Ligue 1 : Monaco s’impose à neuf, Lyon tenu en échec chez un promu

Les Monégasques à l’arraché, les Niçois malchanceux à Bordeaux, les Lyonnais qui ne gagnent plus... Voici ce qu’il faut retenir des matchs de la 5e journée de L1 disputés dimanche après-midi.

 L’attaquant français de Monaco Wissam Ben Yedder (à gauche) après avoir marqué un but lors du match de L1 entre Monaco et Strasbourg au stade Louis-II, le dimanche 27 septembre 2020.
L’attaquant français de Monaco Wissam Ben Yedder (à gauche) après avoir marqué un but lors du match de L1 entre Monaco et Strasbourg au stade Louis-II, le dimanche 27 septembre 2020. AFP - Valery Hache

Le succès : à 9, Monaco gagne grâce à son trio d'attaque

Il avait débloqué son compteur la semaine dernière à Rennes (2-1). Sur deux services de Kevin Volland, recrue majeure sur le Rocher, Wissam Ben Yedder a inscrit contre Strasbourg ses deuxième et troisième buts en deux matchs (9e, 53e). Le trio que l'international français forme avec le nouvel attaquant allemand (à sa droite) et Stevan Jovetić (à sa gauche) est prometteur, et s'est beaucoup trouvé pour permettre à Monaco (5e), qui a pourtant fini à neuf suite aux exclusions d'Aurélien Tchouaméni (56e) et Axel Disasi (68e), de gagner (3-2) pour la troisième fois cette saison (un nul, une défaite). Le RCSA (18e) pouvait sortir de la zone rouge en cas de nul ou de victoire, mais chute pour la quatrième fois en cinq rencontres (une victoire).

La contre-performance : l'OL n'y arrive toujours pas

Demi-finaliste de la dernière Ligue des champions, l'Olympique lyonnais peine à se montrer aussi convaincant sur la scène domestique. Contraint à un nul pas malheureux sur la pelouse de Lorient (1-1), enchaînant un quatrième match sans succès (trois nuls, une défaite), l'OL a été sanctionné de ses errements défensifs par Yoane Wissa (63e), auteur de son troisième but en autant de rencontres à domicile cette saison. Sans Memphis Depay au coup d'envoi, Lyon ne se rassure pas (10e) et s'en est remis à l'égalisation en soliste de Léo Dubois (74e). Au contraire des Merlus (16es), qui mettent fin à une série de trois revers consécutifs.

Le joueur : Ganago co-meilleur buteur

Ignatius Ganago est l'une des révélations de ce début de saison. L'attaquant camerounais de 21 ans, arrivé de Nice cet été, est l'homme en forme du promu lensois, lui qui forme avec Gaël Kakuta un duo qui pourrait devenir classique dans le Nord. Le premier à la finition sur une passe décisive du premier à Nîmes (34e), voilà une doublette qui transpire la confiance. Ce n'est qu'après la sortie des deux joueurs - Ganago sur blessure, en se tenant l'arrière de la cuisse (54e) - que les Crocos sont parvenus à égaliser dans le finish par Zinedine Ferhat (87e, 1-1). Avec quatre réalisations, Ganago est co-meilleur buteur de L1 (avec Memphis Depay), mais ses Lensois (6es) manquent de peu leur quatrième victoire d'affilée.

L'adieu : cruelle dernière pour Gomis

Alfred Gomis jouait probablement son dernier match avec Dijon, lui qui devrait bientôt disputer la Ligue des champions et rejoindre le Stade Rennais la semaine prochaine. Pour ses possibles adieux, le gardien dijonnais a été décisif à plusieurs reprises contre Montpellier, mais n'a pu permettre à ses coéquipiers d'obtenir leur premier succès cette saison en s'inclinant sur un penalty de Téji Savanier en toute fin de match (90e, 2-2). Dernier, Dijon n'a toujours pas gagné cette saison (quatre défaites et un nul) tandis que le MHSC reste sur la troisième marche du podium.

Le maudit : Nice touche du bois

Trois poteaux, rien que ça. Ce n'était décidément pas le jour de l'OGC Nice, qui a buté à trois reprises sur les montants de Benoît Costil, le gardien des Girondins de Bordeaux (0-0). Pierre Lees-Melou (30e), Rony Lopes (65e) et Amine Gouiri (90e) n'ont pas su trouver la faille, ne permettant pas aux Aiglons de se rassurer après deux revers consécutifs (9es). De leur côté, les Bordelais semblent abonnés au nul à domicile, leur troisième d'affilée au Matmut-Atlantique. Des rencontres durant lesquelles les hommes de Jean-Louis Gasset (12es) n'ont ni encaissé de but, ni marqué.

Le chiffre : 2

Sauvé deux fois par sa transversale en première période, Angers a renversé une situation bien mal embarquée à domicile contre Brest (3-2) en inscrivant deux buts en deux minutes dans le second acte par Ismaël Traoré (78e) et Angelo Fulgini (80e). Angers s'en sort bien et grimpe à la 7e place, tandis que Brest redescend au 13e rang.