PSG-Bayern : tensions et heurts à Paris après la défaite

Plusieurs milliers de supporters étaient rassemblés dimanche soir à proximité du stade et dans certains quartiers de Paris à l’occasion de la finale de la Ligue des champions.

Ambiance tendue à Paris à l'issue de la finale de Ligue des champions perdue par le PSG face au Bayern Munich (1-0), ce dimanche soir. En plusieurs endroits de la capitale, des heurts ont eu lieu avec les forces de l'ordre. Dans la nuit, vers 3 heures, la préfecture de police faisait état de 83 personnes interpellées, un chiffre encore « provisoire ».

Ce lundi matin, un bilan de 158 interpellations pour 151 gardes à vue, dont 49 mineurs, au total a été annoncé par les autorités. L'une d'entre elles concerne un individu qui a agressé un automobiliste sur le quai Branly (Paris, VIIe arrondissement). Gérald Darmanin a par ailleurs dénoncé « la sauvagerie de certains délinquants », 16 agents des forces de l'ordre ont été blessés, « 12 magasins attaqués, une quinzaine de véhicules dégradés ».

Sur les Champs-Elysées, une foule de plusieurs centaines de personnes a dévalé l'avenue sous les tirs de feux d'artifice et les fumigènes, en scandant « Merci Paris ! ». Mais des mouvements de foule et des affrontements entre des CRS et plusieurs centaines d'individus ont aussi eu lieu, selon nos reporters sur place. Des projectiles ont été lancés et les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène.

Peu avant 1 heure du matin, les incidents sur les Champs-Elysées ont monté en intensité. Rue François-1er, la bijouterie de luxe Burma et la boutique de prêt à porter Sandro ont été vandalisées et pillées en marge de la dispersion des supporteurs du PSG.

VIDÉO. Défaite du PSG : des vitrines brisées et des magasins pillés sur les Champs-Elysées

Au moins une voiture dans la capitale a été prise pour cible par des individus particulièrement excités, avant d'être « incendiée ».

Intervention des CRS près du Parc des Princes

Auparavant, faute d'avoir pu faire partie des 5000 supporters du PSG autorisés à entrer au Parc des Princes, des milliers d'autres se sont réunis dans la rue pour suivre le match.

Dix minutes avant le coup d'envoi, l'ambiance s'est tendue lorsque plusieurs milliers de fans se sont regroupés devant la tribune Auteuil. Les CRS ont dispersé la foule à coups de gaz lacrymogène et un périmètre de sécurité a été mis en place afin d'autoriser seulement les détenteurs de billets à rentrer dans l'enceinte du stade.

« Les CRS nous ont chargés, raconte Julien, un supporteur parisien. Un drap blanc devait être installé dans la rue pour projeter le match dessus. Ils l'ont retiré et nous ont dispersés avec du gaz lacrymo ».

Finalement, vers 21h15, la foule s'est dispersée dans les rues aux alentours du Parc, se regroupant par grappes de plusieurs centaines de personnes devant les bars et les restaurants du quartier. Rassemblés à proximité du stade, ils ont vécu la suite de la première mi-temps animée dans une ambiance festive. Plusieurs fumigènes ont même été allumés.

Des fans du PSG suivent le match diffusé dans un bar. LP/Hamza Ouard
Des fans du PSG suivent le match diffusé dans un bar. LP/Hamza Ouard  

Mais les camions de CRS ont fait leur retour à la mi-temps, obligeant les fans à se disperser. Des bars ont été évacués par les forces de l'ordre et une partie de la foule de supporters parisiens s'est échappée en s'engouffrant dans les bouches de métro. A l'issue du match, des individus ont mis le feu à des poubelles dans le XVIe arrondissement, non loin du Parc des Princes, obligeant les pompiers à intervenir.

Des bars évacués

Dans le même temps, la préfecture de police de Paris a annoncé sur Twitter que plusieurs bars « qui ne respectent pas les obligations sanitaires de distanciation physique autour des Champs-Élysées » avaient aussi été « évacués et fermés ».

A 22h30, 274 personnes ne portant pas de masque (en théorie obligatoire) avaient été « verbalisées », a indiqué la préfecture. Les forces de l'ordre sont aussi intervenues rue du Colisée pour « disperser des personnes regroupées ne respectant pas la distanciation physique ».

Toujours dans ce secteur des Champs-Élysées, certains privilégiés ont réussi à avoir les premières places devant les télés de bars tandis que d'autres ont opté pour les directs sur téléphone.

Dans le quartier des Champs-Elysées, ce dimanche soir. LP/Elise Viniacourt
Dans le quartier des Champs-Elysées, ce dimanche soir. LP/Elise Viniacourt  

Selon un bilan provisoire, la préfecture de police de Paris faisait état peu avant 1 heure du matin d'une vingtaine d'interpellations au cours de la la soirée, dont celle d'un individu ayant agressé le conducteur d'une voiture quai Branly. Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur remerciait dans le même temps les forces de l'ordre procédant « à des interventions et des interpellations de petits groupes violents, fauteurs de troubles dans le VIIIe et le VIIe arrondissement ».