Ligue 2 : comment Chambly tente de casser la chaîne de contamination

Depuis 18 jours, le Covid-19 circule activement dans les rangs de Chambly. Une situation inquiétante pour l’équipe de Bruno Luzi, qui compte cinq joueurs contaminés, trois membres du staff et son community manager.

 Beauvais (Oise), 5 février. Lucas Camelo a été testé positif ce dimanche au Covid-19. Il est le 5e joueur simultanément touché par le virus au sein de l’effectif de Chambly.
Beauvais (Oise), 5 février. Lucas Camelo a été testé positif ce dimanche au Covid-19. Il est le 5e joueur simultanément touché par le virus au sein de l’effectif de Chambly. LP/Icon Sport/Matthieu Mirville

C'est le branle-bas de combat à Chambly. Depuis le 22 janvier et le premier cas déclaré, celui de Thibault Jaques le capitaine de l'équipe, le nombre de personnes contaminées au sein du groupe picard ne cesse de gonfler. Ce lundi, et en attendant les prochains tests mercredi, cinq joueurs de l'effectif sont positifs. Il s'agit d'Oumar Gonzalez, John Popelard, Sébastien Flochon, Shaquil Delos et depuis ce dimanche Lucas Camelo. Au sein du staff technique, Florent Routier, positif depuis quinze jours maintenant, ainsi que Gaharo Doucouré, deux adjoints de Bruno Luzi, sont aussi touchés. Un troisième cas a été découvert dimanche en la personne de Kevin Denicourt, le préparateur physique. À cette liste de huit personnes, il faut aussi ajouter Maxime Malovry, le community manager du club.

Jour après jour, Chambly est en train de devenir un cluster en puissance. Sportivement, la situation a commencé à se dégrader avec les deux terribles défaites concédées la semaine passée à Châteauroux (4-0) et contre Sochaux (1-4). De nouveau barragiste (18e), Chambly doit aborder un prochain déplacement ce samedi à Clermont (4e). « Nous avons alerté la LFP pour lui indiquer qu'on risquait d'avoir plus de dix joueurs testés positifs, indique Fulvio Luzi, le président de Chambly. » Pour l'instant, ce n'est pas le cas. Ce qui fait dire à Bruno Luzi, l'entraîneur : « On est dans le pire des scénarios. C'est-à-dire, tu as pas mal de joueurs contaminés. Ça circule bien autour de toi mais pas assez pour remettre un match. Quelque part, le championnat est faussé. »

Le club a renforcé son protocole sanitaire

Pour permettre le report d'un match, il faut plus de 10 joueurs positifs au covid-19 sur l'ensemble de l'effectif de 30 joueurs, liste réactualisée chaque mois. « Le processus de report de match se déclenche au 11e joueur contaminé, précise Thierry Bertrand », le directeur général du club.

Pour la seule équipe de Ligue 2, touchée actuellement par le Covid-19, Chambly doit s'adapter. D'autant plus que le club subit les foudres du variant britannique du Covid-19, à une exception près Thibault Jaques, le premier contaminé. « Le variant anglais est plus contagieux que la première souche du virus, explique Thierry Bertrand. Ce qui explique probablement l'augmentation rapide du nombre de cas contaminés dans l'effectif. C'est pourquoi notre obsession est d'abord de casser la chaîne de contamination et de stabiliser le nombre de contaminés. »

Pour y parvenir, Chambly a renforcé le protocole sanitaire, imposé par la LFP. Le premier axe concerne les vestiaires : dorénavant ils sont limités à six joueurs maximum, de même qu'il ne peut y avoir que quatre joueurs simultanément dans les douches. « Concernant le covoiturage, moyen de déplacement utilisé par de nombreux joueurs, nous avons bien insisté sur le port obligatoire du masque », rappelle le DG. Enfin, tout l'aspect convivial de la vie de groupe a été mis de côté comme les parties de ping-pong.

Newsletter PSG express
Nos informations sur le club de la capitale
Toutes les newsletters

« Ces dernières semaines, nous avons constaté que les deux déplacements à Grenoble et Châteauroux avaient causé le plus de contaminations, estime Bertrand. C'est un peu normal car c'est souvent en déplacement qu'on passe le plus de temps ensemble. C'est pourquoi pour celui qui vient à Clermont-Ferrand samedi, nous avons pris la décision de prendre des chambres individuelles et non plus des chambres doubles. Évidemment, cela a un coût, mais la santé des joueurs est plus importante… »