PSG-Nîmes : Zinedine Ferhat, l’arme offensive des Crocos

Le talentueux milieu offensif international algérien de Nîmes, opposé ce mercredi soir au PSG, est sans conteste l’une des attractions de la L1 cette saison.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 En fin de contrat avec Nîmes en juin 2022, Zinedine Ferhat va se retrouver courtisé durant l’intersaison.
En fin de contrat avec Nîmes en juin 2022, Zinedine Ferhat va se retrouver courtisé durant l’intersaison. Icon Sport/Eddy Lemaistre

Son prénom, Zinedine, son maillot floqué du numéro 10 et ses gestes techniques sur les pelouses de Ligue 1 ne passent pas inaperçus. Meilleur buteur (3) et passeur (3) du Nîmes Olympique, Zinedine Ferhat est l'une des rares satisfactions de la formation gardoise actuelle lanterne rouge avant son déplacement au Parc, ce mercredi soir (21 heures). A 27 ans, l'international algérien (11 sélections) a franchi un cap cette saison. « C'est un joueur travailleur. Il se fixe des objectifs toujours plus haut, déclare Mourad Ibri, son ami et agent. C'est quelqu'un de simple. Il se consacre à son métier, à sa famille et à son enfant. Son rêve aujourd'hui, est de participer à une Coupe du monde avec les Fennecs (NDLR : le surnom de la sélection algérienne). »

L'histoire de Zinedine commence en Algérie. Doué, il démarre sa carrière pro à 18 ans à l'USM Alger. Son aisance balle au pied et son efficacité dans la dernière passe en font un des joueurs les plus attractifs du championnat. « Il était déjà perçu comme l'un des espoirs qui allait faire une carrière internationale, se rappelle Rolland Courbis, son entraîneur à l'USMA en 2012-2013 et consultant sur RMC. Il possédait un énorme potentiel physique et athlétique. Il peut évoluer comme meneur de jeu mais aussi sur tout le côté droit aussi bien offensivement que défensivement. »

Le record de passes décisives dans l'histoire de la L2

Sélectionné pour la première fois avec les Fennecs de Vahid Halilhodzic en 2013, il se retrouve au cœur d'une polémique trois ans plus tard. La fédération le suspend pour une durée indéterminée car elle estime qu'il avait quitté, sans prévenir, le rassemblement des Espoirs pour signer son contrat au Havre (L2). « La fédération avait reçu toutes les autorisations du joueur et du club pour aller signer son contrat, affirme son entourage. Comme Zinedine partait libre, donc sans indemnité pour son ancien club, le président de l'USMA a alors mis la pression sur la fédération pour qu'elle le suspende. » Meilleur joueur du tournoi de qualification olympique quelques mois auparavant, Zinedine est privé des JO de Rio 2016 en raison de cette sanction.

Au Havre, il va vite faire parler de lui. « Il a dû s'adapter à la L2, à un nouveau pays et à d'autres méthodes d'entraînement, mais rapidement il a montré de belles choses à l'entraînement et en match, se souvient Oswald Tanchot, son coach au Havre. Il est plus intéressé par la dernière passe que la finition même s'il est doté d'une bonne frappe. Il possède un bagage complet au niveau technique et athlétique, il va vite, il est puissant et bon de la tête. C'est un garçon charmant et sérieux mais qui avait besoin parfois d'être poussé. »

En 2017-2018, il réalise le record de passes décisives (20) de l'histoire de la L2. Ses performances suscitent la convoitise. De nombreux clubs comme Nantes et Lille se positionnent mais le président havrais réclame une indemnité de transfert de 7 millions d'euros pour le laisser partir. Trop pour ses prétendants. Après une dernière saison en demi-teinte en Normandie, il signe à Nîmes en juin 2019.

« Il a pris une dimension supplémentaire cette année »

En équipe nationale, il fait partie des plans du sélectionneur Djamel Belmadi même s'il existe une forte concurrence à son poste avec notamment Riyad Mahrez et Sofiane Feghouli. « C'est un joueur rêvé pour un coach, appuie son entraîneur Jérôme Arpinon. Il a pris une dimension supplémentaire cette année. On avait fixé des objectifs afin qu'il augmente ses statistiques en L1 et il commence à le faire depuis le début de saison. C'est un gagneur avant tout, il ne supporte pas la défaite. »

En fin de contrat avec Nîmes en juin 2022, Zinedine va se retrouver courtisé durant l'intersaison. « Il lui manque juste qu'on lui donne sa chance dans un plus grand club, estime Arpinon. Il pourra évoluer avec des joueurs de plus gros calibre autour de lui et s'épanouir encore plus. » Et Courbis d'abonder. « C'est un joueur précieux pour un coach car il peut évoluer sur 2 ou 3 postes. Je ne serai pas étonné qu'un club important en France ou à l'étranger se manifeste l'été prochain. »