aura encore peu de temps d'ici mardi pour travailler. Mais c'est notre défi. On avait trouvé ça à Tottenham avec le temps. Je suis sûr que ce sera le cas à Paris. »

Dès mardi, la patte Pochettino est attendue au Camp Nou de Barcelone pour le premier des matchs les plus importants de la saison, comme on aime le répéter. Un résultat positif à Barcelone permettrait de préparer un nouveau « match important », le 10 mars lors du 8e retour, dans des bonnes conditions. Et ainsi de suite jusqu'à, tout Paris l'espère, une nouvelle finale de Ligue des champions.

Mais l'Argentin subit de nouveaux contretemps depuis une semaine. Après Angel Di Maria (cuisse droite), il a perdu Neymar (adducteurs) pour environ quatre semaines. Pour créer du jeu, tous les espoirs reposent sur la hanche de Marco Verratti, qui devrait être rétabli pour le voyage en Catalogne.

La charnière Marquinhos-Kimpembe a montré des signes de fébrilité

Ce samedi contre Nice, comme à Caen (1-0) en milieu de semaine ou à Marseille (2-0), Paris s'est surtout concentré sur son efficacité. « Avec les circonstances actuelles, j'ai trouvé la prestation solide, professionnelle, souligne Pochettino. Peut-être qu'elle n'est pas brillante. Mais je suis content de l'attitude, de l'investissement. Les circonstances obligent à trouver des solutions en permanence, différentes stratégies pour obtenir l'objectif du moment : gagner, gagner et gagner. » Avec très peu d'occasions, le club de la capitale a su s'imposer sans (trop) s'exposer. Une légère inquiétude souffle toutefois sur la défense parisienne. La charnière Marquinhos-Kimpembe a montré des signes de fébrilité. Un événement qui doit rester inédit si Paris veut s'imposer à Barcelone.

La question est de savoir si le PSG de Pochettino peut réaliser un match moyen et repartir de Catalogne avec le sourire. L'Argentin lui-même ne semble pas croire à cette théorie : « Nous devons être prêts », lance-t-il. Pour cela, avec encore un laps de temps limité et un seul réel entraînement (lundi, sur place) programmé, Pochettino et son staff joueront sur d'autres ressorts. « On transmet beaucoup aux joueurs grâce aux images depuis notre arrivée, détaille-t-il. Ce sera beaucoup de communication, de la préparation mentale plus que physique. » Déjà une première manière d'imposer sa patte.