Equipe de France : Griezmann, un problème au cœur du jeu

A la peine en club, l’attaquant de Barcelone souffre désormais aussi en équipe de France. Placé en organisateur du jeu des Bleus, il se débat dans un rôle qui n’est sans doute pas le sien.

 Antoine Griezmann, ici devant la star portugaise Cristiano Ronaldo, se montre nettement moins décisif avec les Bleus qu’il y a deux saisons.
Antoine Griezmann, ici devant la star portugaise Cristiano Ronaldo, se montre nettement moins décisif avec les Bleus qu’il y a deux saisons. AFP/Franck Fife

En théorie, les Bleus possèdent tous les atouts pour marquer. Mais la plaque tournante du jeu patine. Antoine Griezmann, pour des raisons personnelles liées à sa situation en club comme à son placement en sélection, manque d'influence, comme l'ont montré ses trois derniers matchs, hormis la seconde période contre la Croatie (4-2) qu'il retrouvera ce mercredi pour la 4e journée de Ligue des nations.

Sans ce maillon fort, Olivier Giroud et Kylian Mbappé, les deux pointes, se retrouvent sevrés de ballons et un peu perdus sur le terrain, à l'image de leur prestation face au Portugal (0-0) ce dimanche. C'est une alerte qui pourrait pousser Didier Deschamps à revoir ses plans.

Depuis son arrivée à Barcelone à l'été 2019, la vie de Griezmann se coupait en deux de manière très claire : au Barça, rien ne va plus, en Bleu, tout sourit. Si bien que son vrai club ressemblait davantage aux contours de l'équipe de France qu'à la vie en Catalogne, où la greffe ne prend pas.

Nouvelle saison et nouveau décor : désormais, le Mâconnais exporte en sélection son malaise barcelonais. Malgré un nouvel entraîneur (Ronald Koeman) qui, dans les mots, le réconforte, le 3e du Ballon d'Or 2016 et 2018 manque totalement de confiance, de lucidité et de justesse. Il l'admet sans ambages. « On essaie de se trouver avec Kylian (Mbappé). Il y a eu deux occasions où j'aurais pu lui donner mais j'ai raté la passe ou j'ai choisi un autre joueur », dit-il humblement.

Il manque de confiance en lui

A 29 ans, celui qui rêvait de s'asseoir à la table des Messi et de Cristiano Ronaldo ne parvient pas à s'imposer chez un très grand d'Europe, même si le Barça traverse en ce moment un immense creux, sportivement comme en coulisses où la présidence Josep Bartomeu vacille. Placé sur la liste des transferts pour finalement rester, il n'évolue toujours pas à son vrai poste. L'éclaircie ne vient pas et rien, pour l'instant, n'indique un changement. Or les Bleus ont besoin du vrai Griezmann, son meilleur joueur de l'Euro 2016, l'un de ses meilleurs au Mondial 2018.

Griezmann s'est imposé en pièce essentielle du puzzle de Didier Deschamps au poste de neuf et demi, juste derrière Olivier Giroud, dans un 4-4-2 modulable avec Blaise Matuidi à gauche et Kylian Mbappé à droite. Désormais, le sélectionneur explore d'autres pistes tactiques, comme il l'a annoncé en rappelant plusieurs fois qu'il cherchait à placer son trio offensif dans les meilleures conditions et que rien n'était définitif.

La juste place, vraiment ?

L'attaquant évolue depuis la rentrée en numéro 10, derrière Olivier Giroud et Kylian Mbappé contre le Portugal. Deschamps estime que chacun occupe son meilleur poste, tout en prenant en compte les qualités de buteur du Parisien, sacré deux fois meilleur réalisateur du Championnat de France en 2019 et 2020.

Mais ce n'est pas une surprise : Griezmann n'est pas un meneur de jeu, encore moins quand il revient chercher des ballons devant sa surface. Contre le Portugal, il a constamment joué loin du but et, quand il s'en approchait, des mauvais choix sortaient de ses pieds. Il s'agit d'une sorte de contre-emploi.

VIDÉO. France-Portugal : « Ronaldo n'a toujours pas marqué contre les Bleus »

Forcément, ce que le patron des A a vu ne peut lui plaire. Tacticien invétéré, Deschamps va donc reprendre ses réflexions et lui chercher à nouveau son meilleur rôle. Griezmann, 5e meilleur buteur de l'histoire des Bleus, est plus utile près de la surface quand bien même il décroche beaucoup. Mais l'entraîneur national raisonne en termes de complémentarité et d'associations. Son obsession concerne le trio offensif et leur association. C'est un tout. S'il revient à la formule du titre Mondial, il lui faudra alors trouver le successeur de Blaise Matuidi. Le mécano continue.