Gérard Houllier : «Aujourd’hui dans le foot, les jeunes veulent l’argent tout de suite»

Gérard Houllier, conseiller extérieur de l’Olympique lyonnais, évoque sa vision du foot d’aujourd’hui.

 Gérard Houllier, ici au siège du Parisien. C’est à contrecœur, en 2011, que l’ancien entraîneur a dû quitter les terrains pour raisons médicales.
Gérard Houllier, ici au siège du Parisien. C’est à contrecœur, en 2011, que l’ancien entraîneur a dû quitter les terrains pour raisons médicales.  LP/Olivier Lejeune

L'ancien entraîneur du PSG, Liverpool ou Lyon a débarqué dans nos locaux du quinzième arrondissement de Paris ravi de pouvoir parler quelques heures de l'évolution de son métier et de sa vision du foot aujourd'hui. Désormais « conseiller extérieur » de l'OL, Gérard Houllier est revenu sur sa carrière d'entraîneur commencée en… 1973 au Touquet et clôturée en 2011 après un nouveau problème cardiaque alors qu'il avait déjà été opéré du cœur en 2001.

Le métier d'entraîneur vous manque-t-il ?

GÉRARD HOULLIER. Le terrain manque toujours à celui qui arrête. Quand j'ai su en 2011 que, pour des raisons médicales, je ne pourrai plus entraîner, cela m'a amené à faire une dépression pendant près de six mois. Le médecin, que j'avais fait venir au club était mal à l'aise. Il m'a dit « même si ça me coûte mon job, c'est fini pour toi ». Mais clairement, même si j'ai encore envie, je sais que si je recommençais, je mettrais ma vie en danger. Mon cœur ne le supporterait pas.

Votre profession a-t-elle évolué ?

Oui. Aujourd'hui l'entraîneur est devenu une star autant que les joueurs. Regardez les deux finales jouées par le Real Madrid à Glasgow. En 1960, le coach était Miguel Munoz. Qui s'en souvient ? En 2002, c'était Vicente Del Bosque et lui était starisé. L'autre gros changement, c'était la technologie. Avant, un staff, c'était quelques personnes. Ma première année en 1985 au PSG, il y avait juste Christian Costes mon adjoint et je m'occupais moi-même d'entraîner Joël Bats le gardien ! Aujourd'hui, ils sont quinze au PSG ! Leur bus est aussi grand que celui des joueurs. À Liverpool, on était cinq. Là, les techniciens occupent tout un banc. La technologie est devenue hyper importante.

 LP/Olivier Lejeune
LP/Olivier Lejeune  

De quoi êtes-vous le plus fier dans votre bilan ? D'être un des trois entraîneurs français à avoir gagné une Coupe d'Europe avec Luis Fernandez et Zinédine Zidane ?

D'avoir pratiquement gagné quelque chose partout où je suis passé. Que ce soit à Noeux-les-Mines, à Lyon en passant par l'équipe de France des moins de 16, Liverpool ou le PSG. On attend trois choses d'un coach. 1. Des résultats 2. Laisser une trace. C'est ce qui est arrivé à Liverpool ou Lyon où, quand je suis parti, les habitudes de travail avaient changé. Je suis content d'avoir laissé un héritage. Et 3. Faire progresser tes joueurs. J'ai quand même fait débuter un Ballon d'Or, Michael Owen ou Steven Gerrard. Et à Lyon, j'ai fait progresser Juninho qui pensait pourtant qu'il était à son sommet. Si tu remplis ces trois conditions, alors tu peux être fier.

Michael Owen en vidéo

Le Championnat de France est-il, à vos yeux, une compétition de seconde zone ?

Je suis régulièrement le championnat anglais et je peux vous dire que chez nous, ce sont de bien meilleurs matchs. C'est très français de dénigrer ce qu'il y a en L1. On se laisse intoxiquer par les images des buts allemands ou anglais mais on ne réalise pas que certains gardiens sont moyens et que l'intensité n'est pas toujours là.

Lyon a une capacité étonnante depuis des années à former des grands joueurs (Benzema, Lacazette, Umtiti, Fékir et maintenant Aouar). A quoi est-ce dû ?

Lyon remplit les cinq bonnes cases : prendre les bons jeunes, avoir des installations réservées, un formateur patient qui fait mûrir le citron au lieu de le presser pour se faire briller, un programme adapté à l'âge et faire confiance aux jeunes pour les faire passer pro. L'OL a cet ADN. Il n'y a aucun hasard dans sa réussite.

D'une façon générale, les jeunes espoirs du foot sont-ils de moins en moins patients ?

Oui. Regardez Benzema. A un moment, Tottenham voulait le prendre. Il était tenté. Mais lui et son entourage m'ont écouté et Karim est resté à Lyon. Deux ans plus tard, il a signé au Real Madrid. Pareil avec Abidal qui se voyait partir trop tôt. Un an de patience pour progresser et il a signé à Barcelone. Aujourd'hui, les jeunes veulent l'argent tout de suite et jouer tous les matchs. A chaque fois, je leur rappelle qu'avec moi Steven Gerrard n'a joué à Liverpool que 12 matchs la première saison puis 25 la seconde… Parfois il arrive que le joueur comprenne mais son père démissionne de son job et voit son fils comme un produit marketing qui va le faire vivre. Là, c'est compliqué.

Kylian Mbappé est-il guetté par ce danger ?

Non car, comme Thierry Henry ou William Gallas, il a fait sa formation à Clairefontaine où il a acquis des bases entre douze et quinze ans. Mbappé n'a joué en pro qu'à 18 ans et Monaco l'a bien protégé. En plus, on sent un type avec une forte personnalité.

Comprenez-vous la frustration de Jean-Michel Aulas qui voit son modèle économique supplanté par l'argent du Qatar au PSG ?

Bien sûr. Mais j'ai aussi des attaches au PSG. Et je ne crois pas que cela va s'arrêter au niveau mondial. Le foot est unique. C'est la seule activité au monde qui fait rêver les gens. Ce ne sont pas les religions, les guerres, les films ou les artistes qui font rêver le monde. Donc, il y aura encore plus de gens qui mettront des moyens déraisonnables pour gagner.

Le Jean-Michel Aulas qui tweete parfois très rapidement à quelques supporters est-il le même que celui qui construit son club ?

Un jour j'ai eu une discussion avec lui ou il m'a dit « parfois je vais trop loin car cela force les gens à réfléchir ». Le foot peut devenir une routine terrible. Il faut savoir bouger les lignes et Aulas le fait bien. Je vous rappelle qu'il est là depuis 31 ans.

L'équipe de France peut-elle être championne du monde ?

Elle peut atteindre les demi-finales. Elle possède des pépites en attaque et un bon milieu de terrain. Les grandes équipes se caractérisent par les grands attaquants, ce qui va faire défaut à l'Allemagne. Dans cette catégorie, il y a le Brésil, l'Espagne, l'Argentine et nous.

Êtes-vous toujours d'accord avec Deschamps ?

Ses listes sont cohérentes. Après, il y a la polémique Benzema. Didier a un projet qui n'inclue pas Karim. Mais même Didier sait que Karim reste un attaquant de grande valeur. C'est une forme de gâchis.

Que pensez-vous de Paul Pogba ?

Un grand joueur mais, à son propos, je me souviens qu'on m'avait demandé ce qui avait changé chez les joueurs depuis quinze ans. J'ai répondu : « la surface des tatouages, la taille des voitures sur le parking et des montres, le compte en banque et la couleur des cheveux ». Mais le plus important, c'est qu'ils restent des footballeurs.