Le Barça tremble pour Lionel Messi

Silencieux sur son avenir, le sextuple Ballon d’or laisse planer un doute qui avive la tension sur les élections à la présidence de son club actuel et sur le Barça-PSG de février.

 Les grands d’Europe observent de près de la situation Lionel Messi, en fin de contrat avec le Barça en juin.
Les grands d’Europe observent de près de la situation Lionel Messi, en fin de contrat avec le Barça en juin. AFP/Cristina Quicler

Soyez-en certains, les informations concernant l'avenir de Lionel Messi vont pulluler dans les prochaines semaines. En fin de contrat en juin, l'Argentin, considéré par beaucoup comme le meilleur joueur de l'histoire, est libre de s'engager dans le club de son choix depuis le 1er janvier. Et ce, jusqu'à ce qu'un nouveau bail soit signé au Barça… ou ailleurs. Présent chez les Blaugranas depuis l'an 2000, Messi possède pour la première fois son avenir en mains. Une perspective qui inquiète fans et dirigeants catalans.

Le finaliste malheureux du Mondial 2014 souhaitait quitter son club à l'été 2020. Mais il fallait alors un concurrent capable de verser plus de 100 millions d'euros de transfert au Barça. Le tout en plus d'un salaire difficile à assumer en temps de crise sanitaire : entre 50 et 75 millions d'euros nets par an selon les estimations de ses émoluments actuels. Sa fin de contrat change la donne pour les candidats puisqu'il ne resterait « que » le salaire à assumer et la classique prime à la signature.

Les grands d'Europe observent la situation de près. Le PSG est l'un des prétendants légitimes (avec Manchester City ou Manchester United) et Leonardo, directeur sportif, l'a récemment communiqué lors d'un entretien à France Football. « Je ne sais pas, en revanche, si Messi à Paris, c'est faisable, lançait le dirigeant. Mais on est assis à la grande table de ceux qui suivent le dossier de près. En fait, non, on n'est pas encore assis, mais notre chaise est juste réservée au cas où. »

Un casse-tête financier

En apparence anodine et pleine de bon sens, cette petite phrase a allumé la mèche dans les débats de l'élection présidentielle du Barça, programmée le 7 mars.

Lundi soir, Joan Laporta, président de 2003 à 2010 et candidat favori des sondages, s'est publiquement agacé des propos de Leonardo. « Ce que je demanderais […] c'est que le PSG ne s'attelle pas à déstabiliser le Barça. Nous ne leur avons rien fait […] Je ne crois pas que ce soit correct », a-t-il déclaré à la télévision catalane. Le match est lancé à trois semaines du 8e de finale aller de Ligue des champions (16 février). Qualifié comme proche du clan de l'Argentin pour avoir été le président de ses premiers succès et de ses premiers (gros) contrats, Laporta semble bien placé pour convaincre la Pulga de conclure sa carrière européenne à Barcelone.

Mais lui et les autres candidats déclarés (Victor Font, Toni Freixa) connaissent les dangers financiers qui pèsent sur le club aux 5 Ligue des champions. Pour convaincre Messi, ambitieux sportivement malgré ses 33 ans passés, il faudrait l'entourer de nouveaux joueurs et donc investir tout en lui garantissant un dernier contrat satisfaisant. Un casse-tête alors qu'un chiffre en particulier donne le tournis : 1,17 milliard de dettes.

Newsletter PSG express
Nos informations sur le club de la capitale
Toutes les newsletters

Personne ne connaît aujourd'hui le futur de Messi. Toutefois, en 21 ans de présence, l'Argentin n'a jamais été aussi proche d'un départ. Et c'est tout Barcelone qui tremble.