Equipe de France : «Je vais essayer de rester le plus longtemps possible», promet Aouar

Houssem Aouar est devenu, mercredi, le 50e joueur lancé en équipe de France par Didier Deschamps. Le milieu de terrain lyonnais a évoqué, ce jeudi, son actualité internationale.

 Houssem Aouar a connu sa première sélection sous le maillot des Bleus à l’occasion de la large victoire contre l’Ukraine (7-1) ce mercredi.
Houssem Aouar a connu sa première sélection sous le maillot des Bleus à l’occasion de la large victoire contre l’Ukraine (7-1) ce mercredi. REUTERS/Benoit Tessier

Pendant près d'une heure, le Lyonnais de 22 ans a vécu son baptême du feu international, mercredi soir, lors du très large succès des Bleus face à l'Ukraine (7-1). Intéressant par la qualité de ses coups de pied arrêtés, Houssem Aouar s'est exprimé ce jeudi en visioconférence. Un peu intimidé par l'exercice médiatique, il ne s'est jamais départi d'une prudente réserve sur bien des sujets.

Qu'avez-vous ressenti pour ce premier match chez les Bleus et plus généralement comment se sont passés les premiers jours de stage ?

HOUSSEM AOUAR. En arrivant sur le terrain, bien entendu il y avait un petit peu d'appréhension parce qu'on sait que c'est un tout autre niveau. Concernant mon intégration, les joueurs m'ont bien accueilli. Beaucoup m'ont parlé. Ça a été plus facile pour moi.

Vous incarnez une nouvelle génération un peu hermétique à la pression…

Je ne sais pas si la pression glisse sur moi ou sur mes partenaires, mais ça vient aussi du fait que les autres joueurs nous mettent à l'aise, ils nous conseillent énormément et nous font sentir qu'on a notre place ici.

Avez-vous été surpris par le niveau de vos partenaires en sélection ?

J'ai connu de grands matchs de Ligue des champions avec l'OL, mais ici ce sont vraiment les meilleurs joueurs, ça va plus vite. Je ne suis pas surpris. Je m'attendais à ce que le niveau soit très élevé. Il y a beaucoup de concurrence. C'est ma première apparition, je savoure, mais je vais essayer de rester ici le plus longtemps possible. C'est le plus dur.

Que pensez-vous pouvoir apporter à ce groupe ?

Mon savoir-faire sur le terrain. Mais je sais que j'arrive dans un groupe de qualité, un groupe champion du monde. Il va falloir faire sa place petit à petit, en bossant le plus possible.

Est-ce un handicap de ne pas jouer la Ligue des champions ?

Je suis convaincu que le sélectionneur regarde tous les matchs. J'aurai toujours de la visibilité avec mon club.

Vous vous êtes senti à l'aise comme pointe haute d'un milieu en losange ?

Je pense avoir cette faculté à pouvoir évoluer à plusieurs postes, je n'ai pas forcément de place préférentielle. Mercredi c'était, en effet, en pointe haute du losange avec d'excellents joueurs autour, c'est tout de suite plus simple.

Djamel Belmadi aurait bien aimé vous convaincre de rejoindre la sélection algérienne. Pourquoi avez-vous choisi la France ?

Je suis très content d'être ici. Maintenant ce qui peut se dire à l'extérieur, je n'y suis pas très attentif. Je reste focalisé sur mes objectifs.

Vous étiez annoncé partant de Lyon. Dans quel état d'esprit vous trouvez-vous ?

Je me suis posé toutes les questions nécessaires. Je suis motivé afin de faire une bonne saison avec mon club et de rattraper les points perdus. On va essayer de remettre l'OL à sa place. On a un groupe de qualité, il y a de très bons joueurs offensivement avec certaines arrivées. Maintenant il va falloir le démontrer. Je ne suis pas déçu d'être toujours là, bien au contraire. Je reste chez moi dans mon club de cœur avec mes amis et ma famille.

Jusqu'où sont allés vos contacts avec le PSG ?

Honnêtement je n'ai pas envie de parler de ça. On a fermé la page du mercato. Je vais surtout me concentrer sur ce que j'ai à faire en club et en sélection.