Ligue 1 : le RC Lens baisse ses salaires, y compris ceux des joueurs

Fragilisé par la crise du Covid-19 et le conflit des droits télé, le club artésien a trouvé un accord avec ses employés, dont les joueurs… Sans qu’on sache le montant de la baisse consentie.

 «Un accord sur la baisse des rémunérations a été obtenu auprès de l’ensemble des collaborateurs du club», expliquent les Sang et Or sur leur site Internet.
«Un accord sur la baisse des rémunérations a été obtenu auprès de l’ensemble des collaborateurs du club», expliquent les Sang et Or sur leur site Internet. LP/Arnaud Journois
Ligue 1 Uber Eats

Bien calé en milieu de tableau de Ligue 1 après six ans passés à l'échelon inférieur, le RC Lens a beaucoup plus de difficultés sur le plan financier. Confronté à la baisse des recettes due à la fois à la pandémie et au pataquès des droits télé, le club artésien a trouvé un accord sur la diminution des salaires avec tous ses employés, y compris ses joueurs.

« Un accord sur la baisse des rémunérations a été obtenu auprès de l'ensemble des collaborateurs du club, expliquent les Sang et Or sur leur site Internet. Les échanges sur les principes et les modalités de cet accord se sont déroulés du dimanche 23 au vendredi 29 janvier. Le Racing Club de Lens remercie l'ensemble de ses salariés qui ont, par leur accord unanime, manifesté leur solidarité et leur attachement au club. »

Le montant de l'effort consenti par les joueurs n'a pas été dévoilé. Selon L'Equipe, les salaires seront réduits entre 5 et 20 % avec plafonnement selon les tranches d'imposition des salariés concernés. « Depuis quelques années, j'ai découvert un club singulier aux valeurs fortes et revendiquées, se félicite Joseph Oughourlian, qui dirige le club depuis juin 2018. L'accord général et quasi spontané obtenu ce jour au Racing Club de Lens, sur un sujet aussi sensible que la baisse des rémunérations, me rend encore plus fier d'en être le président. »

Les négociations pour la prochaine saison auront lieu quand l'horizon des droits télés sera éclairci. Fin 2018, le RCL, alors en Ligue 2, avait eu recours à un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui avait abouti à la disparition de 36 postes via des externalisations de services ou des suppressions pures et simples.