Avenir de Messi : Joan Laporta accuse le PSG de tenter de déstabiliser le Barça

Candidat à l’élection présidentielle du FC Barcelone, Joan Laporta n’a pas apprécié les déclarations de Leonardo sur l’attaquant argentin.

 Lionel Messi, capitaine du Barça, est libre de signer où il le souhaite depuis le 1er janvier.
Lionel Messi, capitaine du Barça, est libre de signer où il le souhaite depuis le 1er janvier.  REUTERS/Marcelo Del Pozo

Le feuilleton Lionel Messi devrait se poursuivre encore quelques mois. Ce que décidera l'Argentin, personne ne peut l'affirmer à ce stade de la saison. Mais alors que le FC Barcelone se trouve en pleine crise financière et institutionnelle avec des élections à venir, les candidats à la présidence défilent dans les différents médias pour dévoiler leurs arguments de campagne.

Joan Laporta, déjà président de 2003 à 2010, a choisi l'offensive lundi 25 janvier dans la soirée en attaquant la politique du PSG, plus que jamais dans la course pour accueillir Messi, en fin de contrat dans six mois. Interrogé sur les récentes déclarations de Leonardo et de la « chaise réservée juste au cas où » à la table de ceux qui suivent le dossier de près, le Catalan a sèchement répondu aux dirigeants parisiens.

« Je ne crois pas que ce soit correct »

« J'ai lu que le PSG présentait également des pertes financières, explique Joan Laporta dans le programme télévisé Desmarcats sur TVE Catalunya. Nous verrons s'ils peuvent réaliser des investissements. Dans tous les cas, ce que je demanderais, si nous devons aussi être respectueux au moment d'évoquer des noms, c'est que le PSG ne s'attelle pas à déstabiliser le Barça. Nous ne leur avons rien fait pour qu'ils manifestent leur envie de signer Messi à la moitié de la saison. Je ne crois pas que ce soit correct ».

Des déclarations qui s'inscrivent aussi dans le contexte des huitièmes de finale de la Ligue des champions entre le Barça et le PSG (16 février, 10 mars). La presse catalane s'était déjà offusquée des propos de Leonardo au lendemain de son interview accordée à France Football. « Je ne sais pas, en revanche, si Messi à Paris, c'est faisable, déclarait le dirigeant brésilien. Mais on est assis à la grande table de ceux qui suivent le dossier de près. En fait, non, on n'est pas encore assis, mais notre chaise est juste réservée au cas où… ».