Monaco-Lorient : après avoir failli arrêter le foot, Fofana explose à l’ASM

Youssouf Fofana est devenu l’un des hommes forts de Monaco, opposé ce dimanche à Lorient (13 heures). Le milieu de terrain, qui a grandi en région parisienne, avait essuyé plusieurs échecs dans sa jeunesse.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Youssouf Fofana est l’un des protagonistes majeurs de la bonne saison de Monaco, 4e de Ligue 1.
Youssouf Fofana est l’un des protagonistes majeurs de la bonne saison de Monaco, 4e de Ligue 1. Icon Sport/Pascal Della Zuana
Ligue 1 Uber Eats

En janvier 2020, Monaco n'avait pas hésité à verser 15 millions d'euros à Strasbourg pour acquérir Youssouf Fofana. S'il incarne, désormais, la nouvelle génération et le renouveau du club monégasque, 4e de Ligue 1, le milieu de terrain de 22 ans, très en vue ces dernières semaines, a emprunté un chemin plutôt tortueux, du quartier des Orgues-des-Flandres dans le XIXe arrondissement de Paris, où il a grandi, à la Principauté.

« Ce petit en a bavé, ça s'est joué à très peu pour qu'il arrête le foot », raconte Himed Hamma, l'entraîneur qui l'a relancé avec les U19 de Drancy. Après des débuts prometteurs à l'Espérance Paris XIXe aux côtés de son ami Moussa Diaby (Bayer Leverkusen, ex-PSG), Fofana intègre l'INF Clairefontaine mais est recalé par les clubs pros. « Je ne mesurais que 1,62 m à 15 ans, je n'étais pas assez bon physiquement. Je sais que c'est de ma faute. Je ne mets pas ça sur le compte de l'exigence des clubs », reconnaissait-il. Le retour à la case amateur au Red Star puis à Drancy où il n'évolue qu'avec l'équipe B en U17, est compliqué.

L'ascension avec Strasbourg

« Je l'ai pris avec moi en U19 DH et ça n'a pas été facile au départ car il avait perdu la motivation, se souvient Himed Hamma. Quand j'ai voulu le placer devant la défense, les gens aux clubs étaient sceptiques. » L'actuel entraîneur de Bobigny (N2) n'a pas, non plus, oublié ce soir d'octobre 2016 où il ne l'avait pas épargné. « Je l'ai secoué devant tout le monde et il doit s'en rappeler. Je lui ai dit qu'il devait se battre et montrer à tous ceux qui ne lui avaient pas fait confiance qu'il n'était pas mort. Il a fallu lui en faire prendre conscience. Il a repris peu à peu goût au travail. Il restait tard avec moi après les séances pour travailler les coups de pied arrêtés. Et il m'a mis 9 buts, ce qui est quand pas mal pour un numéro 6. »

Après un essai concluant, il rejoint Strasbourg en 2017, qui avait repéré au départ un de ses coéquipiers. Mais il n'avait signé qu'une simple convention. « Strasbourg avait recruté un autre de mes joueurs comme stagiaire, explique encore Himed Hamma. J'ai appelé leur recruteur en lui disant que je n'étais pas d'accord, que Youssouf méritait le même contrat. J'ai été entendu. » Après six mois en réserve, Fofana intègre le groupe pro strasbourgeois et explose lors de la saison 2018-2019 où il participe à la victoire en Coupe de la Ligue.

«Les jeunes comme lui n'ont pas oublié d'où ils viennent»

« Envoyer des jeunes contre des grosses écuries comme Lyon, Bordeaux, l'OM, peu d'entraîneurs le font. Thierry Laurey m'a fait confiance et ça m'a donné des ailes », raconte l'infatigable milieu de terrain box-to-box. Comme signe prémonitoire, il avait ouvert son compteur but en Ligue 1 en janvier 2019 contre… l'AS Monaco au stade Louis-II.

Sur le Rocher où il enchaîne les prestations de plus en plus abouties (21 matchs en L1), l'international Espoir marche sur les traces de son homonyme, l'Ivoirien Youssouf Fofana surnommé le « Diamant noir » qui a laissé une belle trace lors de son passage entre 1985 et 1993. Mais le Parisien n'a pas oublié son quartier et ceux qui l'ont aidé à accomplir son rêve. « Il est resté très reconnaissant », souligne Himed Hamma.

« Les jeunes comme lui n'ont pas oublié d'où ils viennent, appuie Morad Djeddi, président de l'Espérance Paris XIXe. Nous ne sommes pas là par intérêt, mais pour leur épanouissement et ces jeunes qui sont sollicités, se rappellent des sacrifices. »