Ligue 1 : Jessy Moulin, le gardien de Saint-Etienne, enfin en pleine lumière

Eternel numéro 2 à Saint-Etienne, son club de cœur et de toujours, Jessy Moulin a gagné ses galons de titulaire cet été après la mise à l’écart de Stéphane Ruffier. Il fera face, ce samedi après-midi, aux attaquants rennais.

 Longtemps dans l’ombre de Stéphane Ruffier, Jessy Moulin est aujourd’hui titulaire dans les cages des Verts.
Longtemps dans l’ombre de Stéphane Ruffier, Jessy Moulin est aujourd’hui titulaire dans les cages des Verts. Fred Dugit

Il a longtemps animé le vestiaire de l'ASSE. Et répandu toute sa bonne humeur à l'Etrat, au centre d'entraînement des Verts. Il est arrivé au club en… 1999. A 13 ans. Il est, enfin, à 34 ans, titulaire et cherchera à mettre en échec, ce samedi à Geoffroy Guichard (17 heures), le secteur offensif du stade rennais. « Jessy (NDLR : Moulin), il aime bien faire le con, le guignol », raconte son ami Loïc Perrin, retraité depuis cet été. « De ce côté-là, malgré l'âge, il n'a pas changé. Il aime bien la connerie ». A l'Etrat, tout le monde adore Jessy. Et tout le monde a une anecdote rigolote sur lui. De la voiture conduite depuis le siège passager, pour faire croire à l'absence d'un conducteur, à cette pince offerte, à Noël, à un coéquipier réputé pour sa pingrerie.

LIRE AUSSI > Derrière le cas Ruffier, un malaise plus profond chez les Verts

La carrière du Stéphanois change pendant le confinement. Il reçoit alors un appel de Claude Puel qui écarte définitivement Stéphane Ruffier. Il sera titulaire En 2020-2021. « Je suis extrêmement heureux de débuter la saison avec ce statut. C'est quelque chose de… Je ne dis pas que c'était inespéré, mais qu'on y pensait de moins en moins », reconnaît-il, humblement, à Téléfoot fin août.

Moulin, l'éternel numéro 2, propulsé comme tête de gondole. Lui qui a tant apporté à son club de cœur. A sa manière. Toujours positif. Sans un mot déplacé. Sans jamais traîner son spleen. Et pourtant. « Pour être très proche de lui, ça a, parfois, été très compliqué à vivre. Sauf qu'il ne le montrait pas aux autres. Ça a été sa grande force, raconte Loïc Perrin, retiré des terrains depuis cet été. C'est dur d'être deuxième gardien, d'avoir très peu de temps de jeu. Malgré son statut de doublure, c'était vraiment un cadre du vestiaire. Il a toujours été respecté par tout le monde. Il apporte sa joie de vivre, notamment en dehors du terrain. De l'extérieur, on ne s'en rend pas forcément compte, mais dans la vie d'un groupe, c'est très important ».

Un cadre du vestiaire

Parti en prêt à Arles-Avignon (2008-2009), à Fréjus (2009-2010) puis reparti à Clermont (2011-2012), pas toujours avec succès, il est toujours revenu à Saint-Etienne où il était la doublure de Stéphane Ruffier depuis 8 ans. « Il a vraiment franchi un palier depuis son retour de ses différents prêts. Il était dans l'ombre pendant des années. Il est resté concerné, positif. Je suis convaincu de sa réussite à l'ASSE. C'est son club, ses valeurs », poursuit Perrin. Dans le vestiaire, en tout cas, il fait toujours l'unanimité. Des jeunes comme des plus expérimentés. « On a tous confiance en lui », explique Mathieu Debuchy. Puel partage ce sentiment et n'a, donc, pas hésité à déboulonner Ruffier pour faire confiance au boute-en-train de toujours. Numéro 2 ou 1, Moulin ne compte pas changer.